Plusieurs pays condamnent les tirs de roquettes du Hamas contre Israël
Rechercher
Plus de 300 projectiles tirés sur Israël en 5 heures

Plusieurs pays condamnent les tirs de roquettes du Hamas contre Israël

Washington soutient fermement la réponse de Jérusalem aux attaques de Gaza ; l'ONU, l'UE et la Russie appellent les deux parties à œuvrer pour empêcher une nouvelle escalade

Des missiles sont lancés vers Israël depuis la bande de Gaza le 12 novembre 2018. (Crédit : Said KHATIB / AFP)
Des missiles sont lancés vers Israël depuis la bande de Gaza le 12 novembre 2018. (Crédit : Said KHATIB / AFP)

Lundi, la communauté internationale a fermement condamné les tirs aveugles de roquettes par des groupes terroristes palestiniens sur le sud d’Israël, les États-Unis soutenant pleinement Israël et sa réponse aux attaques.

L’envoyé spécial du président américain Donald Trump pour la paix au Moyen-Orient a fustigé le Hamas pour ses attaques de lundi, affirmant que c’était la véritable cause de la ruine de la bande de Gaza.

M. Greenblatt, qui prépare actuellement la publication de la proposition de paix israélo-palestinienne très attendue de l’administration, a déclaré que la Maison Blanche soutenait Israël dans ses actions de légitime défense.

« Les terroristes de Gaza attaquent à nouveau Israël avec des armes de guerre », a écrit sur Twitter Jason Greenblatt, l’envoyé spécial du président américain Donald Trump pour le processus de paix israélo-palestinien.

« Ces attaques à la roquette et au mortier contre des villes israéliennes doivent être condamnées par tous. Israël est à nouveau contraint à une action militaire pour défendre ses citoyens. Nous sommes aux côtés d’Israël alors qu’il se défend contre ces attaques », a-t-il déclaré.

Les agissements du Hamas « continuent à prouver qu’il ne se soucie pas vraiment des Palestiniens de Gaza et que leur seul intérêt est de les utiliser à des fins politiques. Même la vie des Palestiniens semble n’avoir aucune importance pour le Hamas », a poursuivi M. Greenblatt.

« Le monde en a assez de la violence du Hamas et de celle d’autres protagonistes à Gaza. Cette violence empêche toute aide réelle pour la population de Gaza. »

Incendie et fumée après des attaques aériennes israéliennes visant Rafah dans le sud de la bande de Gaza, près de la frontière avec l’Égypte, le 12 novembre 2018. (Crédit : Saïd KHATIB / AFP)

Un fonctionnaire du Département d’État américain a déclaré au Times of Israel que l’administration était au courant des tirs en cours menés contre Israël. « Nous condamnons ces attaques et appelons à leur arrêt immédiat. Nous sommes aux côtés d’Israël alors qu’il se défend contre ces attaques », a déclaré le responsable.

« Nous sommes au courant d’informations faisant état d’attaques à la roquette et au mortier en provenance de Gaza contre des cibles en Israël », a déclaré un responsable du département d’État au Times of Israel. « Nous condamnons ces attaques et appelons à leur arrêt immédiat. Nous sommes aux côtés d’Israël qui se défend contre ces attaques ».

Lundi soir, Israël a rasé le quartier général de la chaîne de télévision Al-Aqsa du Hamas, après avoir tiré des coups de semonce pour alerter ceux qui se trouvaient à l’intérieur d’une attaque imminente.

L’envoyé spécial des États-Unis, Jason Greenblatt, assiste à une conférence de presse concernant l’accord sur l’eau entre Israël et l’Autorité palestinienne, le 13 juillet 2017. (Yonatan Sindel/Flash90)

La reprise des affrontements a anéanti l’espoir qu’Israël et le Hamas maintiendraient un accord de cessez-le-feu précaire récemment négocié par l’Égypte et les Nations Unies et appuyé par le Qatar.

L’Égypte a informé Israël qu’elle devait mettre fin à ses « opérations d’escalade » dans la bande de Gaza, a rapporté le site officiel de l’Autorité palestinienne, citant une source égyptienne de haut niveau.

D’autres membres de la communauté internationale ont également condamné les tirs de roquettes sur Israël, tout en soulignant que les deux parties devaient faire des efforts pour empêcher que la situation ne se détériore.

La Russie s’est déclarée « profondément préoccupée par cette dangereuse escalade », affirmant qu’elle pourrait conduire à une nouvelle « grande intervention militaire », avec des pertes civiles des deux côtés et « l’effondrement final de la situation humanitaire » à Gaza.

« Nous appelons les Palestiniens et les Israéliens à revenir immédiatement à un cessez-le-feu durable, à faire preuve de retenue, à prendre des mesures pour mettre fin à la répétition des affrontements aux conséquences imprévisibles », a déclaré le ministre des Affaires étrangères à Moscou dans un communiqué.

La réconciliation intrapalestinienne est nécessaire pour « briser le cycle de la violence », poursuit le communiqué, qui appelle à la reprise rapide des pourparlers de paix israélo-palestiniens sur la base des diverses résolutions sur la question, adoptées par les Nations unies.

Le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, s’adressant à des journalistes à Paris, où il participe à une conférence internationale de paix, a déclaré qu’il espérait que les récents événements à la frontière de Gaza « seraient contenus » car une nouvelle guerre à Gaza « serait une tragédie incroyable » qu’il faut éviter « à tout prix ».

Peu de temps après, Nickolay Mladenov, le Coordonnateur spécial des Nations Unies pour la paix au Moyen-Orient a publié un tweet sur le sujet :

« Les tirs aveugles de roquettes ou d’autres actions visant des civils sont inacceptables et doivent cesser », a déclaré un porte-parole dans un communiqué.

L’Union européenne (UE) s’est déclarée très alarmée par l’escalade de la violence à Gaza et autour de Gaza.

« L’UE exhorte les deux parties à se retirer de la crise et à éviter toute action susceptible de contribuer à l’escalade, de mettre en danger la vie des civils et de mettre en péril les efforts déployés récemment pour réduire les tensions », poursuit le communiqué. « Toutes les actions violentes doivent cesser immédiatement. »

Emanuele Giaufret, ambassadeur de l’UE en Israël, a déclaré qu’il suivait avec une « grande inquiétude » la situation, y compris « les tirs aveugles de roquettes » vers le sud d’Israël. « Les attaques contre les civils sont inacceptables et doivent cesser. Tout le monde doit prendre ses distances », a-t-il écrit sur Twitter.

L’ambassadrice de France en Israël, Hélène Le Gal, a exprimé sa « solidarité » avec les Israéliens vivant autour de Gaza. Le Gal a condamné les tirs de roquettes contre des civils. Elle a surtout pensé à ses compatriotes touchés par la situation et aux familles des blessés, a-t-elle tweeté.

« La France condamne avec la plus grande fermeté les nombreux tirs de roquettes revendiqués par le Hamas, qui ont visé délibérément ces dernières heures plusieurs communes du sud d’Israël depuis la bande de Gaza. Elle exprime sa solidarité aux populations touchées, et en particulier aux familles des victimes. Elle demande la cessation immédiate de ces actions inacceptables et injustifiables et appelle les parties à éviter un nouveau cycle de violences dont les populations civiles seraient les premières victimes. Nos postes diplomatiques et consulaires suivent la situation avec attention et se tiennent prêts à porter assistance à nos compatriotes qui en auraient besoin, » lit-on dans un communiqué du porte-parole adjoint du Quai d’Orsay.

Le chancelier autrichien, Sebastian Kurz, a déclaré que les attaques à la roquette sur la population civile israélienne « ne constituent certainement pas le moyen de résoudre les problèmes de Gaza et doivent cesser immédiatement. » Il a déclaré qu’il était « primordial que les civils soient protégés et que la violence soit immédiatement arrêtée », ajoutant que l’Autriche est » pleinement attachée à la sécurité d’Israël ».

Le ministre lituanien des Affaires étrangères, Linas Linkevicius, a déclaré qu’il suivait de près les informations communiquées par Israël. « Je condamne fermement ces actions provocatrices du Hamas et appelle à la retenue de la violence. Israël a parfaitement le droit de se défendre », a-t-il déclaré.

L’ambassadrice allemande en Israël, Susanne Wasum-Rainer, a fait écho à la déclaration de Giaufret, soulignant que « la violence et les roquettes contre les civils [étaient] inacceptables » et exprimant « sa pleine solidarité avec les victimes de l’escalade d’hier et d’aujourd’hui. Toute nouvelle escalade doit être évitée. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...