Pays-Bas : un ancien camp nazi organisera un évènement pour les réfugiés
Rechercher

Pays-Bas : un ancien camp nazi organisera un évènement pour les réfugiés

Le chef des communautés juives Ronny Naftaniel a critiqué la comparaison effectuée entre la crise des réfugiés et l'extermination antisémite du judaïsme européen

vue du camp de Westerbrok, aux Pays-Bas. (Crédit : Wikimedia Commons/via JTA))
vue du camp de Westerbrok, aux Pays-Bas. (Crédit : Wikimedia Commons/via JTA))

AMSTERDAM (JTA) — Un musée néerlandais qui commémore un camp de concentration nazi a défendu sa décision d’y organiser un événement sur la souffrance des réfugiés des temps modernes.

Le projet du Memorial Center Camp Westerbork, qui a été annoncé la semaine dernière, a fait scandale chez les Juifs locaux, qui estimait que c’était une offense à la mémoire de la Shoah, dans un pays qui ne s’est jamais vraiment remis de ce génocide.

Le musée avait fait en juin la publicité d’un évènement intitulé « La Nuit des Réfugiés ». Cet évènement comprendra une marche nocturne de plus de 150 kilomètres vers la ville de Groningen, depuis Westerbork, où la majorité des Juifs néerlandais tués pendant la Shoah ont été cantonnés avant d’être envoyés dans les camps de la mort d’Europe de l’est.

Le vice-président du Dutch Central Jewish Board, CJO, Ronny Naftaniel, a déclaré que l’évènement de Westerbrok était déplacé parce qu’il suggère une comparaison entre la crise des réfugiés et l’extermination antisémite du judaïsme européen.

Mais Dirk Mulder, le directeur du musée, a déclaré que cela n’était pas déplacé, parce que le camp de Westerbork a d’abord été, en 1939, un lieu créé par les Pays-Bas pour accueillir les réfugiés juifs allemands . Ce n’est qu’après, a-t-il souligné, que les nazis ont intégré Westerbork à leur campagne d’extermination.

Naftaniel a rejeté cette explication. L’angoisse de se retrouver dans un train qui part de Westerbrok et la sensation d’y arriver, a-t-il écrit sur Twitter, « sont incomparables ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...