Olmert condamné après avoir plaidé coupable pour subornation de témoin
Rechercher

Olmert condamné après avoir plaidé coupable pour subornation de témoin

L'ancien Premier ministre a été reconnu coupable d'entrave à la justice en essayant de réduire au silence sa secrétaire

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

L'ancien Premier ministre Ehud Olmert dans la salle d'audience du tribunal de première instance de Jérusalem, le 2 février 2016 (Crédit : Gili Yohanan / POOL)
L'ancien Premier ministre Ehud Olmert dans la salle d'audience du tribunal de première instance de Jérusalem, le 2 février 2016 (Crédit : Gili Yohanan / POOL)

L’ancien Premier ministre Ehud Olmert a été reconnu coupable mardi d’entrave à la justice dans deux affaires de corruption portées contre lui après avoir plaidé coupable suite à une négociation de plaidoyer conclu avec le bureau du procureur d’Etat.

Selon les termes de l’accord, la partie civile et l’accusation ont demandé à la cour de première instance de Jérusalem qu’Olmert reçoive une amende de 50 000 shekels et soit condamné à six mois de prison, à purger concurremment avec sa condamnation de 18 mois à laquelle il a été condamné pour son rôle dans le scandale immobilier Holyland.

Le tribunal a jusqu’au 10 février pour rendre un verdict sur la peine.

Cet accord représente la première admission de culpabilité de l’ancien Premier ministre et maire de Jérusalem, qui a toujours clamé son innocence pendant les huit années de procédures judiciaires dans différentes affaires.

Olmert a tenté de convaincre son ancienne secrétaire Shula Zaken de ne pas témoigner contre lui dans l’affaire Holyland et dans une deuxième affaire impliquant des pots-de-vin l’argent reçus de l’homme d’affaires américain, Morris Talansky, en lui offrant de l’argent en échange de son silence.

Dans des enregistrements secrets de Zaken, Olmert peut être entendu qui dit : « Si je ne suis pas acquitté, personne ne sera acquitté ».

Shula Zaken - 3 novembre 2014 (Crédit : Gili Yohanan/POOL)
Shula Zaken – 3 novembre 2014 (Crédit : Gili Yohanan/POOL)

Les enregistrements révèlent aussi une proposition d’avoir ses frais juridiques payés en échange de son silence.

L’accord, qui a été signé le 18 janvier, représente un effort de la dernière chance de l’équipe juridique d’Olmert pour éviter une peine de prison après les condamnations prononcées dans les affaires Holyland et Talansky, dans le cadre desquels Olmert a été condamné à des peines de prison.

Olmert avait été condamné en mai 2014 à six ans de prison pour deux inculpations distinctes pour corruption dans les années 2000 dans le cadre de la construction du complexe résidentiel Holyland à Jérusalem. Mais en décembre, la Cour suprême a réduit sa peine de 6 ans à 18 mois de prison et l’a acquitté de l’une des inculpations.

La peine de prison – ce sera la première fois qu’un ancien Premier ministre israélien ira en prison – doit prendre effet le 15 février.

Dans une autre affaire, la cour de district de Jérusalem a condamné Olmert en mai à huit mois de prison pour fraude et corruption suite à un nouveau procès sur des allégations qui affirmaient qu’il avait perçu des enveloppes d’argent de Talansky alors qu’il était encore ministre du Commerce et de l’Industrie.

Olmert a été reconnu coupable l’an dernier d’avoir accepté des pots-de-vin de Talanksy en échange de faveurs politiques. Zaken, qui a été condamnée à une peine de prison dans son rôle dans l’affaire Holyland, a témoigné contre Olmert dans cette affaire.

Olmert a été acquitté d’autres inculpations de corruption.

Les procureurs ont demandé à la Cour suprême d’ajouter huit mois de la condamnation dans l’affaire Talansky au 18 mois au verdict de Holyland, ce qui fera au total 26 mois de prison, tandis que les avocats d’Olmert cherchent une peine concurrente, lui permettant de servir les deux sentences sur une même durée de 18 mois (avec une possibilité d’avoir un tiers de la peine commuée pour bonne conduite).

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...