Pas de Championnat du monde junior de Taekwondo en Tunisie pour Israël
Rechercher

Pas de Championnat du monde junior de Taekwondo en Tunisie pour Israël

Le président de la Fédération tunisienne regrette que les militants anti-israéliens aient agi sur la base de fausses informations

Une athlète galloise de taekwondo et ma médaillée d'or olympique, Jade Jones aux Jeux olympiques de Londres 2012, le 8 Août 2012 (Crédit : Creative Commons Attribution 2.0 Generic/Wikimedia)
Une athlète galloise de taekwondo et ma médaillée d'or olympique, Jade Jones aux Jeux olympiques de Londres 2012, le 8 Août 2012 (Crédit : Creative Commons Attribution 2.0 Generic/Wikimedia)

Les Israéliens ne participeront pas aux championnats du monde junior de Taekwondo qui se tiendront du 6 au 13 avril à Hammamet, en Tunisie.

En effet, vendredi matin, le tribunal de première instance de Tunis a pris la décision d’obliger le président de la Fédération tunisienne de taekwondo et président du comité d’organisation du championnat du monde junior à Hammamet, Ahmed Gaaloul, à interdire l’accueil et l’hébergement de taekwondistes israéliens.

Cette décision fait suite à une requête déposée devant le tribunal le 4 avril par des militants qui luttent contre la normalisation des relations avec Israël.

Le Comité national de soutien à la résistance arabe et de lutte contre la normalisation avec le sionisme avaient dénoncé, la veille, l’invitation de quatre athlètes israéliens, Nicole et Dana Azran, Abysha Samberg et Adamas Pashkovsky – membres de l’armée israélienne – au championnat par Gaaloul et avaient déposé un recours en référé pour s’assurer que ces sportives de haut-niveau ne pourraient pas participer à la compétition.

Pour sa part, Gaaloul a nié avoir invité des athlètes israéliens à participer à la compétition qu’il organise. Il a également regretté que les militants anti-israéliens aient agi sur la base d’informations erronées.

Les athlètes souhaitant participer à une compétition internationale de Taekwondo doivent s’inscrire sur le site de la Fédération internationale de Taekwondo, a-t-il expliqué. Les dossiers d’inscription leur sont ensuite envoyés afin que la commission qui organise la compétition puisse transférer les informations sur les athlètes à l’autorité émmetrice des visas.

Or, a-t-il fait valoir, au moment où les activistes ont commencé à dénoncer la présence israélienne au championnat, il n’y avait pas encore de décision prise par les autorités à cet égard car Israël n’avait pas encore fini ses démarches administratives.

Dans la Tunisie actuelle, plus libérale depuis la révolution qui a destitué l’ancien autocrate, Israël reste toujours un sujet tabou.

Un projet de loi criminalisant la normalisation des relations avec Israël intitulé « projet de loi incriminant la normalisation avec l’entité sioniste » est actuellement à l’étude au parlement tunisien.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...