Schumer: Les juifs orthodoxes auraient dû faire plus pour s’opposer à Trump
Rechercher

Schumer: Les juifs orthodoxes auraient dû faire plus pour s’opposer à Trump

Le sénateur démocrate a pointé du doigt une réaction communautaire "tiède" face aux ambiguïtés de Trump après la manifestation néo-nazie de Charlottesville

Membres du Ku Klux Klan et d'autres associations avant un rassemblement appelant à la protection des monuments confédérés à Charlottesville, en Virginie, le 8 juillet 2017. (Crédit : Andrew Caballero-Reynolds/AFP)
Membres du Ku Klux Klan et d'autres associations avant un rassemblement appelant à la protection des monuments confédérés à Charlottesville, en Virginie, le 8 juillet 2017. (Crédit : Andrew Caballero-Reynolds/AFP)

WASHINGTON (JTA) — Une rencontre plutôt sympathique entre les responsables des organisations juives et des sénateurs démocrates a apparemment tourné au vinaigre lorsque le sénateur Chuck Schumer, le chef de la minorité au Sénat, a indiqué que les Juifs orthodoxes devaient faire davantage pour interpeller le président Donald Trump sur son échec à s’attaquer à la haine aux Etats-Unis.

Schumer, démocrate et représentant de New York, évoquait spécifiquement ce qu’il a qualifié de réaction tiède face aux ambiguïtés de Trump suite au rassemblement néo-nazi et suprématiste blanc à Charlottesville, en Virginie, au mois d’août.

Les membres de l’Orthodox Union – le groupe orthodoxe qui assistait à cette réunion de mercredi – ont répondu en disant qu’ils avaient, aux côtés d’autres groupes, exprimé leurs inquiétudes face aux propos tenus par Trump peu de temps après la manifestation, ont expliqué les participants à JTA.

Cette rencontre annuelle est un forum informel au cours duquel démocrates et responsables juifs évoquent les sujets d’inquiétude partagée. L’intensification de l’antisémitisme a été l’une des préoccupations évoquées parmi d’autres, notamment la question de l’administration Trump et d’Israël et les efforts des démocrates pour assurer la protection des immigrants clandestins arrivés aux Etats-Unis alors qu’ils étaient enfants.

Le sénateur Chuck Schumer, démocrate de New York et chef de la minorité, s’en va après une conférence de presse au Capitole de Washington, le 20 janvier 2018 (Crédit : Alex Wong/Getty Images via JTA)

Le Congrès devait, quelques heures après, adopter un projet de loi important sur les dépenses. Un certain nombre de questions ont été donc soulevées concernant les financements, notamment un programme qui garantit une protection sécuritaire pour les organisations à but non lucratif et une législation qui élargirait l’aide au secours pendant les catastrophes naturelles aux institutions religieuses.

La rencontre, qui a duré plus d’une heure et qui était présidée par la sénatrice démocrate Amy Klobuchar, représentante du Minnesotta, a réuni 24 sénateurs démocrates qui, pour certains, ne sont restés que quelques minutes.

Cela a été le cas avec Schumer, selon les participants. Les représentants du groupe Orthodox Union ont apporté leur réponse après son départ.

La manifestation à Charlottesville était devenue meurtrière lorsqu’un suprématiste blanc avait projeté son véhicule contre un groupe de contre-manifestants, tuant l’un deux et faisant au moins 20 blessés. Le jour du drame, le 12 août, Trump avait blâmé « les deux parties » pour les violences, ce qui avait causé l’indignation des démocrates, de certains républicains et des groupes juifs. Les jours qui avaient suivi, Trump avait semblé prendre ses distances face à ses propres ambiguïtés, condamnant les néo-nazis tout en insistant sur le fait qu’il y avait des « gens biens » dans les deux camps.

Secouristes et policiers sur les lieux d’une attaque à la voiture bélier, visible à gauche, conduite par James Fields, contre des manifestants anti-racisme, à Charlottesville, en Virginie, le 12 aout 2017. (Crédit : Paul J. Richards/AFP)

Les groupes orthodoxes avaient condamné la marche, organisée un jour de Shabbat, et les ambiguïtés de Trump en temps réel.

« Je ne sais pas si le président Trump a voulu accorder une légitimité à ces groupes, mais c’est très certainement ainsi que ces derniers comprennent ce qui a été dit et c’est un problème », avait commenté le rabbin Moshe Bane, président de l’Orthodox Union, dans un article paru dans Hamodia le 16 août, vingt-quatre heures après que Trump a établi qu’il y avait des « gens biens » des deux côtés.

La porte-parole de Schumer, Marisa Kaufman, a fait parvenir le communiqué suivant, réclamant des propos « audacieux » de la part des leaders juifs face à l’antisémitisme.

« De telles réunions, comme celle durant laquelle le sénateur Schumer s’est exprimé cette semaine, encouragent le dialogue et l’échange d’idées entre les membres démocrates du congrès et les responsables communautaires », a-t-elle dit.

« Cette semaine, le sénateur Schumer a été heureux de s’entretenir avec des membres importants de la communauté juive. Le sénateur Schumer a utilisé cette plate-forme pour débattre des idées, maintenir un fort soutien bipartisan en faveur d’Israël, évoquer la hausse malheureuse de l’antisémitisme dans le pays et à l’étranger et la nécessité pour les responsables juifs d’user de leur influence en prenant la parole avec audace contre les mots et les actes de haine qui nous séparent ».

En plus des responsables des mouvements réformé, orthodoxe et conservateur, les groupes représentés ont compris l’ADL (Anti-Defamation League), l’AIPAC (American Israeli Public Affairs Committee), J Street, le JCPA (Jewish Council For Public Affairs) , et la CoP (Conference of Presidents of Major American Jewish Organizations).

Les personnes présentes ont noté que les présidents de l’AIPAC et de J Street – Bob Cohen et Jeremy Ben Ami respectivement – se sont assis l’un à côté de l’autre et ont paru s’entendre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...