Israël en guerre - Jour 189

Rechercher

Opération de Tsahal à Jénine : Réactions

Alors que la Jordanie se joint à l'AP pour condamner la récente opération militaire, les dirigeants du mouvement pro-implantations se réjouissent de la réponse israélienne

Le dirigeant de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas participant à une réunion avec le président chinois Xi Jinping au Grand Hall du Peuple, à Pékin, le 14 juin 2023. (Crédit : Jade Gao/POOL/AFP)
Le dirigeant de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas participant à une réunion avec le président chinois Xi Jinping au Grand Hall du Peuple, à Pékin, le 14 juin 2023. (Crédit : Jade Gao/POOL/AFP)

Le dirigeant de l’Autorité palestinienne (AP), Mahmoud Abbas, a demandé lundi à la direction palestinienne de tenir une « réunion urgente » sur l’opération menée par Tsahal à Jénine, ville bastion du terrorisme en Cisjordanie, a rapporté l’agence de presse officielle Wafa.

L’agence a également indiqué que l’AP et la Jordanie se sont entretenues à ce sujet.

La Jordanie avait auparavant déjà condamné « l’agression israélienne » à Jénine et appelé la communauté internationale à faire pression sur Israël pour qu’il mette fin à l’opération avant que la situation « n’explose ».

Selon le ministère jordanien des Affaires étrangères, le ministre des Affaires étrangères Ayman Safadi s’est entretenu avec un haut responsable de l’AP, Hussein al-Cheikh, pour condamner l’opération, la qualifiant de « dangereuse escalade qui déclencherait de vastes cycles de violence ».

Safadi a estimé que « les attaques israéliennes répétées contre les villes palestiniennes ne feront qu’accroître les tensions, qui sont également alimentées par des mesures israéliennes illégales qui sapent la solution des deux États et tuent l’espoir de parvenir à une paix juste et globale ».

Le plus haut diplomate jordanien a également appelé Israël à s’engager dans des négociations pour parvenir à une solution à deux États.

Le leader du Hamas, Ismail Haniyeh, s’exprimant lors d’une conférence de presse après sa rencontre avec le président libanais Michel Aoun, au palais présidentiel, à Baabda, à l’est de Beyrouth, au Liban, le 28 juin 2021. (Crédit : Dalati Nohra/Gouvernement officiel libanais via AP)

Le chef du groupe terroriste palestinien du Hamas, Ismaïl Haniyeh, a déclaré dans un communiqué que son peuple « sait comment répondre » à l’opération massive menée par Tsahal dans la ville de Cisjordanie.

« Nous appelons notre peuple, dans toute la Cisjordanie, à se tenir aux côtés de Jénine et à défendre ses habitants afin de contrecarrer le plan de l’ennemi », a déclaré Haniyeh dans un communiqué.

« Le sang versé à Jénine déterminera la nature de la prochaine étape dans toutes les directions », a-t-il ajouté.

« Notre peuple et sa résistance partout dans le monde savent comment répondre à cette agression barbare. »

Ziad Nakhleh, haut responsable du groupe terroriste du Jihad islamique palestinien, a qualifié de « massacre » l’opération menée à Jénine et a affirmé que le groupe terroriste réagira.

Un Palestinien blessé transporté dans un hôpital lors d’un raid militaire israélien dans le camp de réfugiés de Jénine, en Cisjordanie, le 3 juillet 2023. (Crédit : AP Photo/Nasser Nasser)

« Ce qui se passe à Jénine est un massacre perpétré par l’ennemi contre le peuple palestinien », a déclaré Ziad Nakhleh.

« La résistance palestinienne et les brigades Al-Quds réagiront pour mettre fin à ce massacre », a-t-il ajouté.

La Maison Blanche a elle exprimé ce lundi son soutien à « la sécurité d’Israël et son droit de défendre son peuple contre le Hamas, le Jihad islamique palestinien et d’autres groupes terroristes ».

Un porte-parole du Conseil de sécurité nationale a ajouté dans un communiqué que l’administration « surveillait de près la situation ».

Les Émirats arabes unis ont fermement condamné l’opération militaire, appelant à « l’arrêt immédiat des opérations répétées et croissantes contre le peuple palestinien ».

Le ministère des Affaires étrangères des Émirats arabes unis a également souligné la nécessité de revenir aux efforts de paix régionaux et internationaux et de mettre fin aux pratiques qui menacent une solution à deux États.

Un Palestinien regardant par la fenêtre alors que de la fumée s’élève suite à l’attaque d’un drone israélien dans la ville de Jénine, en Cisjordanie, le 3 juillet 2023. (Crédit : Jaafar Ashtiyeh/AFP)

Le ton des Émirats arabes unis a été nettement moins virulent que celui de la Jordanie et de l’Égypte.

Le président du parti Hadash-Taal, le député Ayman Odeh, a déclaré que l’opération faisait partie d’un plan visant à annexer des pans de la Cisjordanie.

« L’objectif est l’annexion de la zone C », a déclaré Odeh au début de la réunion de sa faction à la Knesset, faisant référence aux zones contrôlées par Israël dans le cadre des accords d’Oslo.

« La nation palestinienne continuera à lutter jusqu’à ce qu’une nation soit formée sur les lignes de 1967, aux côtés de l’État d’Israël », a-t-il déclaré.

Au moins sept Palestiniens ont été tués dans les heures qui ont suivi le lancement de l’opération militaire israélienne à l’aube de lundi matin.

Cette opération semble être la plus importante menée en Cisjordanie depuis des années et survient alors que les tensions sont à leur comble à la suite d’une série d’attentats terroristes meurtriers perpétrés par des Palestiniens de la région de Jénine.

La coordinatrice humanitaire des Nations Unies pour la Cisjordanie et Gaza, Lynn Hastings, a tweeté qu’elle était « alarmée » par l’ampleur de l’opération et a déclaré que « des frappes aériennes ont été utilisées dans le camp de réfugiés densément peuplé ».

De la fumée s’échappant des maisons à l’intérieur du camp de réfugiés de Jénine, après une frappe aérienne israélienne dans la ville de Jénine, au nord de la Cisjordanie, le 3 juillet 2023. (Crédit : Jaafar Ashtiyeh/AFP)

« L’accès à tous les blessés doit être assuré », a déclaré Hastings, ajoutant que son bureau « mobilisait les partenaires humanitaires pour fournir de l’aide ».

Dans une missive adressée aux troupes, le chef de la division militaire de Cisjordanie a déclaré que l’objectif de l’opération majeure à Jénine est de « changer la situation » dans la ville de Cisjordanie.

« La ville de Jénine, et en particulier le camp de réfugiés, est un bastion du terrorisme qui s’exporte dans toute la Cisjordanie et sur le front intérieur », a précisé le général de brigade Avi Blot.

« Aux yeux de l’ennemi, le camp de réfugiés est devenu une ‘ville refuge’ et la liberté d’action de Tsahal dans la région est remise en question », a-t-il ajouté.

Le général de brigade Avi Blot, commandant de la division de Cisjordanie de Tsahal, au quartier général opérationnel de l’unité lors d’une opération majeure dans la ville de Jénine, à l’aube du 3 juillet 2023. (Crédit : Armée israélienne)

« Nous nous lançons dans cette opération pour changer la situation et étendre notre liberté d’action. Notre mission : créer un contrôle opérationnel, contrecarrer et arrêter les terroristes, détruire les infrastructures ennemies et confisquer les armes », a expliqué Blot.

Blot a fait référence à l’opération par son nom, l’appelant « Bayit Végan », littéralement « Maison et Jardin », alors que l’unité du porte-parole de Tsahal avait précédemment déclaré que l’opération n’avait pas de nom officiel.

Des affrontements sporadiques et des frappes aériennes israéliennes se sont poursuivis tout au long de la matinée et de l’après-midi à Jénine.

Des membres du Bataillon de Jénine, une branche locale du Jihad islamique palestinien, ont affirmé que leurs membres avaient ouvert le feu sur les troupes israéliennes dans la ville et avaient visé des véhicules militaires, dont un bulldozer D9, à l’aide d’engins explosifs.

Des bulldozers D9 ont été vus en train de détruire des routes dans la ville, apparemment pour s’assurer qu’aucune bombe en bord de route n’était cachée dans la région. Lors d’un raid à Jénine le mois dernier, une grosse bombe avait explosé sous un véhicule de Tsahal, blessant huit soldats.

De la fumée s’élevant lors d’une opération militaire israélienne dans la ville de Jénine, en Cisjordanie, le 3 juillet 2023. (Crédit : Nasser Ishtayeh/Flash90)

Israël a frappé « avec une grande force » Jénine, « plaque tournante du terrorisme », où l’armée israélienne mène une vaste opération visant notamment le camp de réfugiés palestiniens de cette ville de Cisjordanie, a déclaré lundi le ministre israélien des Affaires étrangères Eli Cohen.

Des « attaques terroristes contre des civils » israéliens ont été fomentées dans le camp de Jénine, a déclaré Cohen à des journalistes. « Nous frappons [cette] plaque tournante du terrorisme avec force », a-t-il ajouté.

Les dirigeants du mouvement pro-implantations se sont quant à eux réjouis de l’opération menée par l’armée israélienne à Jénine, après une récente série d’attaques terroristes en Cisjordanie qui ont donné lieu à des demandes de la part des hommes politiques responsables des implantations en faveur d’une réponse militaire proactive.

Ariel Elmaliach, président de l’implantation d’Eli, dans le nord de la Cisjordanie, à l’extérieur de laquelle des terroristes palestiniens ont abattu quatre Israéliens le mois dernier, a déclaré que l’opération de Jénine « restaurera la fierté nationale » et « changera le paradigme » de sorte qu’Israël initie la confrontation avec les groupes terroristes au lieu d’y réagir.

« Les terroristes doivent avoir peur de quitter leur trou et, parallèlement, nous devons éradiquer les nids de terroristes dans le nord de la Samarie », a poursuivi Elmaliach, qui a appelé à une opération militaire dans les villes et les villages palestiniens après l’attentat d’Eli.

Un bulldozer de l’armée israélienne traversant Jénine lors d’une opération militaire, en Cisjordanie, le 3 juillet 2023. (Crédit : Jaafar Ashtiyeh/AFP)

Le maire de l’implantation d’Efrat, Oded Revivi, a estimé pour sa part que l’opération de Jénine est l’occasion « d’intérioriser le message ‘non à la séparation et aux murs’, mais plutôt à la création d’un voisinage et d’une société partagée », et a soutenu que les retraits territoriaux israéliens, tels que ceux des centres de population palestiniens en Cisjordanie dans le cadre des Accords d’Oslo et de la Bande de Gaza en 2005, avaient échoué.

« Les relations du Conseil municipal d’Efrat avec les villages voisins sont le modèle à adopter pour faire comprendre que les Arabes sont là pour rester et que les implantations sont là pour dire quelque chose », a déclaré Revivi.

Le chef du Conseil régional de Beit El, Shaï Alon, a déclaré qu’il « salue la décision de mettre fin au terrorisme » et que « tous les habitants de Judée et de Samarie soutiennent les forces de sécurité et leur opération visant à rétablir le calme dans l’ensemble de la région ».

L’alliance arabe radicale Hadash-Taal a elle aussi dénoncé l’opération de Tsahal à Jénine, affirmant qu’un recours accru à la force ne résoudra pas les problèmes d’Israël en Cisjordanie.

Des pneus brûlant lors d’un raid militaire israélien dans le camp de réfugiés de Jénine, en Cisjordanie, le 3 juillet 2023 . (Crédit : AP Photo/Nasser Nasser)

« La thèse israélienne selon laquelle ‘ce qui ne peut être résolu par la force peut l’être par plus de force’ a échoué à maintes reprises et échouera cette fois encore », a déclaré le parti. « Pendant ce temps, de nombreux Palestiniens paient de leur vie. »

« La seule solution est de mettre fin à l’occupation et au contrôle du peuple palestinien. »

Emanuel Fabian, Gianluca Pacchiani, Jeremy Sharon et Lazar Berman ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.