Plus de 33 000 Israéliens sont devenus citoyens allemands depuis l’an 2000
Rechercher

Plus de 33 000 Israéliens sont devenus citoyens allemands depuis l’an 2000

Un politicien issu du parti écologiste a appelé à l’élargir les lois sur la double nationalité aux citoyens de l’état d’Israël dont près de 13 000 vivent en Allemagne

Le député écologiste Volker Beck (Crédit : Capture d'écran YouTube)
Le député écologiste Volker Beck (Crédit : Capture d'écran YouTube)

Ce sont plus de 33 000 Israéliens qui ont reçu la citoyenneté allemande depuis l’an 2000, a révélé le Bundestag en réponse à une requête déposée par le parti des Verts.

Entre l’an 2000 et 2015, 33 321 Israéliens ont bénéficié d’un passeport allemand. Ils sont 31 722 sur ce nombre à avoir conservé leur citoyenneté, et 1 599 à y avoir renoncé.

Le nombre d’Israéliens en Allemagne dépasse de loin le nombre d’Israéliens détenteurs d’un passeport allemand, selon des données récentes révélées par le gouvernement de Berlin.

Les données se basent sur le registre central des citoyens étrangers, l’AZR, et ont également été reproduites dans un télégramme envoyé par l’ambassade israélienne à Berlin au ministère des Affaires étrangères de Jérusalem, selon le site Internet Ynet.

Selon le rapport, c’est en 2006 que le plus grand nombre de demandes de citoyenneté ont été déposées : Ainsi, 4 313 Israéliens ont reçu un passeport allemand.

En 2015, 1 481 Israéliens ont obtenu la citoyenneté et 97 ont été dans l’obligation de renoncer à leurs papiers israéliens. Fin 2016, il y avait 13 289 citoyens israéliens qui vivaient en Allemagne.

La requête au Bundestag a été soumise par le président de l’association d’amitié Israël-Allemagne, Volker Beck.
Beck a travaillé pour s’assurer que les Israéliens seraient exonérés de l’exigence allemande qui réclame que les nouveaux citoyens renoncent à leur autre nationalité lorsqu’ils reçoivent un passeport allemand.

Selon Ynet, il y a un nombre beaucoup plus important d’Israéliens en Allemagne que peuvent le suggérer les données ci-dessus dans la mesure où beaucoup d’Israéliens ayant vécu depuis longtemps en Allemagne, ou mariés à des Allemands, n’ont pas voulu user de leur droit à demander la citoyenneté parce que peu sont désireux d’abandonner leurs passeports israéliens.

Les seuls qui aient été exemptés de cette exigence sont les Israéliens ayant réclamé la citoyenneté sur la base des persécutions nazies subies par leurs ancêtres.

Parmi les autres catégories d’individus qui n’ont pas à renoncer à leur autre nationalité, les détenteurs de passeports suisses ou d’autres pays européens.

C’est le cas également pour les enfants de parents israélo-allemands. Comme les enfants des autres étrangers en Allemagne, les enfants nés d’un parent israélien et d’un parent allemand peuvent conserver leurs deux nationalités en grandissant.

Beck voulait ajouter Israël à la liste de nations dont les ressortissants peuvent conserver leur passeport lorsqu’ils deviennent allemands, mais le gouvernement lui avait fait savoir qu’il n’était pas prévu de changer les lois sur la citoyenneté.

Dans une interview accordée à un site allemand et qui satisfait la vaste communauté juive du pays, le politicien a expliqué que les déclarations allemandes portant sur la « relation spéciale » et « l’amitié profonde » entre les deux pays commencent à sonner faux lorsqu’il s’agit d’évoquer la question de la double nationalité.

« Il est illogique qu’après tous les discours sur la proximité particulière qui existe entre Israël et l’Allemagne, une personne ne puisse être en pratique allemande et israélienne à la fois », avait-il déclaré selon Ynet.

Beck avait indiqué que de nombreux Israéliens présents dans le pays depuis de longues années – dont certains actifs au niveau politique – avaient déploré le fait de ne pas pouvoir voter durant les élections allemandes parce qu’ils ne voulaient pas renoncer à leurs passeports israéliens.

« Si ça fonctionne avec la Suisse, pourquoi pas avec Israël ? » avait-il dit. « Je ne vois aucun problème au fait que l’Allemagne puisse l’autoriser ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...