Netanyahu, politicien israélien numéro 1 sur Twitter – suivi par Gantz
Rechercher

Netanyahu, politicien israélien numéro 1 sur Twitter – suivi par Gantz

A la veille du scrutin, les partisans du Premier ministre ont vanté ses prouesses en politique étrangère sur Twitter. Ses détracteurs dénoncent son manque d'intégrité présumé

Simona Weinglass est journaliste d'investigation au Times of Israël

Le Premier ministre  Benjamin Netanyahu (à gauche) et le leader de Kakhol lavan Benny Gantz (Crédit : Oded Balilty et JACK GUEZ / AFP)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) et le leader de Kakhol lavan Benny Gantz (Crédit : Oded Balilty et JACK GUEZ / AFP)

Dans les semaines qui ont précédé le scrutin national israélien qui a lieu mardi, les réseaux sociaux et leur pouvoir d’influence sur les électeurs ont été un problème controversé et déroutant à la fois.

Le 1er avril, le New York Times, en collaboration avec le journal israélien Yedioth Ahronoth, avait publié un article révélant l’existence d’un réseau de comptes sur Twitter chargés de faire la promotion du Premier ministre en exercice Benjamin Netanyahu. Il affirmait qu’un grand nombre de ces comptes – gérés par des personnes réelles – utilisaient de fausses identités. Après la publication de l’article, plusieurs personnes avaient fait leur apparition, affirmant ne pas être des robots (ce que n’avait pas laissé entendre l’article) et ne pas faire partie d’une campagne à la gloire de Netanyahu.

Si Twitter a suspendu un certain nombre de comptes pro-Netanyahu qui avaient été cités par le journal, d’autres ont semblé être moins problématiques. Le 5 avril, la commission centrale électorale avait rejeté la requête émise par le parti Kakhol lavan qui demandait que le Likud soit interdit de campagne sur les réseaux sociaux – statuant qu’il y avait suffisamment de preuves à disposition établissant que le parti du Premier ministre était bien à la tête du réseau de faux comptes.

Lundi, à la veille du vote, le Times of Israel a réalisé sa propre enquête – quoique modeste – sur la Twittosphère pour déterminer ce qui y était dit sur chacun des candidats. Nous avons utilisé un programme informatique simple qui a sélectionné pour nous les 500 tweets les plus récents incluant les noms des différents candidats. Surprise : Ces publications ne traitaient pas des questions relatives à la sécurité, à la paix ou à l’économie. Mais elles soulevaient une seule interrogation : Netanyahu doit-il être réélu malgré les inculpations qui le menacent pour corruption présumée ?

Un logo Twitter aux abords du siège du géant des réseaux sociaux à San Francisco, le 26 octobre 2016 (Crédit : Jeff Chiu/AP)

Sur cette question, les tweets favorables au Premier ministre semblent être plus nombreux – sur une marge qui reste toutefois peu importante – que ceux de ses détracteurs. Que ces posts soient l’expression spontanée du sentiment des électeurs ou qu’ils relèvent d’une campagne coordonnée n’est pas un élément que le Times of Israel est parvenu à déterminer.

Netanyahu au premier plan

Netanyahu est le candidat dont le nom a été le plus tweeté, et de loin, en cette veille de journée électorale, les mentions de Benny Gantz étant moitié moins nombreuses. Les 500 tweets les plus récents que nous avons extraits et qui contenaient le nom de « Netanyahu » en hébreu avaient été composés en une seule heure, tandis que les 500 plus récentes publications évoquant Gantz étaient apparues sur le réseau social en l’espace de deux heures.

A 13h15, le 8 avril, le tweet portant le nom « Netanyahu » qui avait été le plus « aimé » ou mis en avant était un message écrit par Sharon Gal, un animateur de radio de droite qui a reçu Netanyahu dans une émission télévisée vendredi soir dernier – le Premier ministre donne très rarement des entretiens télévisées, il s’agissait de la deuxième en quatre ans.

« J’ai réfléchi et j’ai pris ma décision », écrivait-il. « Je vais voter pour le Likud. 1. Pour renforcer les fondations du bloc de droite; 2. Parce que Netanyahu est un excellent Premier ministre et qu’il doit continuer; 3. Parce que c’est un parti libéral et que c’est important pour moi ».

« Sortez de votre indifférence », ajoutait-il dans son message. »Allez voter mardi ».

Un tweet populaire de Sharon Gal explique pourquoi il a l’intention de voter pour Netanyahu (Crédit : Twitter)

Le deuxième tweet le plus populaire qui faisait encore le buzz dans l’après midi de lundi avait été écrit par le journaliste travaillant pour Maariv et pour Kan, Kalman Liebskind, où il partageait un article écrit deux jours auparavant

« Cet article est consacré à ‘l’enquête sur les Bots’ (robots) publiée dans le Yedioth Ahronoth qui ne contient pas une molécule de vrai journalisme et qui est en fait une tentative pure de réduire au silence les partisans de Netanyahu. Il est aussi consacré aux journalistes qui, s’ils le pouvaient, nous demanderaient nos antécédents [travaillistes/syndicaux] avant d’utiliser les réseaux sociaux ».

Un tweet populaire du journaliste israélien Hagai Segal (Crédit : Twitter)

Un autre tweet très populaire, rédigé par le rédacteur en chef du Makor Rishon Hagai Segal, suggérait que certaines des accusations de corruption contre Netanyahu étaient exagérément exploitées par ses critiques.

« Si, demain, Netanyahu devait donner toute la Judée et la Samarie aux Palestiniens pour rien, sans consulter le chef d’Etat-major (comme l’avait fait Rabin avec les accords d’Oslo et Sharon avec le désengagement), il ne serait pas autant attaqué par ses détracteurs qu’il ne l’est pour la vente des sous-marins allemands à l’Egypte ».

D’autres tweets populaires soulignaient que Netanyahu, timide d’ordinaire devant les médias, avait donné toute une série d’interviews au cours de ces derniers jours. L’un d’entre eux comparait les médias d’information israéliens à une femme battue.

Un Tweet de la journaliste Tali Ben Ovadia sur la relation de Netanyahu avec les médias d’information, le 7 avril 2019 (Crédit :Twitter)

« Pendant dix ans, il lui a donné des coups de pied, il l’a brisée, et maintenant, trois jours avant les élections, il reprend le contrôle sur elle sans aucune difficulté et de manière presque inconditionnelle. Et elle se donne à lui entièrement, comme une prisonnière souffrant du syndrome de Stockholm. Netanyahu et les médias – 72 heures d’extase ».

Les Tweets sur Gantz

Les publications mentionnant le principal rival de Netanyahu au poste de Premier ministre, Gantz, du parti Kakhol lavan, étaient pour leur part autant critiques qu’élogieuses.

A 13h15, lundi, le message le plus aimé contenant le nom « Gantz » était un Tweet posté par Netanyahu lui-même, la veille. La publication de Netanyahu – qui incluait une vidéo d’une interview de Fox News – disait : « Regardez cet extrait de l’émission de télévision la plus regardée aux Etats-Unis. Rudy Giuliani, proche conseiller du président Donald Trump, attaque Gantz qui s’en est pris au président Trump pour avoir reconnu la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan ».

Un tweet populaire posté par Benjamin Netanyahu dans lequel il encourage les électeurs à regarder une vidéo de Fox News attaquant Benny Gantz, le 7 avril 2019 (Crédit : Twitter)

Dans la vidéo en elle-même, Giuliani n’attaquait pas Gantz – contrairement à l’animateur de Fox News.

Le second tweet le plus aimé sur Gantz était posté par Fania Oz-Salzberger, fille de feu l’écrivain de gauche Amos Oz.

« Benny Gantz et Amos Oz : Ils étaient amis et ils se respectaient, même si Gantz est politiquement à la droite d’Oz. Gantz venait souvent voir mon père quand il était malade. Ils parlaient beaucoup. Et mon père nous avait dit : ‘Un bon dirigeant doit comprendre la nature humaine, avoir du courage et de la compassion. C’est Gantz ».

La troisième publication la plus populaire sur Gantz était écrite par l’ancien Premier ministre Ehud Barak, qui répondait à un reportage diffusé le 28 mars sur la Douzième chaîne qui avait clamé que lorsque Gantz était chef d’Etat-major, il avait eu une grave différence d’opinion avec le Premier ministre concernant une mission secrète. Gantz, selon le reportage, avait hésité et cherché à consulter le cabinet, tandis que le Premier ministre s’était montré plus décisif.

Dans le tweet, Barak écrivait que « j’étais là. La description de la manière dont les décisions ont été prises ne reflète absolument pas la manière dont les choses se sont passées – une tentative de présenter Gantz de façon faussée, malhonnête. Netanyahu est apparemment profondément anxieux. Il continue à mettre en péril la sécurité du pays avec des fuites mensongères et malveillantes. Il est ce phénomène honteux que nous devons faire disparaître le 9 avril. La Douzième chaîne se renie-t-elle ? » , ajoutait-il.

Un tweet populaire écrit par l’ex-Premier ministre Ehud Barak (Crédit : Twitter)

Quatrième tweet du classement mentionnant Gantz, un post écrit par un homme, Moti Stieglitz.

« Gantz et Lapid clament que Netanyahu n’a rien fait au cours des 13 dernières années. Je suis un flemmard alors j’ai seulement vérifié le mois qui vient de se terminer ».

Le tweet de Stieglitz était accompagné d’une vidéo montrant des rencontres récentes variées entre Netanyahu et les grands leaders du monde, notamment Trump et Vladimir Poutine, le président russe.

Les tweets étranges et inhabituels

Le tweet le plus populaire évoquant Naftali Bennett et Ayelet Shaked de HaYamin HaHadash n’avait rien à voir avec leurs politiques mais évoquait, une fois encore, la pertinence de la présence de Netanyahu ou de son épouse à un poste à haute-responsabilité.

La publication, rédigée par le journaliste Ben Caspit de Maariv, se concentrait sur le caractère imprévisible présumé de Sara Netanyahu à l’occasion d’une visite des journalistes à son domicile, qui avait eu lieu la veille. Selon les récits de la rencontre, madame Netanyahu avait vivement critiqué Shaked et Bennett et déclaré qu’elle ne trouvait pas Shaked particulièrement jolie.

Un tweet populaire du journaliste israélien Ben Caspit, le 8 avril 2019 (Crédit : Twitter)

Selon le tweet de Caspit, « cette histoire a plus d’ampleur encore que ce qu’a pu présenter [le journaliste de Haaretz] Chaim Levinson. Des témoins oculaires ont entendu des cris terribles, évoquant Bennett et Shaked avec un langage inacceptable, même sur Twitter. ‘C’est la première fois que je me rends compte à quel point elle est folle’, a commenté un témoin. Finalement, on a fait partir sous la contrainte Sara Netanyahu de la pièce et on a fait jurer aux personnes présentes d’oublier ce qu’elles avaient vu et entendu’, » écrivait Caspit.

Le tweet le plus populaire mentionnant le candidat de Zehut, Moshe Feiglin, se référait à une interview étrange qu’il avait accordée au comédien Dudu Bauchner, il y a quelques jours, durant laquelle les deux protagonistes s’étaient massés et frappés leurs pieds nus.

Le tweet, rédigé par le journaliste de Chaim Levinson, disait : « Un trollage formidable. Certains ont téléchargé la vidéo de Moshe Feiglin sur Pornhub, dans la catégorie des fétichistes ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...