Rechercher

Pour Souccot en Israël, des films, des expositions et des spectacles à la pelle

La semaine de Souccot offre une abondance d'événements, avec des musées, des festivals, des sites et des troupes pour divertir

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

  • Extrait de l'exposition Photomenta qui ouvrira le 21 septembre 2021 au Musée d'Eretz Israël (Courtesy Nadir Bucan)
    Extrait de l'exposition Photomenta qui ouvrira le 21 septembre 2021 au Musée d'Eretz Israël (Courtesy Nadir Bucan)
  • Les moutons sont nourris en plein air deux fois par jour en hiver. Uzuntekne, Van, février 2017, dans le cadre de l'exposition Photomenta qui ouvrira ses portes le 21 septembre 2021 au Musée d'Eretz Israël (Avec l'aimable autorisation de Nadir Bucan)
    Les moutons sont nourris en plein air deux fois par jour en hiver. Uzuntekne, Van, février 2017, dans le cadre de l'exposition Photomenta qui ouvrira ses portes le 21 septembre 2021 au Musée d'Eretz Israël (Avec l'aimable autorisation de Nadir Bucan)
  • L'une des œuvres de la Kibbutz Contemporary Dance Company, If You Meet the Buddha, Kill the Buddha, présentée en première dans 'Insiders, 'Insiders,' pendant Sukkot 2021 (Courtesy Eyal Hirsh)'
    L'une des œuvres de la Kibbutz Contemporary Dance Company, If You Meet the Buddha, Kill the Buddha, présentée en première dans 'Insiders, 'Insiders,' pendant Sukkot 2021 (Courtesy Eyal Hirsh)'
  • Boiling Point,' l'un des films culinaires projetés au 37e Festival du film de Haïfa (Courtesy PR)
    Boiling Point,' l'un des films culinaires projetés au 37e Festival du film de Haïfa (Courtesy PR)
  • The French Chef, au 37e Festival du film de Haïfa, ouverture le 19 septembre 2021 (Courtesy PR)
    The French Chef, au 37e Festival du film de Haïfa, ouverture le 19 septembre 2021 (Courtesy PR)

La fête de Souccot et sa semaine de célébration sont de retour en force cette année, après que le programme habituel de festivals, de concerts et d’expositions de l’année dernière a été reporté ou mis en ligne en raison du confinement dû au coronavirus.

Cette année, cependant, il est possible d’assister aux expositions, aux spectacles et aux festivals en personne, bien que masqué, en plein air et à distance, avec les restrictions du passeport vert en place.

1. Commencez la semaine avec le 37e Festival du film de Haïfa, du 19 au 28 septembre, dans la ville côtière du nord. Le film d’ouverture est « Stillwater », du réalisateur oscarisé Tom McCarthy, avec Matt Damon, qui raconte l’histoire d’un docker américain qui se rend à Marseille, en France, pour rendre visite à sa fille dont il est séparé, en prison pour un meurtre qu’elle prétend ne pas avoir commis.

Parmi les autres projections, citons le film anti-guerre d’Avi Nesher, « Portrait of Victory », la projection de la nouvelle série de Hagai Levi sur HBO, « Scènes d’un mariage », basée sur le classique d’Ingmar Bergman, avec Levi pour discuter de la série de cinq épisodes, et « Street Gang : How We Got to Sesame Street ».

Il y a aussi l’événement du film culinaire dans le cadre du festival, quatre films sur le monde culinaire, les saveurs et les chefs qui font de la magie.

Parmi les films sur la nourriture, citons « Delicious », sur la France juste avant la Révolution et l’histoire d’un chef qui a créé le premier restaurant ; « Roadrunner, A Film about Anthony Bourdain », le chef et écrivain culinaire qui a changé notre façon de penser et de lire sur la nourriture.

« The Truffle Hunters » est un documentaire sur un groupe d’hommes âgés italiens qui chassent la truffe d’Alba et « Boiling Point », sur un chef de restaurant acharné, à l’adrénaline débordante.

Chaque projection comprendra des dégustations de plats et des conversations avec des chefs et des experts culinaires locaux, le tout présidé par l’écrivain culinaire Hila Alpert.

2) Dans le Nord, rendez-vous à Akko pour le 42e festival de théâtre Fringe d’Akko, du 21 au 24 septembre au théâtre judéo-arabe, avec huit premières, quatre courtes représentations et une série de spectacles et de concerts en plein air, ainsi qu’un spectacle de danse de la troupe Batsheva.

Il s’agit d’un moment de célébration pour le théâtre, dont le bâtiment historique a été saccagé et brûlé en mai lors des journées de violence arabo-juive qui ont balayé la vieille ville. Les billets sont disponibles sur le site web du festival.

La sculpture en réalité augmentée de l’artiste Sigalit Landau à l’exposition « Seeing the Invisible » des Jardins botaniques de Jérusalem, qui ouvrira ses portes à Souccot 2021 (avec l’aimable autorisation des Jardins botaniques de Jérusalem).

3) À Jérusalem, les Jardins botaniques de Jérusalem lancent « Seeing the Invisible », une exposition d’œuvres d’art créées à l’aide de la technologie de réalité augmentée, notamment des œuvres d’Ai Weiwei, Ori Gersht, Sigalit Landau, Refik Anadol, Pamela Rosenkranz et Timur Si-Qin.

L’exposition est une collaboration entre 12 jardins botaniques du monde entier, initiée par les Jardins botaniques de Jérusalem comme un moyen de travailler avec d’autres jardins et artistes, et de s’élever au-dessus du coronavirus, a déclaré le conservateur Hadas Maor.

« Il y a ce réseau incroyable de 200 000 jardins dans le monde entier », a déclaré Maor. « Ils s’envoient des graines et des plantes les uns aux autres, et nous avons réalisé que nous pouvions compter sur ce réseau. »

Une œuvre en réalité augmentée de l’artiste Mel O’Callaghan pour l’exposition « Seeing the Invisible » des Jardins botaniques de Jérusalem, qui sera inaugurée pendant Souccot (avec l’aimable autorisation des Jardins botaniques de Jérusalem).

Avec une liste d’artistes qui traitent des questions de nature et de durabilité et des relations entre les humains, la nature et la technologie, Maor et son co-commissaire Tal Michael Haring ont utilisé à la fois des œuvres existantes et de nouvelles œuvres en travaillant avec un studio de Copenhague qui a transformé les œuvres des artistes en réalité augmentée, créant ainsi une application pour les jardins.

« Il s’agit d’une initiative révolutionnaire par sa portée, car il s’agit de réalité augmentée et de douze jardins qui collaborent et ouvrent en même temps », a déclaré Mme Maor.

Les visiteurs se rendent en personne dans les jardins participants, téléchargent l’application sur leur smartphone, puis suivent la carte de l’application. Lorsqu’ils approchent d’un certain point de la carte où une œuvre d’art est censée apparaître, ils scannent le sol avec l’application afin d’établir les œuvres d’art en trois dimensions, qui sont visualisées et sont également interactives.

Les spectateurs sont invités à entrer dans les œuvres d’art en réalité augmentée et à les traverser, a expliqué M. Maor. L’œuvre de Landau, par exemple, est une roche stalactite, tandis que l’œuvre d’un autre artiste est une roche massive dans laquelle les spectateurs peuvent entrer physiquement, car elle devient une sorte de sanctuaire céleste avec des dessins muraux et des portails.

4) Si vous préférez rester à distance et à la maison, la Kibbutz Contemporary Dance Company dévoile « Insiders » du 21 au 26 septembre, un ensemble numérique de 12 courtes performances créées au cours de l’année et demie écoulée dans sa base et son laboratoire de danse du Kibbutz Gaaton.

Chaque création de dix minutes est basée sur les heures, les jours et les mois passés à travailler ensemble dans leur espace kibboutz, a déclaré le directeur Rami Beeri, où de nouvelles perspectives de temps et de communauté ont permis à la troupe de danseurs de percevoir la danse – et eux-mêmes – de manière différente.

Les spectateurs peuvent voir les 12 œuvres au cours d’une période de 48 heures, au prix de 50 NIS par billet.

L’une des expositions du nouveau musée médical de Hadera (avec l’aimable autorisation de Rami Zranger).

5) Bien que chargée, la période de Souccot peut être une bonne occasion de visiter les musées israéliens, qu’il s’agisse d’admirer le monde fantastique de l’exposition « The Ball » du Musée du design de Holon, qui présente 120 robes de bal créées par des créateurs de mode israéliens, ou le nouveau Musée de la médecine et des sciences de Hadera, avec 120 objets exposés fabriqués en Allemagne, sur le corps humain.

Il y a aussi « Photomenta », qui ouvre ses portes le 21 septembre au musée Eretz Israël de Tel Aviv, une exposition de photographie à grande échelle présentant des centaines d’œuvres réalisées par des dizaines de participants de nombreux pays méditerranéens. Le concept est que les photos servent de pont et de rencontre avec les autres peuples et nations de notre voisinage.

De ‘Photomenta’ au Musée d’Eretz Israël, une exposition de 300 photographies de photographes méditerranéens ; ‘Acrobaties (2017) est de Hicham Benohoud (Maroc) qui met en scène ses sujets dans des compositions non conventionnelles et humoristiques, dans lesquelles le salon apparaît comme une scène de théâtre, et la vie est présentée comme une pièce de théâtre (Avec l’aimable autorisation de Photomenta).

L’exposition présente quelque 300 photographies et œuvres vidéo réalisées par 33 photographes originaires de 16 pays méditerranéens : Turquie, Grèce, Chypre, Albanie, Monténégro, Bosnie-Herzégovine, Croatie, Slovénie, Italie, France, Espagne, Maroc, Algérie, Tunisie, Malte, Israël et Autorité palestinienne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...