Israël en guerre - Jour 138

Rechercher

Sissi, Abdallah II et Abbas veulent plus de « pression » pour mettre fin à la guerre à Gaza

Au sommet Jordanie-Égypte-AP, les dirigeants rejettent tout plan visant à séparer Gaza de la Cisjordanie et affirment que les deux entités font partie d'un futur État palestinien

Une photo publiée par le Palais royal jordanien montre le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas (à droite), le roi Abdallah II de Jordanie et le président égyptien Abdel-Fattah el-Sissi, réunis à Aqaba, en Jordanie, le 10 janvier 2024. (Chris Setian/Jordanian Royal Palais/AFP)
Une photo publiée par le Palais royal jordanien montre le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas (à droite), le roi Abdallah II de Jordanie et le président égyptien Abdel-Fattah el-Sissi, réunis à Aqaba, en Jordanie, le 10 janvier 2024. (Chris Setian/Jordanian Royal Palais/AFP)

Le roi Abdallah II de Jordanie, le président égyptien Abdel Fattah al-Sisi et le chef de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas ont appelé mercredi à « maintenir la pression » pour arrêter la guerre dans la bande de Gaza et protéger les civils palestiniens.

Dans un communiqué à l’issue d’une rencontre à Aqaba, dans le sud de la Jordanie, les trois dirigeants ont souligné la « nécessité de continuer à faire pression pour mettre fin à l’agression israélienne contre Gaza et protéger les civils sans défense ».

Ils ont également affirmé l’importance « d’assurer l’acheminement de secours et d’aide humanitaire à Gaza de manière permanente et suffisante, afin d’atténuer la situation humanitaire tragique » dans le territoire palestinien.

Selon le communiqué, ils ont mis en garde par ailleurs contre « les tentatives de réoccuper des parties de Gaza ou d’y établir des zones de sécurité ». Israël a répété à mantes reprises qu’il ne souhaitait pas déplacer des Gazaouis hors de Gaza.

Israël s’était retiré de la bande de Gaza en 2005, d’où l’Autorité palestinienne a été férocement chassée en 2007 par le Hamas, vainqueur des élections palestiniennes un an plus tôt.

Ils ont convenu de « continuer à travailler conjointement en coordination avec les pays arabes et les pays influents (…) afin de parvenir à une paix juste et globale basée sur la solution à deux Etats ».

Ce mini-sommet a coïncidé avec une tournée régionale du secrétaire d’Etat américain Antony Blinken qui a rencontré le roi de Jordanie dimanche à Amman et le président de l’AP à Ramallah, en Cisjordanie, mercredi.

Lors de sa rencontre avec Mahmoud Abbas, M. Blinken a réaffirmé que son pays soutenait des « mesures tangibles » pour la création d’un Etat palestinien.

La guerre a été déclenchée par une attaque inédite le 7 octobre du Hamas sur le sol israélien qui a fait environ 1 140 morts, majoritairement des civils, selon un décompte de l’AFP à partir du bilan israélien.

En représailles, Israël a juré d’anéantir le mouvement islamiste palestinien au pouvoir à Gaza, qui est classé groupe terroriste par Israël, les Etats-Unis et l’Union européenne.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.