Si le confinement est ignoré, nous verrons « des morts dans les rues » – Ministre
Rechercher

Si le confinement est ignoré, nous verrons « des morts dans les rues » – Ministre

Le vice-ministre de la Santé met en garde contre le non-respect des restrictions, qui sont selon lui le résultat d'un signe d'échec du gouvernement et de la population

Des corps sont acheminés dans un camion frigorifique servant de morgue temporaire à l'hôpital Wyckoff dans le quartier de Brooklyn, le 6 avril 2020 à New York. (Bryan R. Smith / AFP)
Des corps sont acheminés dans un camion frigorifique servant de morgue temporaire à l'hôpital Wyckoff dans le quartier de Brooklyn, le 6 avril 2020 à New York. (Bryan R. Smith / AFP)

Le vice-ministre de la santé, Yoav Kisch, a déclaré mardi que si la population israélienne ne respectait pas la réglementation de confinement généralisé qui doit entrer en vigueur vendredi, les taux d’infection seraient si élevés qu’il y aurait des morts dans les rues, « comme à New York et en Italie ».

Yoav Kisch a déploré que de nombreuses personnes, en particulier les jeunes, ne semblaient pas préoccupées par le coronavirus et pourraient envisager d’ignorer les règles.

« Si les gens qui disent que [le virus] n’est pas aussi dangereux qu’on le croit jusqu’à ce qu’ils voient des morts dans les rues, comme, Dieu nous en garde, à New York et en Italie, s’ils veulent nous infecter tous en agissant ainsi, alors c’est ce qui arrivera. Nous essayons de les arrêter », a déclaré M. Kisch à la Douzième chaîne.

New York et l’Italie semblent avoir été prises au dépourvu par la propagation du virus lors de la première vague de la pandémie au début de l’année, ce qui a conduit à l’utilisation de morgues et de camions frigorifiques de fortune pour stocker les corps alors que le nombre de morts augmentait dans ces endroits.

Le député du Likud Yoav Kisch préside la réunion de la commission des Affaires internes de la Knesset, le 12 juillet 2018. (Yonatan Sindel/Flash90)

Si le vice-ministre a admis que le confinement était le signe que le gouvernement avait échoué, il a essayé de rejeter la faute sur la population et les autres députés.

« Je dis honnêtement et douloureusement que nous avons essayé d’appliquer des mesures différentielles et qu’elles ont échoué. Chaque secteur s’est levé et a vigoureusement protesté », a déclaré M. Kisch. « En fin de compte, la Knesset nous a empêchés d’agir par secteur. Il y a eu une pression politique sur la population. La communauté politique ultra-orthodoxe n’a pas exercé de pression ? Ils l’ont fait. Tout le monde se battait pour ne pas être les seuls à être fermés. J’aurais aimé que nous puissions nous occuper de l’Etat d’Israël de manière différenciée, mais nous avons échoué », a-t-il commenté.

M. Kisch a également déclaré que certains hôpitaux commençaient déjà à avoir du mal à accepter de nouveaux patients.

« Nous sommes dans une situation sanitaire difficile – personne ne peut se cacher derrière les chiffres et me dire que tout va bien. Les administrateurs des hôpitaux disent qu’ils n’acceptent plus de patients atteints du coronavirus et certains patients se trouvent dans une situation alarmante », a-t-il dit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...