Sissi : le conflit israélo-palestinien source d’instabilité n°1 au Moyen Orient
Rechercher

Sissi : le conflit israélo-palestinien source d’instabilité n°1 au Moyen Orient

Lors de la conférence sur la sécurité de Munich, le leader égyptien a réaffirmé son soutien à une solution à 2 états dans les frontières pré-1967 et discuté avec Amos Yadlin

Le président égyptien Abdel Fattah el-Sissi lors de la 55ème conférence sur la sécurité de Munich, dans le sud de l'Allemagne, le 16 février 2019 (Crédit : Sven Hoppe / DPA / AFP)
Le président égyptien Abdel Fattah el-Sissi lors de la 55ème conférence sur la sécurité de Munich, dans le sud de l'Allemagne, le 16 février 2019 (Crédit : Sven Hoppe / DPA / AFP)

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a expliqué samedi que l’incapacité à trouver une solution juste au conflit israélo-palestinien était la principale source d’instabilité au Moyen-Orient.

S’exprimant lors d’une conférence consacrée à la sécurité à Munich, Sissi a ajouté que l’Egypte soutenait les efforts internationaux visant à mettre un terme au conflit sur la base de la solution à deux États et conformément aux frontières pré-1967, ainsi que l’établissement de la capitale palestinienne à Jérusalem-Est, a fait savoir Haaretz.

Le président égyptien a également appelé les pays occidentaux à renforcer leurs efforts de lutte contre les idéologies extrémistes dans les médias en ligne et les mosquées.

Pour lui, les pays « doivent s’attaquer aux sites Internet qui incitent à la haine et permettent aux idées extrémistes et terroristes de se propager dans les communautés du monde islamique et en Occident ».

Il a également estimé que les autorités « doivent faire très attention aux idées promues dans les lieux de culte », ajoutant que les extrémistes ne doivent pas être autorisés à prêcher. Il a souligné les initiatives prises en Egypte pour contrôler les prêches dans les mosquées.

Le pays applique de larges restrictions à la liberté d’expression.

Le dirigeant a également rencontré l’ancien chef des renseignements militaires israélien, le général de division Amos Yadlin, en marge de la conférence.

Yadlin a posté sur Twitter une photo des deux hommes avec pour légende : « Échange de souvenirs du temps où nous étions collègues dans les renseignements militaires ».

Le mois dernier, Sissi avait déclaré à la chaîne à CBS que la coopération entre le Caire et Jérusalem était plus étroite qu’elle ne l’avait jamais été, et confirmé que l’Etat juif aidait les soldats égyptiens dans leur traque des djihadistes dans la région agitée de la péninsule du Sinaï.

Israël et l’Egypte n’avaient jamais confirmé dans le passé l’existence de cette coopération.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...