Netanyahu: les violences au Capitole « contraires » aux valeurs US et israéliennes
Rechercher

Netanyahu: les violences au Capitole « contraires » aux valeurs US et israéliennes

Le chef de l'opposition Yair Lapid a été le premier à réagir dès mercredi soir ; le Premier ministre a attendu jeudi matin, avant une rencontre avec Steven Mnuchin

Le président américain Donald Trump (à droite) écoute le discours du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lors d'une réunion bilatérale dans le bureau ovale de la Maison Blanche à Washington, DC, le 15 septembre 2020. (SAUL LOEB / AFP)
Le président américain Donald Trump (à droite) écoute le discours du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lors d'une réunion bilatérale dans le bureau ovale de la Maison Blanche à Washington, DC, le 15 septembre 2020. (SAUL LOEB / AFP)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré jeudi matin que l’assaut du Capitole par des émeutiers pro-Trump la veille était « honteux » et « complètement contraire » aux valeurs américaines et israéliennes.

Netanyahu a estimé que les scènes de violence représentaient « un acte scandaleux » devant être « vigoureusement condamné ».

« Le saccage du Capitole hier était un acte scandaleux et doit être vigoureusement condamné », a-t-il déclaré, avant une rencontre à Jérusalem avec le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin. « Je n’ai aucun doute sur le fait que la démocratie américaine triomphera, elle l’a toujours fait ».

« Depuis des générations, la démocratie américaine a été une source d’inspiration pour le monde et pour Israël. La démocratie américaine a toujours était une source d’inspiration pour moi. Ces émeutes violentes sont complètement contraires aux valeurs chères aux Américains et aux Israéliens », a-t-il dit.

Netanyahu n’a pas nommément mentionné le président Trump.

Le chef de l’opposition Yair Lapid a été le premier à réagir en déclarant dès mercredi soir, pendant l’assaut, qu’il était « attristé et choqué » par la violence au Capitole, encouragée par le président.

Le chef du parti Yesh Atid, Yair Lapid, à la tête d’une réunion de faction à la Knesset, le 30 novembre 2020. (Crédit : Yesh Atid)

« Toutes mes pensées vont vers mes amis à Washington ce soir. Nous espérons que l’ordre reviendra et que la passation de pouvoir pourra se faire », a déclaré Lapid, chef du parti Yesh Atid, sur Twitter.

« L’Amérique doit reprendre sa place de modèle pour les démocraties du monde », a-t-il dit.

Le ministre de la Défense Benny Gantz a déclaré mercredi soir que les images diffusées depuis Washington faisaient « mal au cœur pour quiconque croit en la démocratie ».

« Je n’aurais jamais imaginé voir de telles images émaner de la plus puissante démocratie du monde », a déclaré Gantz. « C’est la preuve qu’avant toute rivalité politique, il faut s’entendre sur les règles du jeu : respecter l’État de droit, respecter le processus démocratique et dialoguer respectueusement. J’espère que ces évènements horribles prendra rapidement fin, et sans victimes. »

Le chef du parti républicain américain en Israël a également condamné les violences.

De gauche à droite, Yossi Dagan, Mark Zell et Abe Katsman pendant l’ouverture du bureau des Républicains de l’étranger à Karnei Shomron, en Cisjordanie, le 5 septembre 2016. (Crédit : Andrew Tobin)

« J’ai honte ce soir. Je n’aime pas voir ces images, tout ceci n’a rien à voir avec le parti républicain et avec nos valeurs », a déclaré Mark Zell à la radio militaire.

Zell a cependant déclaré qu’il soutenait toujours Trump et qu’il était d’accord avec les allégations infondées du président américain de fraude électorale. « Ce qui se passe aujourd’hui ne reflète pas ses actions », a dit Zell au sujet de Trump.

Le Capitole à Washington a sombré mercredi dans un chaos dramatique et des violences inédites dans un lieu quand des partisans de Donald Trump, brandissant des drapeaux bleus à son nom et portant les casquettes rouges de sa campagne électorale, ont envahi le bâtiment trônant sur la célèbre colline de la capitale fédérale.

Aux cris de « USA! USA! », ils ont réussi à pénétrer jusque dans les hémicycles des deux chambres, interrompant la session parlementaire qui devait confirmer l’élection de Joe Biden.

« Ils ne peuvent pas nous stopper tous », a lancé dans un mégaphone un manifestant poussant la foule à forcer les portes du Congrès.

La police retient les partisans de Trump qui ont tenté de franchir une barrière policière, le 6 janvier 2021, au Capitole à Washington. (Crédit : AP Photo/Julio Cortez)

Des images du coup de force, prises à l’intérieur du Capitole, temple de la démocratie américaine, révélaient des scènes plutôt dignes d’un coup d’Etat.

A la tension s’est ajouté le tragique quand une femme, a été grièvement blessée par balle dans des circonstances peu claires. Elle est décédée peu après.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...