Samuel Sandler sort un livre pour immortaliser la mémoire de ses enfants
Rechercher

Samuel Sandler sort un livre pour immortaliser la mémoire de ses enfants

Sans jamais prononcer le nom du terroriste de l'école Ozar HaTorah de Toulouse, Samuel Sandler érige à travers ce livre "une stèle" en mémoire de Jonathan, Arié, Gabriel, et Myriam

Samuel Sandler (Crédit : Capture d’écran YouTube)
Samuel Sandler (Crédit : Capture d’écran YouTube)

Au moment du procès d’Abdelkader Merah, le frère de Mohammed Merah qui ensanglanta Toulouse en mars 2012, Samuel Sandler avait pris le soin de ne jamais prononcer le nom du « tueur au scooter » pour ne pas lui accorder la «moindre étincelle d’humanité».

Quant à son frère, Abdelkader ? « Qu’il pourrisse au fond d’un trou comme n’importe quel déchet ».

Il a décidé d’écrire un livre pour les disparus : Souviens-toi de nos enfants rédigé en collaboration avec la journaliste Emilie Lanez. Samuel Sandler, 71 ans, y entreprend une oeuvre presque religieuse, explique-t-il au journal La Dépêche.

« J’ai écrit ce livre pour faire en sorte que l’évocation du souvenir de mon fils Jonathan, de mes petits-fils Arié, 6 ans et Gabriel, 3 ans, demeure éternelle, » explique le père de Jonathan et le grand-père de Arié et Gabriel, tous lâchement assassinés le 19 mars 2012.

Ce livre, Samuel Sandler n’avait en fait jamais penser l’écrire. C’est son éditeur qui lui a donné l’idée. « Ma sœur qui était journaliste m’a toujours dit de parler, de communiquer… Je n’ai jamais accepté ce qui s’est passé. Il faut vivre et je vis pour rappeler la mémoire de mes enfants. Ce livre est notre stèle. On peut dire que les morts enterrent les vivants… ».

Dans ce livre consacrée à sa famille, la petite Myriam Monsonego est aussi très présente.

La douleur toujours chevillée au corps, il attend avec philosophie l’appel du procès d’Abdelkader Merah : « Ce sera encore très dur. Mais on parlera encore et encore de nos enfants, de Jonathan, d’Ariè, de Gabriel, de Myriam et des militaires. C’est cela l’essentiel ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...