Six survivants allumeront des torches lors d’une cérémonie à Yad Vashem
Rechercher

Six survivants allumeront des torches lors d’une cérémonie à Yad Vashem

Le jour du Souvenir des martyrs et des héros de l'Holocauste débutera mercredi 11 avril au soir avec la tenue d’une cérémonie annuelle

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

Photo d’illustration : des survivants, certains accompagnés de leurs enfants ou de leurs petits-enfants, allument six torches à Yad Vashem, à la veille du jour du Souvenir de l'Holocauste, en 2017 (Yonatan Sindel / Flash 90)
Photo d’illustration : des survivants, certains accompagnés de leurs enfants ou de leurs petits-enfants, allument six torches à Yad Vashem, à la veille du jour du Souvenir de l'Holocauste, en 2017 (Yonatan Sindel / Flash 90)

La commémoration par Israël de la Journée du souvenir des martyrs et des héros de l’Holocauste débutera à 20 heures le mercredi 11 avril à Yad Vashem.

Le président Reuven Rivlin et le Premier ministre Benjamin Netanyahu interviendront lors d’une cérémonie d’une heure et demie, qui sera retransmise en direct sur les chaînes de télévision locales, ainsi que sur Ynet, Walla News, Kan et Galei Tzahal.

Les internautes pourront également regarder la cérémonie, qui sera traduite en simultané en anglais et en français sur la page Facebook de Yad Vashem, son site web et sa chaîne YouTube.

Le point fort de la cérémonie sera l’allumage des flambeaux par des survivants de l’Holocauste, qui allumeront six torches à la mémoire des six millions de victimes juives.

La cérémonie de remise des torches de cette année débutera avec la survivante Zipora Nadir, qui parlera au nom des six autres survivants.

Nadir est née en Pologne et a passé une grande partie de la guerre dans des ghettos avant de partir au camp de concentration de Bedzin, puis de Majdenek, où elle a survécu jusqu’à la fin de la guerre. Elle a été réunie avec ses parents et sa sœur après la guerre, pour finalement émigrer en Israël avec sa mère, où elle s’est mariée et a fondé une famille.

Shmuel Bogler (en haut à gauche), Mirjam Lapid, Raul Teitelbaum, Yisaschar Dov Goldstein, Thea Friedman et Abba Naor sont les six survivants qui allumeront des torches lors de la cérémonie de Yad Vashem cette année (publié avec la permission de Yad Vashem)

Mirjam Lapid, qui est née aux Pays-Bas et a survécu à Bergen Belsen, allumera elle-aussi une torche. Lapid a embarqué à bord du « train perdu » qui a voyagé de Bergen-Belsen vers Tröbitz pendant deux semaines en avril 1945, jusqu’à ce que les survivants du train soient libérés le 23 avril, en Allemagne de l’Est.

Elle a ensuite rejoint le mouvement de jeunesse Habonim et a immigré en Israël en 1953, s’installant dans le kibboutz Tzora, où elle s’est mariée et a élevé six enfants.

Shmuel Bogler est un autre survivant. Il est né en Hongrie, benjamin d’une famille de 10 enfants. Pendant la guerre, il a connu le ghetto puis Auschwitz, avant de participer à une marche de la mort en 1945. Après avoir rejoint le pré-Israël en 1947, il est devenu membre du Palmah et a été fait prisonnier par la Légion jordanienne. Après la guerre d’Indépendance, Bogler a rejoint la police israélienne, où il a accédé au grade d’officier.

Le Dr. Thea Friedman est née en Roumanie et a fui le ghetto de Chernovitz et une prison de Bucarest durant la guerre. Elle a rencontré son mari après la guerre et a étudié dans une école de médecine en Roumanie, y pratiquant avant de recevoir la permission d’émigrer en Israël en 1958 avec sa famille. En Israël, Friedman a enseigné l’ophtalmologie à l’Université de Tel Aviv.

Le journaliste Raul Teitelbaum est le quatrième survivant. Né en Yougoslavie et faisant déjà partie d’un mouvement clandestin local à l’âge de 12 ans, il a survécu à Bergen Belsen et s’est retrouvé dans le « train perdu ». Après la guerre, il s’est rendu en Israël avec sa mère, où il s’est marié et a fondé une famille.

Le cinquième flambeau sera allumé par Yisaschar Dov Goldstein, né en Slovaquie. Son père était rabbin et Goldstein s’est caché sous terre avec son père, avant qu’ils ne soient trouvés et déportés à Birkenau.

Son père est mort, mais Goldstein a survécu à la guerre et à la marche de la mort de Buchenwald. Il a immigré en Israël et s’est installé au kibboutz Ein Tzurim, où il s’est marié, a fondé une famille et a enseigné le Talmud et la Bible à des générations d’étudiants.

Abba Naor est le sixième survivant. Il est né en Lituanie et a été conduit dans des camps de travail et des camps satellites durant la guerre. Il a retrouvé son père après la guerre et a immigré en Israël, où il a servi dans le service de sécurité générale et le Mossad. Naor continue à donner des conférences dans des écoles allemandes concernant son expérience durant l’Holocauste.

Des visites gratuites en hébreu seront organisées à Yad Vashem le jeudi 12 avril de 11h00 à 14h30.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...