Rechercher

Un groupe juif demande une enquête sur une faculté de NY pour son soutien au BDS

L'organisation de défense des droits des juifs affirme que le soutien de la faculté au mouvement de boycott est discriminatoire et demande l'ouverture d'une enquête

Luke Tress est le vidéojournaliste et spécialiste des technologies du Times of Israël

Militants du mouvement BDS à New York, le 15 mai 2021. (Crédit : Luke Tress/Times of Israel)
Militants du mouvement BDS à New York, le 15 mai 2021. (Crédit : Luke Tress/Times of Israel)

NEW YORK – Un groupe de défense des droits des Juifs a déposé mardi des demandes officielles d’enquête sur une université de droit publique en raison du soutien de sa faculté au mouvement de boycott anti-Israël, affirmant que ce mouvement est discriminatoire à l’égard des Israéliens et des juifs sionistes.

Des étudiants et professeurs pour l’égalité à la Faculté de Droit de l’université de New York (SAFE CUNY), qui représentent des étudiants et des professeurs sionistes et israéliens, ont déposé plainte auprès de la Commission des droits de l’homme de la ville de New York et de la Division des droits de l’homme de l’État de New York.

Ces plaintes demandent que la ville et l’État enquêtent sur le soutien de l’école de droit au BDS.

Elles allèguent que la décision de la Faculté de Droit de l’université de New York (CUNY) de soutenir le mouvement de boycott, de désinvestissement et de sanctions (BDS) constitue une « discrimination flagrante » à l’encontre des Israéliens, en violation des lois interdisant les boycotts ou les listes noires fondés sur l’origine nationale et d’autres caractéristiques.

En mai, la Faculté de Droit de l’université de New York a voté en faveur d’une résolution du Comité d’étudiants soutenant le BDS.

Selon les plaintes, la résolution visait les étudiants et les professeurs israéliens ; des militants anti-Israël ont publié des informations personnelles permettant d’identifier des individus.

La résolution BDS demandait l’élimination du groupe juif traditionnel Hillel, ainsi que d’autres groupes, en affirmant qu’ils pratiquaient « l’intimidation » et « le harcèlement » des activistes palestiniens, a été indiqué dans les dépôts de plainte.

La résolution étudiante demandait à la la Faculté de Droit de l’université de New York de couper ses liens avec Israël, de désinvestir de l’État juif et accusait l’école d’être « directement complice de l’apartheid, du génocide et des crimes de guerre perpétrés par l’État juif ».

Elle a également exigé la fin des programmes d’échanges éducatifs avec Israël et la rupture de tous les liens avec les Israéliens et les entreprises liées à Israël.

L’antisémitisme a été une préoccupation croissante sur les campus de la Faculté de Droit de l’université de New York ces dernières années, alors que les activités anti-israéliennes deviennent plus importantes et que les crimes anti-juifs augmentent à New York. Des groupes juifs ont accusé l’administration de fermer les yeux sur les activités anti-juives très répandues sur les campus.

La Faculté de Droit de l’université de New York compte 26 campus avec environ 260 000 étudiants et 40 000 professeurs et fait depuis longtemps partie de la ville.

La semaine dernière, le chancelier de la la Faculté de Droit de l’université de New York a annulé pour la deuxième fois sa participation à une audience du conseil municipal sur l’antisémitisme dans ses campus.

Inna Vernikov, membre du conseil municipal de New York, au centre, et des militants contre l’antisémitisme à l’hôtel de ville de New York, le 30 juin 2022. (Crédit: Luke Tress/Times of Israel)

Son absence a excédé les membres juifs du conseil municipal de New York qui ont convoqué l’audience, qui ont déclaré que c’était une preuve supplémentaire que la la Faculté de Droit de l’université de New York ne prenait pas l’antisémitisme au sérieux. Aucun représentant de la Faculté de Droit de l’université de New York n’était présent.

Lors de l’audience qui a duré toute la journée, des dizaines d’étudiants et de professeurs ont décrit une atmosphère de harcèlement et d’intimidation à l’encontre des Juifs de la part des professeurs et des étudiants de la Faculté de Droit de l’université de New York, en particulier à l’encontre des étudiants juifs qui soutiennent Israël.

Dans d’autres développements récents, en mai, une activiste propalestinienne de premier plan a prononcé un discours lors de la cérémonie de remise des diplômes de droit de la la Faculté de Droit de l’université de New York qui était largement dirigé contre Israël. Lors de manifestations régulières, l’activiste a appelé à la destruction d’Israël, à une « intifada mondiale » et à s’en prendre aux Juifs. Certaines de ces manifestations ont donné lieu à des actes de violence contre des Juifs.

En février, le ministère américain de l’Éducation a ouvert une enquête sur des allégations de harcèlement généralisé d’étudiants juifs au Brooklyn College, qui fait partie de la la Faculté de Droit de l’université de New York.

Le syndicat des professeurs de la Faculté de Droit de l’université de New York a également adopté des résolutions anti-Israël.

Les militants du mouvement de boycott d’Israël affirment qu’en exhortant les entreprises, les artistes et les universités à rompre leurs liens avec Israël, ils utilisent des moyens non violents pour s’opposer aux politiques injustes envers les Palestiniens.

Israël affirme que le mouvement masque ses motivations à délégitimer  et à détruire l’État juif, et les groupes juifs affirment que son anti-sionisme sert de couverture pour son antisémitisme.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...