Rechercher

Nucléaire iranien : Israël et les États-Unis se prépareraient au pire scénario

Alors que les négociations échouent à Vienne, un responsable américain dit que des exercices contre les installations nucléaires seront discutés

Des F-15 israéliens accompagnent un B-1B Lancer américain au-dessus d'Israël dans le cadre d'une patrouille de présence au-dessus de la zone de responsabilité du Commandement central américain, le 30 octobre 2021. (Crédit : US Air Force/Senior Airman Jerreht Harris)
Des F-15 israéliens accompagnent un B-1B Lancer américain au-dessus d'Israël dans le cadre d'une patrouille de présence au-dessus de la zone de responsabilité du Commandement central américain, le 30 octobre 2021. (Crédit : US Air Force/Senior Airman Jerreht Harris)

Les chefs des armées israélienne et américaine doivent discuter d’éventuels exercices militaires pour s’entraîner à détruire les installations nucléaires iraniennes dans le pire des scénarios possibles, a déclaré mercredi un haut responsable américain.

Ce commentaire est intervenu alors que les négociations nucléaires, en perte de vitesse, devaient reprendre jeudi à Vienne et que le ministre de la Défense, Benny Gantz, s’est rendu à Washington pour rencontrer les principaux responsables militaires américains.

Les représentants américains et européens qui participent aux négociations nucléaires ont exprimé leur pessimisme et leur frustration face aux exigences de l’Iran la semaine dernière.

Les éventuels exercices militaires permettraient de se préparer à un scénario dans lequel les négociations échoueraient avec l’Iran et les dirigeants américains et israéliens demanderaient une frappe militaire, a déclaré le responsable américain à l’agence de presse Reuters.

« L’Iran est une menace pour la paix mondiale et cherche à devenir une menace existentielle pour Israël », a déclaré Gantz avant son départ pour les États-Unis.

« Lors des réunions, nous discuterons des mesures envisageables pour veiller à ce qu’il cesse de tenter d’atteindre le nucléaire et d’étendre ses activités dans la région », a-t-il déclaré.

Gantz a indiqué qu’il rencontrerait le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, et le secrétaire d’État, Antony Blinken.

Le responsable américain n’a pas donné de détails sur les préparatifs éventuels.

« Nous sommes dans ce pétrin parce que le programme nucléaire iranien progresse à un point au-delà duquel il n’a aucune justification conventionnelle », a déclaré le responsable à Reuters.

En octobre, les chefs militaires américains ont informé le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, des options militaires permettant de mettre un terme au programme nucléaire iranien, selon le reportage.

Le chef d’état-major de Tsahal Aviv Kohavi, à gauche, et le ministre de la Défense Benny Gantz assistent à une réunion de la commission de la Défense et des Affaires étrangères à la Knesset, le 19 octobre 2021. (Yonatan Sindel/Flash90)

Selon un reportage publié mercredi, l’armée israélienne organisera au printemps un exercice à grande échelle au-dessus de la Méditerranée avec des dizaines d’avions simulant une frappe contre le programme nucléaire iranien.

En janvier, le chef de l’armée Aviv Kohavi a annoncé qu’il donnait l’ordre à l’armée d’élaborer de nouveaux plans pour une attaque contre le programme nucléaire iranien. L’armée a reçu des milliards de shekels de fonds supplémentaires pour se préparer à une telle attaque dans le cadre du budget national récemment adopté.

Le mois dernier, Kohavi a déclaré à la commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset que l’armée « accélère la planification opérationnelle et la préparation pour faire face à l’Iran et à la menace nucléaire militaire ».

Bien que les responsables israéliens aient souligné qu’Israël pourrait effectuer une frappe sans coordination avec les États-Unis, certains analystes ont émis des doutes sur la capacité de Tsahal à le faire, car plusieurs installations iraniennes sont enfouies assez profondément sous terre et une opération nécessiterait des munitions particulièrement puissantes, que seuls les États-Unis possèdent actuellement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...