Quelque 3 000 personnes manifestent à Téhéran contre l’Arabie saoudite
Rechercher

Quelque 3 000 personnes manifestent à Téhéran contre l’Arabie saoudite

Les participants ont brûlé des drapeaux des Etats-Unis et d'Israël ; Le drapeau saoudien ne peut pas être brûlé en Iran car il porte une inscription du Coran

Des manifestantes iraniennes crient des slogans lors d'une manifestation sur la place Enghelab à Téhéran contre l'Arabie saoudite après la mort d'au moins 155 pèlerins iraniens dans une bousculade au hajj annuel, le 25 septembre, 2015. (Crédit : AFP PHOTO / ATTA KENARE)
Des manifestantes iraniennes crient des slogans lors d'une manifestation sur la place Enghelab à Téhéran contre l'Arabie saoudite après la mort d'au moins 155 pèlerins iraniens dans une bousculade au hajj annuel, le 25 septembre, 2015. (Crédit : AFP PHOTO / ATTA KENARE)

Quelque 3 000 personnes ont manifesté lundi à Téhéran contre l’Arabie saoudite qui a exécuté un important chef religieux chiite et rompu ses relations diplomatiques avec l’Iran après des attaques contre ses représentations, a constaté un photographe de l’AFP.

Rassemblés sur la place imam Hossein, les manifestants ont hué la famille sunnite régnante en Arabie saoudite où a été exécuté samedi un dignitaire chiite saoudien, Nimr Baqer al-Nimr, provoquant une vague de manifestations de chiites dans plusieurs pays de la région.

Ils ont également brûlé des drapeaux des Etats-Unis et d’Israël, deux pays considérés comme les principaux ennemis de l’Iran. Les Etats-Unis sont un des alliés de l’Arabie saoudite. Le drapeau saoudien ne peut pas être brûlé en Iran car il porte une inscription du Coran, sacrée pour les musulmans.

Certains manifestants ont critiqué le ministère iranien des Affaires étrangères qui, selon eux, aurait dû prendre l’initiative de rompre les relations avec Ryad.

Quelques centaines de commerçants du grand bazar (marché) de Téhéran ont aussi manifesté lundi leur colère contre l’Arabie saoudite.

Deux manifestations antisaoudiennes rassemblant plus d’un millier de personnes avaient déjà eu lieu dimanche à Téhéran. Des rassemblements se sont aussi tenus dans d’autres grandes villes.

Quelques heures après l’exécution du cheikh al-Nimr, des centaines de personnes en colère avaient attaqué l’ambassade saoudienne à Téhéran qui a été en partie incendiée et détruite. Le consulat à Machhad (nord-est) avait également été attaqué.

Malgré l’arrestation d’une quarantaine de personnes ayant participé aux saccages et la condamnation de ces attaques par le président iranien Hassan Rouhani, Ryad a annoncé dimanche soir la rupture de ses relations avec l’Iran.

Lundi, la dynastie sunnite de Bahreïn lui a emboîté le pas en annonçant elle aussi la rupture de ses relations avec Téhéran.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...