La maire d’Amsterdam accuse Netanyahu de nuire à la lutte contre l’antisémitisme
Rechercher

La maire d’Amsterdam accuse Netanyahu de nuire à la lutte contre l’antisémitisme

Femke Halsema a critiqué le Premier ministre lors d’une conférence de maires contre l’antisémitisme ; l'ambassadeur israélien aux Pays-Bas a répondu sur Twitter

Femke Halsema, maire d'Amsterdam. (Autorisation : Ville d'Amsterdam via JTA)
Femke Halsema, maire d'Amsterdam. (Autorisation : Ville d'Amsterdam via JTA)

JTA – Lors d’une conférence sur la lutte contre l’antisémitisme organisée par 32 maires du monde entier, la maire d’Amsterdam s’en est prise au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui aurait selon elle déprécié la lutte à des fins électorales.

Femke Halsema, une ancienne dirigeante du parti de la Gauche Verte, a critiqué la récente déclaration de Netanyahu selon laquelle la Cour pénale internationale basée aux Pays-Bas avait pris des « édits antisémites » en jugeant le mois dernier qu’elle avait compétence pour poursuivre les Israéliens pour crimes de guerre présumés à Gaza en 2014.

« Si quelqu’un prétend, à des fins politiques, qu’une enquête judiciaire menée par la Cour pénale internationale sur un acteur étatique à Gaza, c’est de l’antisémitisme, il sous-estime profondément la signification [de] l’antisémitisme et les sombres résultats de l’antisémitisme de nos jours et par le passé », a déclaré Halsema mardi dans son discours vidéo lors du Sommet des maires contre l’antisémitisme, une conférence virtuelle organisée par la ville allemande de Francfort avec le mouvement Combattre l’antisémitisme basé aux États-Unis.

L’ambassadeur d’Israël aux Pays-Bas, Naor Gilon, a riposté sur Twitter. Lors d’une conférence sur l’antisémitisme, « on devrait parler des menaces contre l’État juif, plutôt que d’en profiter comme une tribune pour le critiquer » et se demander pourquoi Israël est critiqué de manière disproportionnée, a écrit Gilon.

Benjamin Netanyahu à son cabinet du Premier ministre à Jérusalem, le 4 mars 2021. (Olivier Fitoussi / POOL / AFP)

Le sommet était l’idée du maire de Francfort, Uwe Becker, qui a déclaré à l’Agence télégraphique juive qu’il avait lancé l’événement afin que ses homologues « puissent apprendre les uns des autres et sentir qu’ils ne sont pas seuls ».

L’antisémitisme en Allemagne est « aussi divers que notre société », a déclaré Becker. La pandémie de coronavirus « a fonctionné comme un incubateur, accélérant la propagation des théories du complot antisémites ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...