Proche-Orient: Washington envoie un émissaire pour exhorter à la « désescalade »
Rechercher

Proche-Orient: Washington envoie un émissaire pour exhorter à la « désescalade »

Hady Amr, chargé des affaires israéliennes et palestiniennes au département d'Etat, aura pour mission d'exhorter "au nom du président Biden à une désescalade de la violence"

Hady Amr, sous-secrétaire d'État adjoint américain aux affaires israéliennes et palestiniennes, s'exprime le 3 décembre 2018 au Brookings Institute. (Capture d'écran/YouTube)
Hady Amr, sous-secrétaire d'État adjoint américain aux affaires israéliennes et palestiniennes, s'exprime le 3 décembre 2018 au Brookings Institute. (Capture d'écran/YouTube)

Les Etats-Unis vont envoyer un émissaire au Proche-Orient pour exhorter Israéliens et Palestiniens à la « désescalade » après la série de raids et d’affrontements de ces derniers jours, a annoncé mercredi le chef de la diplomatie américaine, appelant l’Etat hébreu à « éviter les victimes civiles ».

Hady Amr, haut responsable du département d’Etat américain chargé des affaires israéliennes et palestiniennes, aura pour mission d’exhorter « au nom du président Biden à une désescalade de la violence », a précisé Antony Blinken devant la presse.

Il devait quitter Washington dès mercredi, a précisé un responsable américain.

Le secrétaire d’Etat a de nouveau condamné les tirs de roquette du mouvement terroriste islamiste du Hamas vers Israël « avec la plus grande fermeté », tout en notant que « tout décès de civils » était « une tragédie ».

« Je pense qu’Israël a un devoir supplémentaire d’essayer de faire tout son possible pour éviter les victimes civiles, même s’ils ont le droit de défendre leur population », a déclaré Antony Blinken, soulignant que les images d’enfants palestiniens morts étaient « déchirantes ». « Les Palestiniens ont le droit à la sécurité », a-t-il ajouté.

Face aux critiques quant à l’attitude de l’administration de Joe Biden, souvent accusée d’être en retrait sur le dossier israélo-palestinien, le secrétaire d’Etat a assuré que les Etats-Unis étaient « pleinement impliqués » auprès de « toutes les parties, y compris les Palestiniens », même s’il n’a pas voulu préciser la nature des contacts avec les dirigeants palestiniens.

« La chose la plus importante maintenant c’est que toutes les parties cessent la violence, engagent une désescalade », a-t-il insisté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...