Prix à payer : l’ex-chef du Shin Bet brime son successeur pour son inaction
Rechercher

Prix à payer : l’ex-chef du Shin Bet brime son successeur pour son inaction

Un chantier de construction à l'extérieur de Jérusalem couvert de graffitis et un véhicule vandalisé à Yokneam… les crimes de haine se poursuivent

Carmi Gillon, ancien directeur du Shin Bet,  en 2007 (Crédit : Orel Cohen/Flash 90)
Carmi Gillon, ancien directeur du Shin Bet, en 2007 (Crédit : Orel Cohen/Flash 90)

Un ancien chef du Shin Beth a déclaré dimanche que Yoram Cohen, l’actuel chef des services de sécurité intérieure, ne prend pas au sérieux la récente vague d’actes de vandalisme de propriétés palestiniennes et israélo-arabes perpétrés par des Juifs ultra-nationalistes.

Pour Carmi Gillon, chef du Shin Beth de 1994 à 1996 et aujourd’hui maire de Mevasseret Tsion – ville de la banlieue de Jérusalem – Yoram Cohen n’investit pas suffisamment de ressources pour endiguer ces actes de vandalisme.

« Il sous-estime le danger de ces actes. Il n’accorde manifestement pas la priorité à ces affaires », a déclaré Gillon à la radio militaire dimanche, se référant à son successeur.

Ses commentaires interviennent après deux nouvelles attaques anti-arabes du Prix à payer signalées dimanche, l’une près de Jérusalem et l’autre dans la ville de Yokneam en Basse Galilée.

Un groupe de résidents juifs des implantations majoritairement extrémistes perpètrent ce genre d’actes depuis ces dernières années pour protester contre la politique israélienne et répliquer aux violences palestiniennes.

Si les dirigeants israéliens condamnent ces actes, seules quelques arrestations ont été signalées.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...