Netanyahu salue Israël, comme leader dans la lutte contre le changement climatique
Rechercher

Netanyahu salue Israël, comme leader dans la lutte contre le changement climatique

Le Premier ministre évoque les innovations locales dans la technologie agricole et l'énergie solaire comme exemples pour combattre efficacement la crise mondiale

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu pendant la COP21, la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques, au Bourget, le 30 novembre 2015.  (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu pendant la COP21, la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques, au Bourget, le 30 novembre 2015. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a acclamé lundi Israël pour son « rôle de premier plan » dans la lutte contre le changement climatique, et a pointé du doigt les innovations du pays en matière de technologie de l’environnement comme un exemple pour lutter efficacement contre la crise mondiale.

En s’adressant à quelque 150 dirigeants du monde entier qui assistaient au sommet de l’ONU à Paris, visant à forger un accord pour contrer le réchauffement climatique, M. Netanyahu a appelé la communauté internationale à « se concentrer sur la sécurité, pas seulement des nations du monde, mais du monde lui-même ».

Qualifiant le changement climatique d’une des « questions essentielles de notre époque », le Premier ministre a déclaré qu’Israël s’est consacré aux objectifs de la conférence et a constaté les avancées israéliennes dans la technologie agricole et l’irrigation solaire.

« La technologie nous donne la possibilité d’accomplir l’inimaginable », a déclaré M. Netanyahu, notant qu’Israël a été classé au premier rang dans le Global Clean-Tech Innovation Index (Indice Mondial de l’Innovation de technologie durable) l’an dernier.

« Nous sommes le leader mondial pour faire une utilisation de l’eau plus efficace, donc plus économe en énergie. Israël est le recycleur d’eau numéro un au monde. Il a le ratio le plus élevé pour utiliser l’eau efficacement dans le monde – 70-80 %, et ce, grâce à des technologies innovantes telles que l’irrigation goutte à goutte, que beaucoup d’entre vous, je le sais, maîtrisent », a-t-il déclaré.

Pendant des décennies, a affirmé Netanyahu, Israël a été le pionnier dans la recherche de l’énergie solaire ainsi que dans l’approvisionnement pour le désert, d’innovations agricoles en production alimentaire.

Plus récemment, il annonçait que le Bureau du Premier Ministre lançait une nouvelle initiative visant à réduire la dépendance mondiale sur le pétrole brut et le carburant pour rechercher des solutions de rechange.

« Israël développe ce que je peux appeler une grille intelligente d’énergie, et qui comprend l’utilisation de logements résidentiels, non pas seulement comme consommateur d’énergie, mais comme des usines individuelles qui produisent de l’énergie. Ceci est vraiment la tendance de l’avenir », a-t-il dit.

« Tout ce dont je veux parler ici a un objectif. Optimiser nos ressources ; optimiser la façon dont nous répartissons nos ressources. »

Le Premier ministre a exhorté les dirigeants du monde à utiliser les techniques d’irrigation d’Israël comme exemple pour optimiser la répartition des ressources naturelles limitées.

« Israël a optimisé toute sa vie. Nous n’avions pas de ressources matérielles. Nous avions de l’eau précieuse, très peu d’eau, nous avons dû faire plus avec moins », a-t-il poursuivi.

« Comprenez que nos précipitations dans les 67 ans de l’indépendance d’Israël ont presque diminué de moitié, notre population a été multipliée par dix, notre PIB par habitant a été multiplié par 40. Nous n’avons pas de problème d’eau. Nous avons appris à faire plus avec moins. C’est ce que nous, en tant que planète, devons apprendre à le faire. Nous devons apprendre à faire plus avec moins. »

« Israël est un petit pays avec de grandes idées », a-t-il clôturé, « je crois qu’il ne suffit pas d’avoir ces idées, ou d’appliquer ces idées dans notre propre pays. Nous sommes impatients de les partager avec vous, à la fois individuellement mais aussi en tant qu’organe collectif. »

Netanyahu a également utilisé la tribune pour réitérer sa condamnation de l’incitation à la violence, à la suite des attaques du 13 novembre à Paris.

« Nous devons reconnaître que l’incitation radicale et les mensonges nourrissent le terrorisme. Ceux qui sont attachés à la paix doivent se battre contre l’incitation, il faut dire la vérité », a-t-il signalé.

Le Premier ministre a comparé les terroristes qui ont perpétré les attentats sanglants dans la capitale française au début du mois aux terroristes palestiniens [qui mènent des attaques] contre des civils israéliens au cours des dernières semaines.

« Les valeurs fondamentales que sont la liberté, l’égalité, le pluralisme, la tolérance et la démocratie vaincront en fin de compte le terrorisme », a-t-il déclaré.

Netanyahu a également exhorté le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas à « arrêter d’inciter son peuple à la haine contre Israël, et à commencer à condamner l’assassinat d’innocents en Israël. »

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu (C, G) parle avec le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas (d) en face du président John Key de Nouvelle-Zélande (C) lors de la photo de famille lors de la COP21, la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques, au Bourget , le 30 novembre 2015.(Crédit : AFP PHOTO / POOL / MARTIN BUREAU)
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu (C, G) parle avec le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas (d) en face du président John Key de Nouvelle-Zélande (C) lors de la photo de famille lors de la COP21, la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques, au Bourget , le 30 novembre 2015.(Crédit : AFP PHOTO / POOL / MARTIN BUREAU)

Plus tôt lundi, au sommet, Netanyahu et Abbas se sont serrés la main, pour la première fois en plus de 5 ans.

Netanyahu a plus tard déclaré que le geste était tout simplement « protocolaire », et n’indiquait pas de rapprochement entre les deux dirigeants.

Dans son allocution, M. Abbas a déclaré qu’il était prêt à reprendre les pourparlers de paix avec Jérusalem, et a accusé Israël de nuire à l’environnement palestinien.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...