Pour ses partisans, les propos du grand-rabbin de l’armée sont « sortis de leur contexte »
Rechercher

Pour ses partisans, les propos du grand-rabbin de l’armée sont « sortis de leur contexte »

« Je n’ai jamais écrit ni dit ni pensé que les soldats sont en droit de violer, » a déclaré Eyal Karim

Le rabbin colonel Eyal Karim, le 21 avril 2016. (Crédit : Diana Khananashvili/ministère de la Défense)
Le rabbin colonel Eyal Karim, le 21 avril 2016. (Crédit : Diana Khananashvili/ministère de la Défense)

Le grand rabbin de l’armée israélienne Eyal Karim a déclaré à la Cour Suprême qu’il n’a « jamais écrit ni dit ni pensé que les soldats sont en droit de violer en temps de guerre. »

La nomination de Karim au poste d’aumônier de l’armée israélienne a été suspendue par la cour après certaines révélations.

Il aurait écrit au sujet d’une décision juridique qui semble indiquer que la loi juive autorise les relations sexuelles forcées avec des femmes en temps de guerre, et qu’elle interdit les relation homosexuelles masculines.

Les partisans de Karim ont soutenu que les propos du rabbin ont été sortis de leur contexte, et sont en réalité des réflexions sur des aspects techniques des textes anciens à propos de la guerre, et ne servent en aucun cas d’autorisation ou de promotion de comportement illégaux et immoraux de la part des troupes de l’armée israélienne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...