Rechercher
Opinion

Quand un enfant de 4 ans est abattu dans une aire de jeux

Personne ne pensait qu'il serait facile d'endiguer les crimes dans la communauté arabe. Mais comme le souligne le terrible meurtre d'Ammar Hujayrat, il est désespérément urgent de le faire

David est le fondateur et le rédacteur en chef du Times of Israel. Il était auparavant rédacteur en chef du Jerusalem Post et du Jerusalem Report. Il est l’auteur de « Un peu trop près de Dieu : les frissons et la panique d’une vie en Israël » (2000) et « Nature morte avec les poseurs de bombes : Israël à l’ère du terrorisme » (2004).

Ammar Hujayrat, 4 ans, dans l'aire de jeux de Bir al-Maksur le 6 janvier 2022, peu de temps avant qu'il ne soit mortellement touché par des balles perdues (Crédit : capture d'écran Youtube).
Ammar Hujayrat, 4 ans, dans l'aire de jeux de Bir al-Maksur le 6 janvier 2022, peu de temps avant qu'il ne soit mortellement touché par des balles perdues (Crédit : capture d'écran Youtube).

Jeudi dernier, dans le petit village bédouin du nord de Bir al-Maksur, Ammar Muhammad Hujayrat, 4 ans, s’est rendu à l’aire de jeux avec quatre autres petits enfants de sa famille élargie, accompagné de sa tante.

À 300 mètres de là, sur un chantier de construction situé sur une colline au-dessus d’eux, une fusillade a éclaté.

Certains articles décrivant ce qui s’est passé ensuite disent qu’Ammar, qui jouait joyeusement sur une balançoire, aurait été abattu par une balle perdue. En fait, comme l’ont expliqué les proches d’Ammar à Shoshana Lavan, blogueuse au Times of Israel, et comme le confirme l’enregistrement audio de la scène, les tirs étaient soutenus – pas un ou deux coups isolés, mais de longues salves de tirs. Sa tante a réussi à mettre les autres enfants en sécurité, mais Ammar a été touché à la tête et au cou et, bien que transporté d’urgence à l’hôpital, il a été déclaré mort peu de temps après.

Ammar est mort « sous une grêle de balles », a déclaré son oncle Zaher au journaliste chargé des affaires arabes du ToI, Aaron Boxerman.

Le terrain de jeu où se trouvait Ammar Muhammad Hujayrat, quatre ans, quand il a été tué par une balle perdue à Bir al-Maksur, dans le nord d’Israël, lors d’un échange de tirs entre criminels, le 6 janvier 2022. (Crédit : Flash90)

Israël a donc commencé l’année 2022 avec encore plus de cette terrible violence qui fait de plus en plus de victimes au sein de la communauté arabe. En 2018, 67 civils arabes ont été tués dans des crimes violents. L’année suivante, ce chiffre est passé à 97, en 2020, il était de 113. Et l’année dernière, il a atteint le triste record de 128 décès.

Ironiquement, l’augmentation choquante et jusqu’à présent inexorable de la criminalité intra-arabe est, au moins en partie, fonction du succès relatif de la police israélienne dans sa lutte contre le crime organisé au sein de la population juive. Comme plusieurs chefs du crime juifs israéliens notoires ont été traduits en justice ces dernières années, les gangs arabes auxquels ils sous-traitaient une partie de leur travail ont comblé le vide, et la police a eu plus de mal à les contrecarrer.

Au cours de la dernière décennie, les gangs criminels arabes ont progressivement resserré leur emprise sur la communauté arabe, où la pauvreté est répandue, l’accès au crédit bancaire est compliqué et l’emprunt sur le marché noir peut sembler un recours inévitable.

Un autre facteur central est l’abondance d’armes illégales dans les villes et villages arabes – pas moins de 400 000 armes en circulation, selon certaines estimations, dont une grande partie a été volée à Tsahal. À cela s’ajoute la volonté évidente et désinvolte des criminels de les utiliser, pour imposer leur contrôle, pour régler des comptes… et au diable ceux qui pourraient être pris entre deux feux.

Le député Yoav Segalovitz le 19 février 2020 (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Déclenché par la présence du parti Raam au sein de la coalition, le gouvernement a alloué des fonds considérables à la tâche de vaincre le fléau meurtrier et a chargé Yoav Segalovitz, le vice-ministre de la Sécurité intérieure, de mener cet effort.

Mais personne ne pensait qu’il serait facile d’endiguer la vague de violence de forces criminelles profondément enracinées et, comme le montre le meurtre d’Ammar Hujayrat, les premiers signes sont décourageants.

Comme l’a déclaré mercredi Zaher, l’oncle du petit garçon, « Nous ne pouvons pas croire que cela ait atteint Bir al-Maksur. Nous entendions parler d’autres régions du pays, de violence, etc. Mais dans notre village ? Rien de tel n’est jamais arrivé ».

La mort d’Ammar, poursuit-il, « a détruit sa mère. Elle a brisé son père… Ammar aurait pu être un médecin, un avocat, un ingénieur, un astronaute. Tout ça, c’est fini maintenant. Quelle sûreté et quelle sécurité ? Il n’y a rien. Rien du tout… »

Ammar Muhammad Hujayrat. (Crédit : autorisation)

Il n’y a pas si longtemps encore, nous étions fiers de la réalité contre-intuitive d’un Israël où tant de gens portaient des armes – les soldats conscrits et les réservistes emportant partout leurs armes avec eux – et où si peu en faisaient un usage illicite.

Le formidable Segalovitz, ancien chef des divisions d’enquête et de renseignement de la police, n’a pas besoin de conseils de la part de commentateurs inexpérimentés sur la manière de faire son travail. Mais la mort terrible d’un petit garçon dans une aire de jeux souligne l’urgence, et les enjeux.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...