Rechercher

Raid de Tsahal chez le terroriste de Tel Aviv ; un tireur du Jihad islamique tué

13 Palestiniens auraient été blessés lors d'affrontements ; l'armée israélienne localisé la maison de Raad Hazem pour la démolir et tenté, sans succès, d’interpeller son père

Des véhicules de Tsahal près du camp de réfugiés de Jénine, en Cisjordanie, lors d’une descente au domicile d’un terroriste, le 9 avril 2022 (Crédit : Jaafar Ashtiyeh/AFP)
Des véhicules de Tsahal près du camp de réfugiés de Jénine, en Cisjordanie, lors d’une descente au domicile d’un terroriste, le 9 avril 2022 (Crédit : Jaafar Ashtiyeh/AFP)

Les forces de l’ordre israéliennes ont perquisitionné samedi le domicile du terroriste auteur de l’attentat meurtrier à Tel Aviv, en Cisjordanie, jeudi soir.

Les militaires israéliens ont indiqué que des hommes armés palestiniens avaient ouvert le feu sur les soldats déployés dans la ville de Jénine et les villages voisins.

Dans des images mises en ligne, on entend des tirs nourris. Tsahal n’a signalé aucune victime côté israélien.

Selon le ministère de la Santé de l’Autorité palestinienne, un Palestinien aurait été tué et au moins 13 autres blessés dans les affrontements.

Le Palestinien mort serait Ahmed as-Saadi, un tireur du Jihad islamique palestinien du camp de réfugiés de Jénine. Son fusil M16 a été saisi par les soldats de Tsahal.

Après plusieurs heures d’opérations, l’armée israélienne a pu quitter le camp de réfugiés de Jénine.

Les forces de l’ordre ont déclaré que trois personnes avaient été arrêtées lors de l’opération, parmi lesquelles un homme armé, grièvement blessé dans une fusillade et emmené par hélicoptère militaire à l’hôpital Rambam de Haïfa pour y recevoir des soins.

« L’armée israélienne mènera des activités antiterroristes et procédera à des arrestations aussi souvent que nécessaire, afin de déjouer les attentats terroristes et renforcer la sécurité des Israéliens », a déclaré l’armée dans un communiqué, à l’issue de l’opération.

Un porte-parole du groupe terroriste Hamas a fait l’éloge des Palestiniens armés qui ont ouvert le feu sur les soldats. « Nous saluons les jeunes de Jénine qui se sont conduits héroïquement et poursuivent la lutte avec Israël », a déclaré Fawzi Barhum dans un communiqué.

Barhum a appelé à ce que « le conflit s’étende à toutes les villes et villages de Cisjordanie ».

Selon des informations, l’armée aurait tenté d’interpeler le père de Raad Hazem, le terroriste qui a abattu trois personnes dans un bar de Tel Aviv jeudi soir, mais il n’était pas chez lui au moment de l’opération.

Le père de Hazem, Fathi, est un ancien détenu pour raisons de sécurité, qui a servi dans les services de sécurité de l’Autorité palestinienne à Jénine. Il a refusé une demande israélienne d’être interrogé.

Vendredi, Fathi avait salué l’acte de son fils devant une foule rassemblée devant son domicile. « Bientôt, vous verrez la victoire. Vous verrez le changement. Vous obtiendrez la liberté… Dieu, libère la mosquée Al-Aqsa de la profanation des occupants », aurait déclaré Fathi, selon les images.

Fathi Hazem, le père de Raad Hazem, le terroriste palestinien qui a tué trois Israéliens et blessé plusieurs autres personnes à Tel-Aviv la nuit précédente, donne l’accolade à un ami, chez lui, le 8 avril 2022, dans la ville de Jénine en Cisjordanie. (Crédit : Jaafar Ashtiyeh/ AFP)

Hazem avait pris la fuite après l’attentat et avait été retrouvé, caché, à proximité d’une mosquée à Jaffa après une chasse à l’homme d’une heure impliquant des centaines d’agents des forces de l’ordre. Alors qu’il levait les mains en signe de reddition, Hazem avait sorti une arme et ouvert le feu sur les soldats, qui avaient riposté et l’avaient abattu.

Selon les informations palestiniennes, les soldats déployés à Jénine, samedi, ont collecté des preuves dans la maison de la famille Hazem et interrogé des proches.

Ces mêmes sources indiquent que les proches de Hazem seraient soupçonnés de l’avoir aidé à préparer et mener l’attentat.

Une femme réagit sur les lieux d’un attentat terroriste à Tel Aviv, Israël, le jeudi 7 avril 2022 (Crédit : AP Photo/Ariel Schalit).

L’agence de sécurité du Shin Bet a déclaré que Hazem n’avait « pas d’affiliation claire avec une quelconque organisation et aucun antécédent ».

En plus des perquisitions, la maison de la famille Hazem a été cartographiée par les soldats en vue d’une possible démolition.

Israël applique une politique de démolition des maisons des Palestiniens accusés de terrorisme. L’efficacité de cette politique est controversée, au sein-même des forces de l’ordre israéliennes, et les militants des droits de l’homme dénoncent régulièrement le caractère injuste de cette punition collective.

Ra’ad Hazem, 29 ans, de la région de Jénine est le terroriste qui a perpétré une fusillade mortelle dans un bar de Tel Aviv le 7 avril 2022. (Crédit: Autorisation)

Jénine est considérée comme un bastion du terrorisme palestinien. Les hommes armés qui ont perpétré les attaques meurtrières à Bnei Brak le mois dernier et à Tel Aviv, jeudi, venaient tous deux de la région de Jénine.

Selon les médias palestiniens, la famille du terroriste aurait deux maisons dans la région, l’une dans le camp de réfugiés de Jénine et l’autre, dans le village de Deir Ghazaleh.

Les raids ont eu lieu quelques heures après que le chef de l’armée israélienne, Aviv Kohavi, a déclaré que l’armée intensifierait ses activités dans le nord de la Cisjordanie, à la suite de plusieurs incidents terroristes meurtriers impliquant des Palestiniens de la région de Jénine. Des responsables pensent que l’Autorité palestinienne serait en passe de perdre le contrôle de la région.

Kohavi a ordonné à Tsahal d’étendre et accentuer les opérations offensives en Cisjordanie, en particulier dans les villes du nord d’où sont venus les derniers terroristes.

Vue aérienne du camp de réfugiés de Jénine. (Crédit : AP Photo/David Silverman)

Selon la chaîne publique Kan, la légitimité de l’Autorité palestinienne serait contestée autour de Jénine, à la fois par le groupe terroriste du Jihad islamique et par des membres du Fatah, la faction palestinienne dirigée par le chef de l’AP Mahmoud Abbas.

Les responsables israéliens souhaitent que l’AP réprime le terrorisme dans la région, mais craignent qu’elle ne soit pas en mesure de le faire, selon les informations données par les médias vendredi.

La semaine dernière, les soldats israéliens ont tenté d’interpeller une bande terroriste en route pour commettre un attentat. Trois membres du Jihad islamique ont été tués dans les échanges de tirs qui ont suivi près de Jénine et quatre soldats israéliens ont été blessés.

Samedi, Tsahal a annoncé que trois autres compagnies seraient déployées pour renforcer les opérations défensives dans la zone frontalière de la « zone de contact » le long de la Ligne verte séparant Israël et la Cisjordanie.

La barrière de Cisjordanie est pleine de brêches et d’ouvertures : Tsahal a envoyé des milliers de soldats ces dernières semaines dans la zone de contact pour empêcher les Palestiniens de traverser et prendre pied en Israël.

A LIRE : Selon certains, les brèches dans la barrière de sécurité aident à maintenir le calme

Les forces de l’ordre estiment que Hazem a pu pénétrer en Israël par l’une de ces brèches dans la barrière. Les autorités soupçonnent qu’il a été conduit de Jénine à la ville d’Umm al-Fahm, dans le nord d’Israël, à la faveur d’une brèche dans la clôture. De là, il aurait pris un bus pour Tel Aviv afin d’y mener l’attentat, selon les médias israéliens.

Le suspect qui a conduit Hazem est connu des forces de l’ordre, a indiqué le site d’information Ynet.

La fusillade de jeudi a tué trois personnes et brisé le calme tendu qui s’était installé depuis le 28 mars, date à laquelle un terroriste palestinien avait ouvert le feu dans la banlieue de Tel Aviv à Bnei Brak, tuant cinq personnes.

Les trois victimes de l’attentat terroriste à Tel Aviv, le 7 avril 2022. De gauche à droite : Tomer Morad, Eytam Magini et Barak Lufen. (Crédit : Autorisation)

D’autres attentats, ces dernières semaines, à Hadera et Beer Sheva, perpétrés par des Arabes israéliens soupçonnés d’avoir été inspirés par l’État islamique, ont fait six morts.

La flambée de terrorisme se produit en plein mois du Ramadan, sacré pour les Musulmans, et moment de haute tension en Israël et en Cisjordanie. Israël a renforcé les mesures de sécurité en réponse aux attentats et déployé des forces supplémentaires en Cisjordanie, à la frontière de Gaza et dans de grandes villes telles que Jérusalem et Tel Aviv.

Aaron Boxerman a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...