Rechercher

Shaked: 25 000 réfugiés ukrainiens non-juifs pourront rester en Israël

Le quota de 20 000 - celui d'avant la guerre - a été augmenté ; le pays s'attend à ce que des dizaines de milliers de Juifs fassent, de plus, leur Alyah à cause du conflit

La ministre de l'Intérieur Ayelet Shaked s'exprime depuis Jérusalem, le 8 mars 2022. (Capture d'écran/Douzième chaîne)
La ministre de l'Intérieur Ayelet Shaked s'exprime depuis Jérusalem, le 8 mars 2022. (Capture d'écran/Douzième chaîne)

Israël va permettre à 25 000 Ukrainiens non-éligibles à l’immigration de rester dans le pays grâce à un statut de réfugié dans le contexte de l’invasion de leur nation par la Russie, a fait savoir la ministre de l’Intérieur Ayelet Shaked, mardi.

La ministre a expliqué que 20 000 d’entre eux se trouvaient au sein de l’État juif avant l’éclatement des hostilités et que 5 000 Ukrainiens supplémentaires seraient acceptés.

Ils viennent s’ajouter aux dizaines de milliers de personnes qui devraient arriver dans le pays dans le cadre de l’immigration juive entraînée par la guerre, a noté Shaked.

La ministre de l’Intérieur a annoncé cette nouvelle mesure d’intégration des réfugiés ukrainiens non-juifs alors que les combats entrent dans leur 13e jour et qu’aucune fin du conflit n’est encore en vue.

« Les images de la guerre en Ukraine et des souffrances vécues par les citoyens sont bouleversantes et elles ne nous permettent pas de rester indifférents », a -t-elle déclaré dans une conférence de presse qui a eu lieu mardi soir à la Knesset.

Elle a expliqué qu’Israël accueillerait temporairement 20 000 citoyens ukrainiens qui se trouvaient d’ores et déjà dans le pays avant la guerre – la majorité d’entre eux séjournaient illégalement sur le territoire – et qu’ils ne seraient pas expulsés. Un quota supplémentaire de 5 000 personnes demandant un statut de réfugié de réfugié en Israël a été approuvé, a-t-elle continué.

Selon Ynet, environ 3 400 Ukrainiens non-juifs sont arrivés dans le pays depuis l’invasion de l’Ukraine par les troupes russes, le 24 février. 150 d’entre eux n’ont pas été autorisés à entrer sur le territoire.

Shaked a expliqué que dans le cadre des nouvelles mesures, tout citoyen ukrainien entrant en Israël bénéficiera d’un permis de séjour temporaire de trois mois. Elle a ajouté que si la situation en Ukraine ne s’améliorait pas, ils pourraient bénéficier d’une autorisation pour travailler au sein de l’État juif.

Des immigrants juifs fuyant la guerre en Ukraine, et arrivant à l’aéroport Ben Gourion près de Tel Aviv, le 6 mars 2022. (Crédit : Tomer Neuberg/FLASH90)

Elle a indiqué, par ailleurs, que le ministère avait décidé de ne pas appliquer la directive controversée du ministère qui exigeait des réfugiés de faire un dépôt de 10 000 shekels à leur arrivée dans le pays pour garantir leur éventuel départ.

Les réfugiés arrivant au sein de l’État juif dans le cadre du quota humanitaire devront, à la place, signer un document s’engageant à quitter le pays une fois que la situation en Ukraine le permettra.

Les citoyens israéliens pourront par ailleurs soumettre une requête concernant l’accueil de réfugiés ukrainiens, a poursuivi Shaked, avec une limite d’une famille par candidat. Ces requêtes seront hautement prioritaires, a-t-elle précisé.

Tous les réfugiés ukrainiens qui cherchent à se rendre en Israël devront soumettre une demande en ligne, sur le site du ministère des Affaires étrangères, et la présenter à l’embarquement dans l’avion, a signalé Shaked qui a ajouté que le processus de soumission d’une telle demande était relativement simple et rapide.

Dans l’ensemble, Israël accueillera environ 25 000 réfugiés ukrainiens non-juifs jusqu’à la fin de la guerre en Ukraine, a-t-elle déclaré, en plus de l’arrivée attendue d’environ 100 000 Juifs depuis l’Ukraine et la Russie (Israël s’attend apparemment à de telles arrivées depuis la Russie en raison de la répression de plus importante exercée par Moscou dans le cadre du conflit ukrainien).

Des réfugiés israéliens et ukrainiens arrivent grâce à un vol de secours à l’aéroport international Ben Gurion, près de Tel Aviv, le 3 mars 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Shaked a fait remarquer que le nombre de réfugiés potentiels était incroyablement élevé pour un pays qui ne partage pas de frontière avec l’Ukraine, et en particulier en comparaison avec le petit territoire que représente Israël.

« Les citoyens israéliens peuvent être fiers » des efforts entrepris pour fournir une assistance humanitaire aux Ukrainiens, a-t-elle continué.

De son côté, le ministère de l’Éducation a annoncé qu’il se préparait à intégrer 2 000 jeunes élèves ukrainiens dans les écoles du pays au cours des prochains jours.

La ministre de l’Éducation, Yifat Shasha-Biton, a ordonné que des plans soient mis en place pour parvenir à intégrer les élèves et leurs parents dans le système de l’éducation, a dit le ministère dans un communiqué.

Les Nations unies ont fait savoir, dimanche, que plus de 1,5 million de réfugiés ukrainiens avaient été déplacés depuis le début de l’invasion russe, le 24 février. Elles ont indiqué qu’il s’agissait de la pire crise des réfugiés à avoir été connue depuis la Seconde guerre mondiale, et que cette crise augmentait de manière « exponentielle ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...