Israël en guerre - Jour 230

Rechercher

Officiel israélien : Netanyahu rencontrera Biden à New York, pas à la Maison Blanche

Le Premier ministre passera probablement le week-end aux États-Unis et il retournera en Israël juste avant le début de Yom Kippour

Le vice-président américain de l'époque, Joe Biden, serre la main au Premier ministre Benjamin Netanyahu à la résidence du Premier ministre de Jérusalem, le 9 mars 2010. (Crédit : Ariel Schalit/AP/File)
Le vice-président américain de l'époque, Joe Biden, serre la main au Premier ministre Benjamin Netanyahu à la résidence du Premier ministre de Jérusalem, le 9 mars 2010. (Crédit : Ariel Schalit/AP/File)

Un haut-responsable israélien a confirmé vendredi au Times of Israel que le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontrera le président américain Joe Biden en marge de l’Assemblée des Nations unies à New York, à la fin du mois. Ces propos mettent un terme aux rumeurs qui laissaient entendre que Netanyahu pourrait aussi s’entretenir avec Biden à la Maison Blanche, comme l’espérait ouvertement le Premier ministre.

Netanyahu n’a pas encore rencontré Biden en personne depuis qu’il a repris les rênes du pays, il y a plus de huit mois. La Maison Blanche a exprimé sa désapprobation face à de nombreuses déclarations et initiatives émanant des membres du gouvernement de la ligne dure de Netanyahu, et ce de manière répétée. Elle a aussi fait part de son mécontentement face au plan de refonte du système judiciaire israélien qui ébranle le pays depuis que le projet a été annoncé au mois de janvier.

Dans la mesure où l’emploi du temps de Biden n’a pas encore été finalisé, le moment exact où aura lieu la réunion entre les deux dirigeant n’a pas encore été confirmé, a noté l’officiel israélien. Les autres leaders du monde que Netanyahu serait susceptible de rencontrer alors qu’il se trouve à New York à l’occasion de l’Assemblée générale des Nations unies restent encore indéterminés.

Netanyahu devait initialement prendre la parole devant l’Assemblée générale le 21 septembre mais ce discours pourrait être déplacé au 22 septembre, un vendredi.

Un tel changement induirait que Netanyahu doive rester à New York pendant le week-end et ne revenir que le samedi soir, atterrissant juste avant le début de Yom Kippour, le dimanche soir. L’espace aérien israélien est fermé à Yom Kippour.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu prononce un discours devant l’Assemblée générale des Nations Unies, le 27 septembre 2018, à New York. (John Moore/Getty Images/AFP)

Depuis qu’il a repris le pouvoir à la fin du mois de décembre, Netanyahu a essayé d’obtenir une invitation convoitée dans le Bureau Ovale avec le président américain, alors même que Biden lui-même s’en prenait avec force au Premier ministre de façon répétée.

Biden avait indiqué, fin mars, qu’il n’inviterait pas Netanyahu « à court terme », expliquant être « très inquiet » au sujet de la démocratie israélienne dans le cadre du plan de refonte du système de la justice israélien avancé par la coalition.

Des propos que le président avait spontanément tenus après que l’envoyé américain en Israël de l’époque, Tom Nides, a confié aux médias israéliens qu’une telle rencontre aurait probablement lieu après la suspension, par le Premier ministre, d’une loi entrant dans le cadre du plan de refonte du système judiciaire. Une suspension qui avait pris fin quelques mois plus tard et le gouvernement a depuis adopté la loi très controversée sur la « raisonnabilité », qui limite les capacités de réexamen des décisions gouvernementales par les juges.

Au mois de juillet, le Bureau de Netanyahu avait annoncé que Biden l’avait invité pour un entretien, sans préciser de lieu. Confirmant cette invitation à ce moment-là, le porte-parole du Conseil de sécurité nationale, John Kirby, avait fait remarquer que ce geste « ne signifie pas pour autant que nous sommes moins inquiets au sujet du plan de refonte du système judiciaire ou au sujet des extrémistes qui siègent dans le gouvernement israélien. Nous restons très préoccupés ».

Les liens entre Jérusalem et Washington ont été tumultueux depuis le retour au pouvoir de Netanyahu, à la fin de l’année 2022, avec le soutien d’une coalition qui comprend des extrémistes de droite. La Maison Blanche a condamné l’élargissement des implantations, les violences anti-palestiniennes endémiques, la menace pesant sur les libertés civiles et le projet du gouvernement qui vise à affaiblir le système judiciaire.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.