Sharansky et Oren critiquent aussi les propos de Trump sur les Musulmans
Rechercher

Sharansky et Oren critiquent aussi les propos de Trump sur les Musulmans

"Nous ne devrions pas nous laisser transformer nos peurs légitimes en haine de l'autre", explique le président de l'Agence Juive

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Des critiques de mode ont conseillé à Trump de porter des costumes plus ajustés. (Crédit photo: Scott Olson / Getty Images / AFP)
Des critiques de mode ont conseillé à Trump de porter des costumes plus ajustés. (Crédit photo: Scott Olson / Getty Images / AFP)

La vague de condamnations contre Donald Trump en raison de sa proposition d’interdire aux Musulmans d’entrer aux États-Unis, s’est propagée mardi en Israël, où plusieurs personnalités de tout le spectre politique ont dénoncé les propos du candidat pour l’investiture républicaine à la présidence américaine.
 
Parmi ceux qui ont critiqué ces propos figurent l’ancien ambassadeur devenu député (Koulanou) Michael Oren et le président de l’Agence Juive Natan Sharansky.

Trump, le favori à l’investiture républicaine pour la présidence, avait provoqué lundi un tollé pour avoir exigé un « arrêt total et complet de l’entrée des Musulmans aux États-Unis. »

Ses commentaires ont été largement condamnés par les politiciens américains, y compris par ses rivaux républicains, et par presque toutes les organisations juives d’Amérique.

Les responsables israéliens sont pour la plupart restés silencieux, invoquant la nécessité de ne pas intervenir dans la politique intérieure des États-Unis.

Mais ceux qui se sont exprimés ont condamné la proposition incendiaire de Trump, tout en soulignant en même temps la nécessité d’intensifier la lutte contre le terrorisme perpétré par des musulmans.

« Je suis très préoccupé par le fait que, même s’il y a de plus en plus d’attaques terroristes menées par des islamistes extrêmistes, il y ait des gens qui ne veulent pas le reconnaître ou l’appeler par son nom. Et si vous n’êtes pas prêt à l’appeler par son nom comment pouvez-vous le combattre ? », a déclaré Sharansky au Times of Israel.

« D’autre part, nous ne devrions pas nous permettre de transformer nos peurs légitimes des menaces et des défis de la terreur en haine de l’autre, en rejetant des groupes nationaux ou religieux entiers. Voilà pourquoi des remarques extrêmes dans un sens ou un autre sont très dangereuses ».

Oren, l’ancien ambassadeur d’origine américaine, a souligné l’expérience historique du peuple juif. « Nous les Juifs, qui avons été les victimes de généralisations grossières et hostiles tout au long de notre histoire, devrions être les premiers à les condamner, » a-t-il dit, se référant aux propos de Trump.

Le député Michael Oren (Crédit photo:  Nati Shohat/Flash90)
Le député Michael Oren (Crédit photo: Nati Shohat/Flash90)

« Bien qu’il soit très important que nous reconnaissions le fait qu’il existe une forme extrémiste de l’islam qui veut détruire Israël et la civilisation occidentale, il est tout aussi important que nous fassions tous les efforts pour ne pas incriminer l’ensemble des Musulmans. Et c’est justement Israël qui doit se lever et défendre non seulement sa propre population musulmane pacifique, mais les innombrables millions de musulmans qui abhorrent la terreur et qui sont les premières victimes de la terreur ».

Pendant qu’il était ambassadeur à Washington, Oren avait invité des dignitaires musulmans pour un dîner d’iftar pour rompre le jeûne du Ramadan. « Une des raisons pour lesquelles je le faisais était pour lutter contre l’islamophobie », a dit celui qui est maintenant député du parti centriste Koulanou.

Le soutien à Israël aux Etats-Unis reste très élevé, a poursuivi Oren en disant qu’il y a de nombreuses raisons à cela, comme les valeurs démocratiques partagées et des intérêts stratégiques.

Cependant, « une partie de ces raisons, je l’ai toujours reconnu, vient d’un sentiment d’islamophobie. Et c’est la partie que je suis prêt à abandonner. Je ne veux pas que les gens aiment Israël parce qu’ils n’aiment pas les Musulmans ».

« Les propos de Trump sont diamétralement opposés à tout ce que les Américains défendent. Et sa déclaration devrait être à juste titre condamnée par tous », a déclaré Kory Bardash, co-président du parti républicain en Israël. « Je suis heureux de voir que les dirigeants républicains aux États-Unis l’aient condamnée. Il y a une place pour un débat légitime sur la politique de l’immigration, mais il n’y a aucune excuse pour ce qu’a dit Trump ».

Rencontrer Netanyahu

Malgré leurs critiques pour sa proposition anti-musulmane, les Israéliens n’ont pas demandé au Premier ministre Benjamin Netanyahu d’éviter le politicien controversé lors de sa prochaine visite en Israël.

Trump a annoncé la semaine dernière qu’il avait l’intention de venir « très bientôt » en Israël et qu’il prévoit de rencontrer Netanyahu, qu’il avait soutenu dans le passé.

Israël a « une longue tradition d’accueillir des candidats des deux partis, » a rappelé Oren, citant les visites de Barack Obama en 2008 et de Mitt Romney en 2012.

« Dans le même temps, » a-t-il souligné, « il est important pour les dirigeants d’un pays où près de 20 % de la population est musulmane, de se lever et de dire que nous faisons une distinction entre l’islam radical et violent et la foi qui inspire des millions de personnes, pas seulement ici, mais à l’échelle internationale ».

Même Bardash, le co-président de la branche israélienne du parti républicain, semblait comprendre la situation difficile dans laquelle se trouverait Netanyahu s’il devait donner l’accolade à un homme épousant une politique ouvertement raciste. « C’est à Netanyahu de déterminer qui il convient de rencontrer en sa qualité de Premier ministre. Je ne peux pas parler pour le gouvernement israélien », a-t-il dit.

« Si Netanyahu rencontre Trump cela ne devrait pas être perçu comme un soutien à l’homme ou à sa politique, et cela devrait être clair. Mais il y a une tradition de rencontres avec les principaux candidats, et le protocole approprié devrait également être suivi dans ce cas ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...