Quatre Gazaouis ayant franchi la frontière arrêtés avec un couteau
Rechercher

Quatre Gazaouis ayant franchi la frontière arrêtés avec un couteau

L'armée a interrogé les suspects mais n'a pas précisé si ces derniers avaient été placés en détention ou renvoyés au sein de l'enclave côtière

Cette photo prise à Khan Younis dans le sud de la bande de Gaza montre un tank israélien à proximité de la barrière de sécurité avec l'enclave côtière le 1er août 2019, après un échange de tirs avec un terroriste palestinien. (Crédit : Said Khatib/AFP)
Cette photo prise à Khan Younis dans le sud de la bande de Gaza montre un tank israélien à proximité de la barrière de sécurité avec l'enclave côtière le 1er août 2019, après un échange de tirs avec un terroriste palestinien. (Crédit : Said Khatib/AFP)

L’armée israélienne a arrêté samedi quatre suspects qui avaient franchi la clôture séparant l’enclave et Israël, ont indiqué les militaires.

Ils étaient en possession d’un couteau. Ils ont été interrogés par les soldats sur le lieu de leur arrestation.

Les militaires n’ont pas précisé si les suspects avaient été placés en détention ou s’ils avaient été renvoyés dans la bande.

Les tensions sont élevées le long de la frontière avec l’Etat juif. Mardi, quinze roquettes ont été lancées en direction des communautés israéliennes, le jour même de la signature des accords de paix conclus avec les Emirats arabes unis et Bahreïn, des accords négociés par les Etats-Unis. Deux hommes israéliens ont été blessés, dont l’un grièvement, lorsque l’un des projectiles est tombé dans une rue d’Ashdod.

L’Etat juif a mené plusieurs raids aériens à Gaza en réponse aux attaques à la roquette.

Ces tirs de missiles ont représenté la toute première brèche à un cessez-le-feu officieux qui a été conclu entre Israël et les groupes terroristes de la bande de Gaza, à la fin du mois dernier, et le plus important tir de barrage connu depuis le mois de février.

Le Qatar, l’Egypte et les Nations unies avaient négocié un cessez-le-feu officieux entre Israël et les groupes terroristes de la bande le mois dernier, après des semaines de tensions accrues entre les deux parties qui avaient été marquées par des centaines d’attaques aux ballons incendiaires vers l’Etat juif, à l’origine de nombreux sinistres.

Le calme est revenu à la frontière depuis mercredi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...