« Pas de paix en Israël sans conversion au christianisme », dit un républicain US
Rechercher

« Pas de paix en Israël sans conversion au christianisme », dit un républicain US

A la veille des élections de mi-mandat, CNN révèle des sermons d'un candidat, pasteur de Caroline du Nors qui décrit l'islam comme une "trinité satanique"

LE candidat républicain au Sénat pour la Caroline du Nord Mark Harris, le 28 avril 2014. (Crédit : AP/Pool)
LE candidat républicain au Sénat pour la Caroline du Nord Mark Harris, le 28 avril 2014. (Crédit : AP/Pool)

Un pasteur de Caroline du Nord devenu candidat au Congrès a déclaré que la paix en Israël ne viendra qu’une fois que Juifs et Musulmans se seront convertis au christianisme.

Ces propos tenus par Mark Harris durant un sermon de 2011 font parties d’autres commentaires controversés sur l’islam, alors qu’il officiait comme pasteur de la Première Eglise Baptiste de Charlotte, ont été exposés par la chaîne CNN, à quelques jours des élections de mi-mandat.

Dans ses enseignements, Harris relatait son voyage en Israël l’année précédente, et évoquait les relations tendues entre Israéliens et Palestiniens.

« Vous ne pouvez pas être dans cette terre, si puissante et émouvante, sans réaliser l’incroyable tension qui y règne entre les Palestiniens et les Juifs », avait déclaré Harris à sa communauté. « Il n’y aura pas la paix à Jérusalem, jusqu’à ce que vienne le jour où chaque genou se prosterne et chaque langue admet que Jésus Christ est le Seigneur. »

Le président américain Donald Trump sert la main du représentant ark Harris durant un meeting de campagne, à l’Aéroport Charlotte Douglas International Airport, le 26 ocotobre 2018. (Crédit : AP/Evan Nucci)

« Et jusqu’à ce que ceux en appellent à l’islam réalisent et ceux qui en appellent au judaïsme réalisent – et ceux qui sont affiliés à la religion chrétienne mais qui manque de relation avec Jésus Christ réalisent, qu’il n’y aura jamais la paix dans leur âme ni dans leur ville. »

Les documents révélés par CNN montrent également plusieurs occurrences lors desquelles Harris a tenu des propos infondés et méprisants à l’égard de l’islam.

En 2014, Harris a diffusé durant un sermon une vidéo complotiste sur l’immigration musulmane en Europe, qui affirmait que les valeurs et la culture occidentales étaient en danger en raison de la baisse de la natalité.

Harris a présenté une vidéo comme étant « des éléments factuels qui doivent être exposés » et avait demandé à ses fidèles : « si les fondations viennent à être détruites, que peuvent faire les pieux ? »

La vidéo de 2009, intitulée « Muslim Demographics » a été retrouvée par le site de fact-checking Snopes, qui l’a jugée « globalement fausse » et une recherche menée récemment par Pew, sur l’immigration musulmane, n’a également pas corroboré les hypothèses soulevées dans cette vidéo.

Dans un sermon remontant à novembre 2010, Harris a qualifié l’islam de « dangereux » et a mis en garde contre les politiciens qui la présentait comme une simple religion.

« Il y a une trinité satanique du dragon, de la bête et du faux prophète. Satan est toujours une contrefaçon », avait dit Harris. « Ecoutez-moi, c’est pour cela que l’islam est si dangereux. C’est la plus grande contrefaçon de notre génération. »

Toujours en novembre 2010, Harris avait déclaré que quiconque vivant sous un régime musulman était contraint « de se prosterner devant l’image de la bête » et de « servir l’antéchrist ».

Au début de sa campagne pour le Congrès, Harris s’est attiré l’attention des médias quand certains de ses propos sur les femmes ont fait surface.

En juillet, ABC News a révélé un enregistrement de 2015 dans lequel Harris a demandé si la poursuite de carrières professionnelles étaient la chose « la plus saine » pour les femmes et les appelait à endosser le rôle d’ « amante domestique » dans leurs couples.

L’équipe de campagne de Harris n’a pas souhaité répondre aux questions de CNN.

Un homme vêtu de l’un t-shirt de la Space Force avant un rassemblement de campagne avec le président Trump au Bojangles Coliseum, à Charlotte, en Caroline du Nord, le 26 octobre 2018. (Crédit : Sean Rayford/Getty Images/AFP)

Le 9e district de la Caroline du Nord est devenu un baromètre électoral quand Harris a vaincu de justesse représentant républicain Robert Pittenger, trois mandats à son actifs, aux primaires républicains, donnant ainsi aux démocrates une plus grande ouverture dans une région majoritairement républicaine.

L’ancien pasteur de 54 ans se présente contre le démocrate Dan McCready, un vétéran de la guerre en Irak, fondateur d’une société de fourniture en énergie solaire et diplômé de l’école de commerce d’Harvard.

Le président américain Donald Trump avait gagné le district de Charlotte de 12 points lors des élections de 2016, et aucun démocrate n’y a été élu depuis que John F. Kennedy était président.

Le Charlotte Observer a souligné que « peu de prédicateurs ont été aussi éminent » que Harris en Caroline du Nord, mais que le site de sondage FiveThirtyeight indiquait que deux candidats étaient au coude-à-coude et que les élections dans ce 9e district se jouaient « à pile ou face ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...