Israël en guerre - Jour 195

Rechercher

New York ouvre une enquête sur la CUNY pour discrimination anti-juive présumée

La Faculté de Droit va faire l'objet d'une enquête pour le soutien au mouvement BDS de ses enseignants, dans le cadre d'une lutte permanente contre les allégations d'antisémitisme

Luke Tress est le vidéojournaliste et spécialiste des technologies du Times of Israël

Une partisane du BDS lors d'une manifestation anti-Israël, à New York, le 14 octobre 2022. (Crédit : Luke Tress/Times of Israel)
Une partisane du BDS lors d'une manifestation anti-Israël, à New York, le 14 octobre 2022. (Crédit : Luke Tress/Times of Israel)

NEW YORK – Les autorités de l’État ont ouvert une enquête sur le réseau d’universités publiques de la ville de New York pour discrimination présumée contre les Juifs, dans le cadre d’une bataille en cours pour antisémitisme à la City University of New York (CUNY).

La Division des droits de l’Homme de l’État de New York a informé un plaignant de l’enquête dans une lettre la semaine dernière.

La plainte allègue une discrimination à l’encontre des étudiants juifs sionistes et israéliens à la Faculté de Droit de la CUNY, en raison du soutien officiel de sa faculté au mouvement anti-Israël Boycott, désinvestissement et sanctions (BDS).

« Le boycott adopté par la Faculté de Droit de la CUNY constitue une discrimination flagrante à l’encontre des étudiants, des futurs étudiants, des professeurs et des employés, ainsi que des futurs professeurs et employés, sur la base de leurs croyances et de leur origine nationale », indique la plainte.

La loi de l’État de New York interdit les boycotts, les listes noires et toute autre forme de discrimination fondée sur la croyance ou l’origine nationale d’un individu. La plainte fait valoir que le sionisme est une croyance fondamentale pour de nombreux Juifs, ce qui correspond à la définition de « croyance » de l’État.

La condamnation générale des entités israéliennes par la résolution est également discriminatoire sur la base de la nationalité, selon la plainte, qui ajoute que la faculté définit la politique de l’école de droit, notamment en matière de notation, d’admission et de recrutement.

Jeffrey Lax, membre juif de la faculté d’un collège CUNY et figure de proue de l’opposition à l’antisémitisme présumé du système scolaire, a déposé une plainte officielle en juillet. Lax est le co-fondateur du groupe Students and Faculty for Equality at CUNY (SAFE CUNY), qui représentent des étudiants et des professeurs sionistes et israéliens. Le groupe a également demandé une enquête de la ville sur l’adhésion au mouvement BDS.

La Division des droits de l’Homme de l’État de New York a indiqué à Lax dans une lettre la semaine dernière qu’elle avait reçu sa plainte et qu’elle allait ouvrir une enquête. Le département n’a pas répondu à une demande d’informations complémentaires.

« Nous estimons que l’adoption de la politique BDS par une faculté de droit est discriminatoire à l’égard des étudiants, du corps enseignant et du personnel juifs de cette faculté », a déclaré Lax au Times of Israel. « Nous avons exigé que le doyen mette un terme à la mise en œuvre par la CUNY Law School d’une politique BDS discriminatoire et bigote. Il n’a rien fait à ce sujet, il n’a fait que la défendre. »

« Je pense que le message est le suivant ‘nous ne voulons pas de Juifs à la CUNY' », a déclaré Lax.

Des militants du BDS, à New York, le 15 mai 2021. (Crédit : Luke Tress/Times of Israel)

Un porte-parole du système universitaire a déclaré que « la CUNY ne fait pas de commentaires sur les questions confidentielles de personnel ».

La Faculté de Droit de la CUNY a approuvé une résolution BDS en mai 2022, après que l’association des étudiants a adopté une résolution similaire.

La résolution BDS demandait l’élimination du groupe juif traditionnel du campus Hillel, et d’autres groupes, en affirmant qu’ils pratiquaient « l’intimidation » et « le harcèlement » des activistes palestiniens, selon la plainte.

La résolution BDS demandait à la CUNY de couper ses liens avec Israël et se désengager de l’État juif. Elle l’a également accusée d’être « directement complice de l’apartheid, du génocide et des crimes de guerre perpétrés par l’État juif ».

Elle a également exigé la fin des programmes d’échanges éducatifs avec Israël et la rupture de tous les liens avec les Israéliens et les entreprises liées à Israël.

Les responsables de la CUNY ont défendu l’activisme anti-Israël en le qualifiant de liberté d’expression.

L’antisémitisme a été une préoccupation croissante sur les campus de la CUNY ces dernières années, alors que les activités anti-Israël sont devenues plus importantes et que les crimes anti-juifs ont augmenté dans la ville de New York. Des groupes juifs et des fonctionnaires de la ville ont accusé l’administration de fermer les yeux sur les activités anti-juives sur les campus, et des étudiants ont signalé un harcèlement intense.

La CUNY compte 26 collèges, environ 260 000 étudiants et 40 000 professeurs. Elle fait depuis longtemps partie du tissu social de la ville.

Le ministère américain de l’Éducation a ouvert une enquête sur des allégations de harcèlement généralisé d’étudiants juifs au Brooklyn College de la CUNY. L’agence fédérale a lancé un certain nombre d’autres enquêtes similaires sur les campus américains, dont beaucoup se concentrent sur la question de savoir si l’anti-sionisme équivaut à de l’antisémitisme.

Le Syndicat des enseignants de la CUNY a également adopté des résolutions anti-Israël.

À la fin de l’année dernière, la CUNY s’est engagée à prendre une série de mesures pour combattre l’antisémitisme sur ses campus, notamment un partenariat avec Hillel, un portail en ligne pour signaler les discriminations et 750 000 dollars pour des programmes de lutte contre la haine.

« S’assurer que chacun se sente en sécurité et protégé sur nos campus et dans nos bureaux est une priorité absolue à la CUNY, qui est sans doute le système universitaire le plus diversifié du pays et qui attire des personnes de toutes origines et nationalités », a déclaré un porte-parole de la CUNY. « L’université est engagée chaque jour dans des efforts pour combattre l’antisémitisme, la violence, la haine, le racisme et l’intolérance de toute sorte au sein de nos communautés de campus. C’est un travail important mais difficile et sans fin. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.