Netanyahu : les nouvelles maisons dans les implantations ne sont qu’ ‘un avant-goût’
Rechercher

Netanyahu : les nouvelles maisons dans les implantations ne sont qu’ ‘un avant-goût’

‘Nous ferons beaucoup de choses différemment à partir d’aujourd’hui’, a affirmé le Premier ministre

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu répondant aux questions des députés lors d'une séance plénière à la Knesset, le 25 janvier 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu répondant aux questions des députés lors d'une séance plénière à la Knesset, le 25 janvier 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré mercredi que les 2 500 nouvelles constructions dans les implantations en Cisjordanie, approuvées un jour plus tôt, étaient juste un « avant-goût » des choses à venir maintenant que Barack Obama n’est plus à la Maison Blanche.

Il a ajouté qu’il discuterait de la question avec le président américain Donald Trump.

Répondant aux questions des députés, Netanyahu a déclaré que la décision a été prise après huit ans pendant lesquels Israël « a souffert » de la politique de « pas-une-seule-brique » d’Obama.

Il se référait à des déclarations que le Premier ministre a faites dans le passé dans lesquelles il affirmait que l’administration américaine lui avait assuré qu’elle s’opposerait à tout nouveau bâtiment au-delà de la Ligne verte.

« Et nous ne parlons pas des avant-postes ou même des blocs d’implantations », a déclaré Netanyahu à l’assemblée plénière au sujet de l’ère Obama. « Nous parlons d’ici, à Jérusalem. Ils ne nous laisseraient pas construire ici non plus ».

Mais, le Premier ministre a poursuivi : « nous sortons de cette période. L’[approbation] de ce bâtiment était un avant-goût. Nous allons faire beaucoup de choses différemment à partir de maintenant », a-t-il affirmé.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a répondu aux questions des législateurs à la séance plénière de la Knesset, dans le cadre de la session de questions-réponses introduite au Parlement israélien l’an dernier.

Les députés de l’opposition peuvent choisir 10 ministres, y compris le Premier ministre, pour répondre à leurs questions une fois pendant l’année législative.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...