Pays-Bas: Un petit-fils recourt à une grue pour voir sa grand-mère à Beth Shalom
Rechercher

Pays-Bas: Un petit-fils recourt à une grue pour voir sa grand-mère à Beth Shalom

Timo Haaker, dont la grand-mère est confinée dans une maison de retraite juive à Amsterdam, était inquiet de ne pas pouvoir lui dire adieu

Les proches de Fiet Aussen s'apprêtent à la rencontrer depuis une grue installée à la fenêtre de sa maison de retraite juive à Amsterdam, le 15 avril 2020 (Autorisation : Riwal Holding Group via JTA)
Les proches de Fiet Aussen s'apprêtent à la rencontrer depuis une grue installée à la fenêtre de sa maison de retraite juive à Amsterdam, le 15 avril 2020 (Autorisation : Riwal Holding Group via JTA)

AMSTERDAM (JTA) — Les appels vidéo étaient problématiques pour Fiet Aussen, une veuve de 91 ans qui a passé les six dernières semaines en quarantaine dans sa maison de retraite juive.

Presque sourde, elle n’était pas vraiment en capacité d’utiliser cette technologie pour communiquer avec sa famille, qui n’a pas pu lui rendre visite à Beth Shalom depuis que l’établissement a fermé ses portes à la mi-mars en raison du coronavirus.

Vingt-six pensionnaires de la maison de retraite sont morts des suites du COVID-19.

Son petit-fils, Timo Haaker, 26 ans, a donc trouvé une autre solution.

Il a appelé Riwal, une entreprise internationale spécialisée dans les grues et dont le siège est aux Pays-Bas, pour s’enquérir des modalités de location d’une grue – qui permettrait aux proches d’Aussen d’accéder à la fenêtre de son appartement du troisième étage, a rapporté vendredi l’hebdomadaire juif néerlandais NIW.

Riwal, propriété de l’homme d’affaires israélo-néerlandais Doron Livnat, a permis à douze membres de la famille de la personne âgée d’accéder gratuitement à sa fenêtre. La firme a proposé le même service à toutes les familles de résidents de Beth Shalom qui le demanderaient.

Haaker a indiqué à la JTA qu’il ignorait les origines juives du propriétaire de Riwal. La compagnie avait été prise pour cible par des groupes anti-israéliens.

« Pour être honnête, elle ne pouvait pas vraiment nous entendre depuis la grue mais cela l’a rendu très heureuse, cela lui a procuré une toute nouvelle énergie », a déclaré Haaker, co-fondateur d’une agence touristique à Amsterdam qu’il dirige avec un partenaire né en Israël, Guy Kuttner.

Photo d’illustration : Pitrik van der Lubbe salue son père de 88 ans, Henk, qu’il n’a pas vu depuis plus de quatre semaines depuis une grue placée devant la maison de retraite Hanepraij de Gouda aux Pays-Bas, le 24 avril 2020 (Crédit : AP Photo/Peter Dejong)

Pour minimiser la gêne causée dans la rue par la présence de la grue dressée aux abords de Beth Shalom, Riwal a envoyé l’une de ses plus petites machines, qui ne peut soulever qu’une personne à la fois. Chaque membre de la famille Aussen a pu discuter quelques minutes avec Fiet avant de redescendre au sol et d’être remplacé par le visiteur suivant – sous le regard des passants qui ont immortalisé la scène par photo et vidéo grâce à leurs téléphones cellulaires.

« Le soleil brillait, il y avait une formidable ambiance et c’était une journée parfaite », a commenté Haaker.

La mère de Timo Haaker avait été l’un des quatre enfants élevés par Fiet et par feu son mari, Hans. Le couple avait accueilli la mère de Timo Haaker lorsqu’elle était adolescente.

Fiet, qui n’est pas juive, avait intégré Beth Shalom avec Hans il y a un an environ. Hans était juif et il avait survécu à la Shoah en vivant dans la clandestinité. Il s’est éteint au mois de novembre dernier.

L’établissement Beth Shalom est entré en confinement à la mi-mars par crainte du coronavirus – mais c’était déjà trop tard pour un grand nombre de pensionnaires. A ce jour, 26 de ses 120 résidents sont morts des suites de la maladie et certains sont encore en quarantaine dans leurs chambres, a noté NIW. Ce qui a fait de la maison de retraite « le lieu le plus touché dans la communauté juive néerlandaise » par le COVID-19, selon Esther Voet, rédactrice en chef du journal NIW.

L’un des meilleurs amis de Fiet, qui résidait également à Beth Shalom, s’est éteint le 13 avril – peut-être des suites du virus.

Le taux d’infection galopant à Beth Shalom avait inuqiété la famille Aussen, qui redoutait de perdre Fiet sans avoir l’occasion de lui dire adieu, a expliqué son petit-fils.

« Même sans le virus, il y a une chance que chaque visite soit la dernière lorsqu’il s’agit d’une personne nonagénaire », a déclaré Haaker. « Et ma grand-mère a connu des problèmes pulmonaires dans le passé. C’est cette inquiétude de ne jamais pouvoir lui dire adieu qui a été l’une des principales motivations à l’origine de la venue de cette grue », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...