Netanyahu souhaite une nouvelle loi pour expulser les migrants – média
Rechercher

Netanyahu souhaite une nouvelle loi pour expulser les migrants – média

Le Premier ministre prévoit de faire avancer la législation en contournant les décisions de la Cour suprême de justice

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d'une conférence de presse annonçant le nouvel accord pour le traitement des demandeurs d'asile et des migrants africains illégaux en Israël, au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 2 avril 2018. (Hadas Parush / Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d'une conférence de presse annonçant le nouvel accord pour le traitement des demandeurs d'asile et des migrants africains illégaux en Israël, au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 2 avril 2018. (Hadas Parush / Flash90)

Benjamin Netanyahu prévoit de faire avancer la législation en contournant les décisions de la Cour suprême de justice pour permettre à Israël de continuer à emprisonner les migrants africains et de les expulser du pays, selon Hadashot.

Le reportage télévisé indique que le Premier ministre faisait pression sur ses partenaires de la coalition, à savoir le dirigeant de Koulanou, Moshe Kahlon, pour soutenir le plan. Par le passé, Kahlon s’est opposé à tous les projets de loi de la Knesset qui entrent en conflit avec les décisions de justice.

Le Premier ministre a dit à ses ministres qu’il avait abandonné le plan de l’agence des Nations Unies pour les réfugiés en réponse à leurs objections et qu’il s’attendait donc à ce qu’ils soutiennent sa nouvelle proposition législative, selon le rapport.

Le ministre des Finances Moshe Kahlon serait favorable à l’avancement de la législation de la Knesset qui contournerait la Cour suprême de justice et permettrait à Israël de reprendre l’emprisonnement des migrants africains dans les centres de rétention et de les expulser du pays.

« De mon point de vue, nous pouvons adopter la loi demain », affirme M. Kahlon, cité par Hadashot.

Le tribunal s’est prononcé contre l’incarcération pour une période indéfinie des migrants et a déclaré qu’Israël ne peut expulser les demandeurs d’asile érythréens et soudanais vers un pays tiers que s’il est considéré comme sûr.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...