Ohana : la police devrait traiter tous les manifestants « de manière égale »
Rechercher

Ohana : la police devrait traiter tous les manifestants « de manière égale »

Le ministre de la Sécurité publique avait accusé la police d'être trop laxiste avec des manifestants à Jérusalem par rapport à d'autres manifestations

Le ministre israélien de la Sécurité publique Amir Ohana tient une conférence de presse à Jérusalem, le 15 juillet 2020. (Flash90)
Le ministre israélien de la Sécurité publique Amir Ohana tient une conférence de presse à Jérusalem, le 15 juillet 2020. (Flash90)

Samedi, Amir Ohana, le ministre de la Sécurité publique, un allié fidèle du Premier ministre Benjamin Netanyahu, a déclaré qu’il s’attendait à ce que la police agisse de « manière égale » contre les manifestants des différentes communautés d’Israël, dans le contexte des manifestations à Jérusalem contre Netanyahu.

Le commentaire est intervenu après qu’Ohana, dont le bureau supervise la police, avait accusé la police plus tôt cette semaine d’être trop laxiste avec des manifestants à Jérusalem par rapport à d’autres manifestations – particulièrement les groupes minoritaires – où la police a parfois été accusée d’usage excessif de la force.

« J’attends que la police agisse de manière égale avec toutes les communautés », a déclaré Ohana lors d’un entretien à la Douzième chaîne samedi soir. Je ne soutiens pas la violence policière et j’attends des commandants qu’ils agissent contre elle. Mais comment puis-je expliquer que dans une manifestation haredi [ultra-orthodoxe], la police agisse d’une manière, et dans cette manifestation, ils agissent d’une autre manière ? »

Ohana a déclaré que le droit de manifester et le droit à l’auto-expression doivent être maintenus, mais que les manifestations étaient premièrement un risque pour le coronavirus, et deuxièmement, une gêne pour la vie des résidents à proximité de la résidence du Premier ministre à Jérusalem. Il a dit qu’il avait entendu des plaintes de résidents que leurs vies s’étaient transformées en un « cauchemar inacceptable » et il a accusé les manifestants de « se soulager » dans ou autour de leurs propriétés.

La police israélienne utilise un canon à eau pour disperser les manifestants lors d’une manifestation contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu devant la résidence du Premier ministre à Jérusalem, le 23 juillet 2020. (Noam Revkin Fenton/Flash90)

Le ministre a déclaré que dans le contexte de l’augmentation de cas du coronavirus, il y a un « besoin de restreindre le nombre de manifestations et peut-être de changer leur localisation », préconisant un « endroit plus ouvert ». Ohana a déclaré que les ressources du pays devaient être « utilisées pour combattre le virus ».

Ohana a rejeté l’idée que Netanyahu ferait pression sur lui pour faire cesser les manifestations contre lui, ajoutant que le Premier ministre ne lui avait pas parlé des manifestations contre lui.

Des milliers de manifestants se sont encore rassemblés dans plusieurs endroits à travers le pays samedi soir, notamment au parc Charles Clore à Tel Aviv; à proximité de la résidence privée du Premier ministre à Césarée; et, par milliers, autour de la résidence officielle du Premier ministre à Jérusalem.

Des manifestations ont été organisées presque chaque soir de la semaine dernière à proximité de la résidence officielle. Lors de la dernière manifestation tard jeudi et tôt vendredi, la police a arrêté ou détenu 55 personnes appelant à la démission de Netanyahu.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...