Netanyahu critique les étudiants britanniques qui boycottent Israël et pas l’EI
Rechercher

Netanyahu critique les étudiants britanniques qui boycottent Israël et pas l’EI

Le Premier ministre dénonce l'hypocrisie du mouvement BDS, après le vote par l'Union nationale des étudiants du Royaueme-Uni d’une motion sur le désinvestissement

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le ministre canadien des Affaires étrangères Robert Nicholson à Jérusalem, le 3 juin 2015 (Crédit : Emil Salman / POOL)
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le ministre canadien des Affaires étrangères Robert Nicholson à Jérusalem, le 3 juin 2015 (Crédit : Emil Salman / POOL)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’en est pris à l’Union nationale des étudiants du Royaume-Uni quelques heures après que ce mouvement a adopté une motion de boycott d’Israël, qualifiant le groupe d’hypocrite pour avoir pointé du doigt l’Etat juif alors qu’ils ont rejeté une motion précédente destinée à condamner l’Etat islamique.

« Ils boycottent Israël, mais ils refusent de boycotter l’EI. Cela vous dit tout ce que vous avez besoin de savoir sur le mouvement BDS. Ils condamnent Israël et ne condamnent pas l’EI ; ils se condamnent eux-mêmes », a déclaré Netanyahu mercredi, utilisant l’acronyme pour le mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanctions et de l’Etat islamique, le groupe terroriste radical qui s’est auto-proclamé califat en Syrie et en Irak.

« Israël a une démocratie exemplaire. Nous avons la liberté académique, la liberté de la presse, les droits de l’Homme. L’EI réduit les droits de l’Homme en poussière », s’est-il insurgé dans une allocution prononcée aux côtés du ministre canadien des Affaires étrangères, Robert Nicholson, actuellement en visite en Israël.

« Il brûle les gens vivants dans des cages et les groupes nationaux des étudiants de Grande-Bretagne refusent de boycotter l’EI et boycottent Israël. Cela vous dit tout ce que vous devez savoir sur le mouvement BDS », a-t-il poursuivi.

Netanyahu s’en est également pris à la Turquie et à l’Iran qui travaillent pour légitimer le Hamas, le groupe terroriste au pouvoir dans la bande de Gaza, au sein de l’Organisation des Nations unies.

« Dans le même temps, à l’ONU, nous avons vu la Turquie et l’Iran voter pour donner au Hamas le statut d’affilié. Le Hamas tire des roquettes sur nos villes en se cachant derrière les civils palestiniens, en se cachant derrière les enfants palestiniens. Cela vous en dit beaucoup sur l’hypocrisie internationale », a déclaré Netanyahu, en faisant référence à une décision des Nations unies destinée à soutenir le Palestinian Return Center, qu’Israël pense lié aux dirigeants du Hamas de la bande de Gaza.

En octobre, l’Union nationale des étudiants du Royaume-Uni a voté contre une motion de condamnation du groupe terroriste Etat islamique au motif qu’une telle initiative pouvait être perçue comme étant « islamophobe ».

À l’époque, des groupes d’étudiants britanniques avaient publié une déclaration contre la motion qui expliquait que « la condamnation de l’EI semble être devenue une justification pour [faire] la guerre et [exprimer] une flagrante islamophobie ».

Le même corps étudiant a adopté mardi une motion pour s’aligner sur le mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS), condamnant Israël pour sa « présence militaire en Cisjordanie et à Gaza », et appelant le Parlement britannique à arrêter les ventes d’armes à Jérusalem.

L’Union nationale des étudiants est une organisation rassemblant les associations des étudiants du Royaume-Uni – le pays compte quelque 600 établissements d’enseignement supérieur et environ sept millions d’étudiants.

Dans la foulée du vote, le gouvernement britannique a réitéré sa ferme opposition contre les appels à boycotter Israël.

Le vice-ambassadeur britannique en Israël, le docteur Rob Dixon, a réitéré l’engagement ferme du Royaume-Uni pour entretenir les relations bilatérales et commerciales et a souligné l’existence d’un « partenariat florissant » entre les deux pays.

« Comme l’a dit David Cameron, le gouvernement britannique ne permettra jamais à ceux qui veulent boycotter Israël de mettre un terme à soixante années d’échange dynamique et de partenariat qui rendent nos deux pays tellement plus forts », a déclaré Dixon.

Tamar Pileggi a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...