Ouverture du musée en hommage aux Polonais ayant porté secours aux Juifs
Rechercher

Ouverture du musée en hommage aux Polonais ayant porté secours aux Juifs

Le premier musée de ce genre a été inauguré jeudi à Markowa par le président Andrzej Duda

Le nom de Wiktoria i Jozef Ulma est vu sur le mur commémorant les Polonais qui ont sauvé des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale avant la cérémonie d'ouverture du Musée dédié aux Polonais qui ont sauvé des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale, le 17 mars, 2016. (Crédit : AFP / WOJTEK RADWANSKI)
Le nom de Wiktoria i Jozef Ulma est vu sur le mur commémorant les Polonais qui ont sauvé des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale avant la cérémonie d'ouverture du Musée dédié aux Polonais qui ont sauvé des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale, le 17 mars, 2016. (Crédit : AFP / WOJTEK RADWANSKI)

Le président polonais a remis des décorations aux descendants des Polonais ayant porté secours aux Juifs, rappelant le « choix dramatique » devant lequel leurs proches avaient été placés. Sous l’occupation nazie, toute aide aux Juifs était passible de la peine de mort.

Andrzej Duda a ensuite planté un arbre dans le « verger de la mémoire » à proximité du musée, en compagnie de l’ambassadrice d’Israël Anna Azari et du descendant d’un des Juifs survivants de Markowa.

Le 24 mars 1944, ce village fut le théâtre de l’exécution de huit personnes : Jozef Ulma, sa femme Wiktoria, enceinte de sept mois, et leurs six enfants. Huit Juifs qu’ils avaient cachés avaient eux aussi été abattus sur place par les gendarmes allemands, suite à une dénonciation.

« Celui qui propage l’antisémitisme piétine la tombe des Ulma, piétine ce pour quoi ils sont morts : la dignité, l’honnêteté, la justice », a déclaré le président Duda lors de la cérémonie d’inauguration.

Faisant allusion aux crimes dont les Polonais s’étaient rendus coupables à l’égard des Juifs, il a appelé à dire « toute la vérité, parfois affligeante, y compris sur la vilenie, car c’est seulement sur la vérité que l’on peut bâtir un futur meilleur ».

La maison des Ulma, transformée en musée, a été reconstituée, ses murs peints couleur rouille. Elle abrite maintenant des objets rappelant la répression, une porte avec des traces de balles tirées lors d’une exécution, des photos tachées de sang.

L’institut israélien Yad Vashem a conféré aux Ulma le titre de Justes parmi les nations du monde – qu’ils partagent avec plus de 6 600 autres Polonais -, et le Vatican étudie leur béatification.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...