Israël en guerre - Jour 140

Rechercher
Les victimes du 7 octobre

Ofir Erez, 57 ans : Guide touristique et acteur communautaire « incroyablement drôle »

Assassiné par des terroristes du Hamas à l'entrée du kibboutz Sufa, le 7 octobre 2023

Le major (réserviste) Ofir Erez, tué par des terroristes du Hamas à l'entrée du kibboutz Sufa le 7 octobre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Le major (réserviste) Ofir Erez, tué par des terroristes du Hamas à l'entrée du kibboutz Sufa le 7 octobre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Ofir Erez, 57 ans, originaire du kibboutz Sufa, a été tué par des terroristes palestiniens du Hamas à l’entrée de son kibboutz, le 7 octobre.

Il laisse dans le deuil sa femme Yaël et leurs deux enfants, Dan et Ido, ainsi que ses parents, Pnina et Zvi, et ses frères et sœurs Doron, Gil et Amit.

En tant que membre de l’équipe de sécurité locale du kibboutz, Ofir a été reconnu à titre posthume comme un soldat tombé au combat avec le grade de major.

Ofir avait prévu de rendre visite à sa mère à Rishon Lezion ce matin-là et quittait son kibboutz au moment où les terroristes y pénétraient. Ceux-ci ont criblé de balles sa voiture, le tuant sur le coup. L’événement a été filmé par les caméras du poste de garde du kibboutz ainsi que par les caméras corporelles des terroristes du Hamas.

Ses funérailles ont eu lieu à Rishon Lezion le 17 octobre et il a été enterré à Avshalom. Ofir était commandant de compagnie dans la Brigade Nahal pendant son service militaire et a ensuite été membre de l’équipe de sécurité du kibboutz Sufa. Il était guide touristique et connaissait parfaitement la faune et la flore israéliennes.

Son neveu, Shahar Erez, a écrit sur Facebook qu’il était étrange de faire son éloge funèbre « alors qu’il y a quelques semaines à peine, nous étions assis chez Rotem, nous mangions et nous riions ».

« Tant de souvenirs remontent à la surface, depuis les sauts sur ses genoux quand j’étais tout petit, l’excitation de te retrouver lors de notre voyage scolaire et l’enthousiasme devant toute la classe que mon oncle soit le guide touristique, jusqu’à nos dernières conversations en tant qu’adultes qui n’ont jamais vraiment grandi. »

« J’espère que tu continueras à raconter des blagues et des devinettes au paradis, je suis sûr que tout le monde t’aimera, c’est impossible autrement. Tu aimais et connaissais chaque pierre et chaque plante de cette terre, et tu as été assassiné simplement parce que tu vivais ici. »

Le jour de son 58e anniversaire, son fils Dan a écrit sur Facebook : « En raison de ce que tu es, je me suis dit que tu préférerais recevoir une heureuse bénédiction plutôt qu’un triste éloge funèbre. »

Dan a fait remarquer que de nombreux amis de son père lui avait parlé depuis qu’il a été tué. « Ils m’ont dit quel genre de personne tu étais, et bien sûr, je savais tout cela, mais le fait de l’entendre de la bouche de tant de personnes est rafraîchissant. Entre toi et moi, tu m’as toujours dit que 120 ans était un âge vraiment très avancé pour vivre, et que tu voulais ‘arrêter tôt’. Tu étais là pour tant de gens, tu étais une éponge à sentiments, tu as pris soin, aidé, étreint et enveloppé, mais il est temps maintenant de te concentrer sur ton propre bonheur – où que tu ailles, sois simplement heureux. »

« Ofir était un homme incroyablement drôle », a déclaré son épouse Yaël lors d’une interview accordée à la chaîne publique israélienne Kan le 4 novembre.

« Son humour était parfois idiot, mais tout le monde l’aimait. Il jouait dans le théâtre communautaire. Il aimait faire des imitations, il aimait jouer – cela faisait partie de sa personnalité. »

« Nous sommes toujours ensemble », a déclaré Yael à propos de son défunt mari. « Il est avec moi dans mon cœur. »

Elle a confié à Kan qu’elle lui envoyait encore des messages WhatsApp presque tous les jours.

En montrant le pendentif en or qu’elle porte autour du cou, Yaël a ajouté : « C’est ici que je le porte. C’est ce qu’il m’a offert l’année dernière pour mon anniversaire. Un cœur, avec nos visages gravés dessus. »

Pour lire d’autres hommages sur les victimes des massacres du Hamas du 7/10/2023 et de la guerre qui s’en est suivie, cliquez ici.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.