Ouverture d’un nouveau centre Habad dans l’archipel de Nouvelle Calédonie
Rechercher

Ouverture d’un nouveau centre Habad dans l’archipel de Nouvelle Calédonie

Avec une population de plus de 250 000 personnes, le territoire français a maintenant un rabbin qui servira les 250 Juifs vivant sur l’île

Nouvelle Calédonie (via JTA)
Nouvelle Calédonie (via JTA)

Le mouvement hassidique Habad, qui dirige des centres juifs dans plus de 90 pays, a ouvert une boutique sur une île du Pacifique appartenant à l’archipel de Nouvelle Calédonie, qui compte 250 000 résidents dont 250 Juifs.

Les émissaires du mouvement de l’île, qui est un territoire français, sont les rabbins Menachem et Bassie Sabbach.
Le rabbin est francophone, ses parents ont été élevés en France.

Il a grandi à Melbourne, en Australie, située à 2 500 kilomètres au sud-est de son nouveau poste.

Sabbach est originaire de Manchester, au Royaume Uni, selon un rapport publié sur le site du mouvement concernant l’ouverture du centre Habad là-bas.

Le couple qui a deux fils de moins de quatre ans, travaillera avec la communauté locale, qui, le jour de Rosh HaShana, a pu organiser un dîner festif comprenant 70 convives, notamment des touristes juifs venus en Calédonie pour ses célèbres plages et sa beauté naturelle.

Le journal le Monde au mois de décembre avait qualifié l’archipel de ‘paradis naturel intact’.

La nouvelle Calédonie, qui, en 2014, a reçu approximativement 100 000 touristes, est le 91ème pays où le mouvement ‘Habad aura installé un centre. Ce dernier a ouvert ses portes au mois de janvier.

De plus, le mouvement ‘Habad, jeudi, a publié un livre. Selon le mouvement cet ouvrage est le point culminant de 15 années de recherches sur la vie de Menachem Mendel Schneerson, le troisième Rebbe de la dynastie Loubavith-Hadad décédé il y a 22 ans à New York à l’âge de 92 ans.

Intitulé : « Les premières années : Les années de formation du Rebbe », le livre de 550 pages écrit par Boruch Oberlander et Elkanah Shmotkin se base sur des sources primaires et des documents originaux, dont certains qui avaient été oubliés depuis deux décennies et d’archives autres de l’ancienne Union soviétique, a écrit le mouvement Habad au sujet du livre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...