Pour l’AIPAC en Amérique, le bipartisme est un défi presque impossible à relever
Rechercher
Analyse

Pour l’AIPAC en Amérique, le bipartisme est un défi presque impossible à relever

Alors que le lobby pro-israélien tient sa conférence phare annuelle à Washington, Israël ne fait plus l'objet d'un écrasant consensus

David Horovitz

David est le fondateur et le rédacteur en chef du Times of Israel. Il était auparavant rédacteur en chef du Jerusalem Post et du Jerusalem Report. Il est l’auteur de « Un peu trop près de Dieu : les frissons et la panique d’une vie en Israël » (2000) et « Nature morte avec les poseurs de bombes : Israël à l’ère du terrorisme » (2004).

L'ambassadrice américaine aux Nations unies, Nikki Haley, pendant la conférence politique de l'AIPAC, à Washington, le 27 mars 2017. (Crédit : capture d'écran AIPAC)
L'ambassadrice américaine aux Nations unies, Nikki Haley, pendant la conférence politique de l'AIPAC, à Washington, le 27 mars 2017. (Crédit : capture d'écran AIPAC)

WASHINGTON – La conférence politique annuelle de l’AIPAC s’ouvre dimanche dans la capitale nationale et, à première vue, à première vue, tout se présente sous un jour radieux.

Même ce puissant lobby pro-israélien ne s’attend pas à ce que le président fasse honneur à son événement phare chaque année, mais le vice-président Mike Pence prendra la parole, comme il l’a fait l’an dernier.

Il en sera de même pour la vedette incontestée du rassemblement de 2017, Nikki Haley, qui, après avoir défendu Israël aux Nations unies pendant un an, devrait recevoir un accueil encore plus chaleureux que les applaudissements et les cris de joie de l’an dernier.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu arrive d’Israël pour l’événement – et il se rendra à la Maison Blanche au cours de sa visite – ainsi que pas moins de trois personnalités de l’opposition, Avi Gabbay, Isaac Herzog et Tzipi Livni.

Sans aucun doute, un auditoire de 18 000 supporters de l’AIPAC, dont 3 500 étudiants – une jeune génération vigoureuse de militants pro-israéliens, venant directement des champs de bataille des campus – sera attentive à chaque mot.

Et pourtant, la conférence politique de cette année montre un AIPAC qui s’efforce de souligner son engagement en faveur du soutien bipartite à Israël dans une Amérique où il y a peu de soutien bipartite pour quoi que ce soit, et en faveur d’un Israël dont le leadership sous Netanyahu est largement considéré par beaucoup comme celui ayant été le plus proche des républicains, ou plus précisément de l’administration Trump.

Le candidat républicain à la présidentielle américaine Donald Trump à son arrivée sur la scène de la conférence politique annuelle de l’AIPAC au centre Verizon de Washington, le 21 mars 2016. (Crédit : AFP/Saul Loeb)

Pendant de nombreuses années, le soutien à Israël a véritablement été un sujet de consensus massif dans la politique américaine, mais il se transforme progressivement en un autre domaine dans lequel les républicains et les démocrates sont ouvertement en désaccord. En effet, c’est à l’AIPAC, il y a deux ans, que cette division s’est brutalement révélée.

Le seul candidat juif à la présidence, Bernie Sanders, a choisi d’être le seul candidat à l’élection présidentielle à prendre ses distances avec l’AIPAC cette année-là, optant plutôt pour une campagne à Salt Lake City. En marge de la conférence, Sanders avait rendu public un discours qui aurait fait l’effet d’une bombe s’il avait choisi de le délivrer aux lobbyistes pro-israéliens, dans lequel il reprochait à Israël ses « ripostes ostensiblement disproportionnées aux attaques », avait critiqué ses « bombardements d’hôpitaux, d’écoles et de camps de réfugiés » dans la guerre de 2014 contre le Hamas, et avait exigé la fin du « blocus israélien de Gaza ».

Pendant ce temps, le candidat Donald J. Trump, que les dirigeants de l’AIPAC craignaient de voir hué par la foule, avait alors reçu des applaudissements de plus en plus chaleureux tout en prononçant un discours dans lequel il promettait non seulement que « lorsque je deviendrais président, l’époque où Israël serait traité comme un citoyen de seconde zone s’achèverait », ce qui était à peu près convenable, mais aussi de critiquer le président Barack Obama comme « la pire chose qui soit jamais arrivée à Israël, croyez-moi » – une déclaration terriblement inappropriée lors du rassemblement annuel d’une organisation vouée au soutien bipartite des États-Unis à Israël. (Trump s’exclama aussi de manière intolérable : « Avec le président Obama dans sa dernière année, ouais… »)

Avec beaucoup de ses partisans, en particulier les noirs américains, profondément offensés, les dirigeants de l’AIPAC ont pris la décision exceptionnelle de se présenter devant le public le lendemain matin et de s’excuser pour les propos anti-Obama de Trump – sans mentionner Trump par son nom – parlant de « grande offense » à l’égard des propos « qui ont été tenus à l’encontre du président des États-Unis d’Amérique depuis notre tribune ».

Cette mesure a permis de réduire une partie de l’indignation d’un côté, mais aussi, inévitablement, d’exaspérer un grand nombre de personnes dans la campagne Trump – et cela n’a pas été oublié. Il sera intéressant de voir si ce président – si favorable à Israël, comme l’a prouvé sa première visite à Jérusalem, son passage au mur Occidental, son déplacement de l’ambassade et son implication avec Israël dans les discussions sur la manière de faire face à l’Iran et à l’accord nucléaire – s’exprimera de nouveau devant l’AIPAC au cours des prochaines années. Il est fort probable que, même s’il n’avait pas été impliqué dans une crise en ce moment, Jared Kushner, envoyé de paix et gendre, n’aurait pas été présent cette semaine.

Hillary Clinton, candidate démocrate à la présidentielle, s’adresse à la conférence politique annuelle de l’AIPAC, Washington, DC, le 21 mars 2016. (Alex Wong/Getty Images)

Pendant ce temps, un sondage Pew le mois dernier a montré un très fort soutien républicain en faveur d’Israël et un recul des démocrates. Lors de la prochaine campagne présidentielle, on peut compter sur les candidats républicains pour faire valoir leur authentique position pro-israélienne. Des futurs présidents démocrates ? Pas tant que ça.

Même avec le recul, il est difficile de voir comment l’AIPAC aurait pu accomplir sa tâche presque impossible de maintenir un consensus bipartite sur Israël dans une Amérique aussi divisée. En ce qui concerne le fiasco de 2016, par exemple, il n’aurait guère pu ne pas inviter le candidat Trump, et il a très probablement cherché à s’assurer à l’avance que son discours était pertinent. Le dénigrement d’Obama a probablement été improvisé.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’adressant aux participants à la conférence de l’AIPAC, par vidéoconférence, le 22 mars 2016. (Crédit : Capture d’écran YouTube/JLTV)

A l’époque d’Obama, l’AIPAC a été critiquée par certains de ses partisans de droite pour ne pas avoir publiquement critiqué l’administration, notamment sur l’accord avec l’Iran et la candidature du secrétaire à la Défense Chuck Hagel.

À l’époque de Trump, certains de ses partisans de gauche sont tellement consternés par la présidence que leur hostilité envers Trump peut éclipser leurs préoccupations à l’égard d’Israël, en particulier un Israël qui est parfois aliénant. Ils ont observé que Netanyahu a gelé le compromis laborieusement négocié sur le pluralisme religieux du mur Occidental, par exemple, et beaucoup considèrent le gouvernement comme intolérablement dur dans le traitement des demandeurs d’asile africains.

Pence et Halley seront reçus avec beaucoup de chaleur. Netanyahu, bien qu’il divise les Juifs de la diaspora et bien que fortement impliqué dans des accusations de corruption, recevra aussi un accueil extrêmement chaleureux.

Logo de la conférence politique AIPAC 2018

L’AIPAC, qui a pratiquement donné à la conférence de cette année le slogan « Choisir de diriger », a également pris soin d’accorder beaucoup d’importance aux conférenciers des deux côtés de la Chambre – les sénateurs Mitch McConnell (Républicain du Kentucky) et Charles Schumer (Démocrate de New York), les représentants Kevin McCarthy (Républicain de Calgary) et Nancy Pelosi (Démocrate de Calgary), et ainsi de suite.

Mais une allocution très bien accueillie de la candidate Hillary Clinton en 2016 a rapidement été oubliée dans l’indignation provoquée par le discours de Trump quelques heures plus tard.

La direction du lobby est pleinement consciente que le pendule oscille dans la politique américaine. Alors qu’elle s’emploie à renforcer les relations entre les États-Unis et Israël, elle sait qu’elle ne peut se permettre de voir Israël perçu comme la cause principale d’une seule partie du spectre politique. Mais être conscient du défi n’est qu’une partie d’une bataille qui – quand l’Amérique fracturée regarde un Israël complexe et divisé – semble presque impossible à gagner en ce moment.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...