Sept terroristes armés auraient été tués dans des raids israéliens – médias
Rechercher

Sept terroristes armés auraient été tués dans des raids israéliens – médias

Ce raid aurait eu lieu alors que l'armée achève un exercice militaire de simulation de scénarios de guerre sur la frontière nord

Jacob Magid est le correspondant implantations du Times of Israël

Le plateau du Golan syrien enfumé après des frappes pendant la guerre civile qui déchire le pays, vu du côté israélien de la frontière, le 24 juin 2017. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)
Le plateau du Golan syrien enfumé après des frappes pendant la guerre civile qui déchire le pays, vu du côté israélien de la frontière, le 24 juin 2017. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)

Sept terroristes armés auraient été tués mercredi, tard dans la soirée, dans des frappes aériennes en Syrie, à proximité de la frontière avec l’Etat juif.

Les djihadistes syriens étaient à moins de 200 mètres de la frontière israélienne, dit l’armée
Le porte-parole de l’armée israélienne Ronen Manelis a expliqué jeudi que les djiahistes de l’Etat islamique en Syrie qui ont été frappés lors d’un raid israélien nocturne se trouvaient à moins de 200 mètres de la frontière avec l’Etat juif.

Manelis a ajouté qu’il n’y avait pas de menace imminente pour les communautés israéliennes le long de la frontière nord mais il n’a pas indiqué si les djihadistes avaient eu l’intention d’attaquer des cibles de l’armée israélienne à proximité.

L’armée a confirmé avoir pris pour cible un certain nombre de « groupes de terroristes » sur le plateau du Golan syrien et que des ceintures explosives ainsi que des Kalashnikov ont été retrouvées durant des fouilles dans la zone, dans la matinée de jeudi.

Les militaires n’ont pas détaillé l’affiliation des terroristes, la manière dont les soldats étaient parvenus à récupérer les armes ni combien de morts il y avait eu exactement.

Néanmoins, les médias arabes ont fait part de sept morts lors de cette attaque.

Le raid aérien a eu lieu alors que l’armée israélienne terminait un entraînement d’ampleur pour tester l’état de préparation du commandement du nord et de l’Etat-major.

Les militaires ont précisé que cet exercice avait été décidé en avance dans le cadre du programme d’entraînement mis en place pour l’année 2018.

Il survient toutefois une semaine après que les avions israéliens ont détruit un lanceur de roquettes qui appartenait, selon l’armée, à l’Etat islamique, après que deux roquettes ont été lancées vers Israël, s’abattant dans le lac de Tibériade.

L’armée israélienne avait indiqué que les projectiles provenaient de tirs perdus issus des combats en Syrie, mais certains analystes ont toutefois estimé que cette initiative avait été intentionnelle, l’EI souhaitant faire entrer l’Etat juif en conflit avec l’armée syrienne.

Vingt-quatre heures auparavant, l’armée israélienne avait fait savoir qu’un avion-chasseur de type Sukhoi était entré sur deux kilomètres à l’intérieur de l’espace aérien israélien. Les militaires avaient lancé deux missiles Patriot vers l’avion, l’abattant. L’appareil s’était finalement écrasé en Syrie, tuant son pilote.

Selon l’armée israélienne, l’avion avait décollé de la base aérienne T-4 dans le centre de la Syrie, liée à l’Iran. Israël a bombardé cette base dans le passé. L’avion se dirigeait à « grande vitesse » vers le plateau du Golan.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...