Nir Barkat, député le plus riche de la Knesset, renonce à son salaire d’élu
Rechercher

Nir Barkat, député le plus riche de la Knesset, renonce à son salaire d’élu

L'ancien maire de Jérusalem devra peut-être pourtant recevoir ses indemnités comme la loi l'impose

Le candidat Likud à la Knesset et ancien maire de Jérusalem Nir Barkat. (Yonatan Sindel/Flash90)
Le candidat Likud à la Knesset et ancien maire de Jérusalem Nir Barkat. (Yonatan Sindel/Flash90)

Nir Barkat, l’ancien maire de Jérusalem et nouveau député le plus riche de la Knesset, a demandé à ne pas toucher son salaire parlementaire et à recevoir un shekel symbolique par an en guise de compensation.

Barkat, un membre du Likud, a effectué la demande dans une lettre adressée mardi au responsable financier de la Knesset, Haim Avidor, après qu’Avidor a déclaré aux nouveaux députés, dans un séminaire d’information organisé plus tôt dans la journée, qu’il y avait des problèmes de procédure quand des députés choisissaient de ne pas être payés.

« Après 10 années de service en tant que maire de Jérusalem pour le salaire symbolique d’un shekel par an, je demande maintenant à fixer mon indemnité de représentant élu à la Knesset au même niveau d’un shekel par an », a écrit Barkat à Avidor.

« C’est un très grand privilège pour moi de servir le public sans rien recevoir en retour. Je suis certain que, tout comme cela a été possible à la mairie de Jérusalem, je continuerai à procéder de la sorte dans ma fonction de membre de la Knesset ».

Le refus de Barkat d’être payé pour sa fonction publique n’aurait pas beaucoup d’impact sur la situation financière du multimillionnaire qui a bâti seul sa fortune.

En février, le magazine d’affaires Forbes Israël a estimé que le patrimoine de l’ancien maire se situait à environ 500 millions de shekels (124 millions d’euros), faisant de lui l’élu le plus riche de la nouvelle Knesset.

Avant d’entrer en politique à la municipalité de Jérusalem, Barkat et son frère Eli ont fondé une entreprise de logiciels informatiques anti-virus qui s’est ensuite transformée en fonds d’investissement à succès dans le domaine de la haute technologie.

Si Avidor trouve un moyen de contourner l’obligation juridique de payer les députés avec les salaires imposés dans la loi – comme dans d’autres Parlements, les élus israéliens fixent leur propre salaire par législation – et en supposant que la Knesset dure effectivement quatre ans, Barkat abandonnera un salaire, avant imposition, égal à environ 0,4 % de ce que l’on estime être actuellement son patrimoine sur la période de quatre ans.

Au salaire standard des députés qui se situe autour de 44 000 shekels
(10 920 euros) par mois, il devrait gagner environ 2,11 millions de shekels (soit environ 524 000 euros) sur la période de quatre ans, avant imposition, en plus d’une somme d’environ 132 000 shekels (soit environ 32 700 euros) d’indemnités diverses sur cette période.

Quand il a été intronisé mardi, Barkat a fait descendre l’ancien élu le plus riche, le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à la deuxième place. Dans un article de février, Forbes a estimé que le patrimoine de Netanyahu se situait à environ 50 millions de shekels (12,4 millions euros), dont une grande partie proviendrait d’activités de consulting et des conférences que le Premier ministre a effectuées pendant son retrait de la vie politique de 10 ans après avoir perdu l’élection de 1999.

A la troisième place du classement, on retrouve le chef du parti travailliste Avi Gabbay, un ancien PDG du géant des télécommunications Bezeq, avec une fortune estimée à 29 millions de shekels (7,1 millions d’euros), suivi du ministre des Services sociaux du Likud Haim Katz avec 28 millions de shekels (6,9 millions d’euros). Katz a dirigé le syndicat des Industries aérospatiales israéliennes avant d’entrer en politique.

Katz est suivi de près par Yair Lapid, le chef du parti Yesh Atid, un ancien présentateur et chroniqueur de la télévision, avec 25 millions de shekels (6,2 millions d’euros).

L’ancien chef de l’armée Benny Gantz, maintenant à la tête de Kakhol lavan, est une autre personnalité présente sur la liste. Son patrimoine a été estimé à la valeur relativement modeste de 8 millions de shekels (1,9 millions d’euros), même si Forbes a précisé que cette somme ne comprenait pas sa retraite militaire, qui pourrait lui rapporter 20 millions de shekels supplémentaires (4,9 millions d’euros) quand Gantz, actuellement âgé de 59 ans, aura fêté ses 80 ans.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...