Rechercher

Smotrich : Ben-Gurion aurait dû « finir le travail » et expulser les Arabes

Aida Touma-Sliman, députée de la Liste arabe unie, dénonce la "saleté fasciste" à laquelle, selon elle, les Arabes sont régulièrement soumis

Le chef du parti du sionisme religieux Bezalel Smotrich s'adresse à une session plénière de la Knesset sur le budget de l'État, le 2 septembre 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Le chef du parti du sionisme religieux Bezalel Smotrich s'adresse à une session plénière de la Knesset sur le budget de l'État, le 2 septembre 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

S’exprimant depuis le plénum de la Knesset mercredi, le député d’extrême droite du Parti sioniste religieux Bezalel Smotrich a déclaré que David Ben-Gurion, le premier Premier ministre d’Israël, aurait dû « terminer le travail » et expulser tous les Arabes du pays lors de la création de l’Etat hébreu.

Lors de commentaires sur un projet de loi controversé sur l’immigration proposé par l’opposition, Smotrich a crié à la nécessité de maintenir Israël comme un État juif et démocratique. « Oui, juif, avec une majorité juive », a-t-il crié. « Avec la sécurité pour les citoyens de l’État d’Israël. »

Smotrich a été chahuté par plusieurs membres arabes de la Knesset et a rétorqué : « Je ne m’adresse pas à vous, antisionistes, partisans du terrorisme, ennemis », a-t-il dit. « Vous êtes ici par erreur, c’est une erreur que Ben-Gurion n’ait pas fini le travail et ne vous ait pas jeté dehors en 1948. »

La députée de la Liste arabe unie Aida Touma-Sliman a réagi en fustigeant les remarques « fascistes » de Smotrich.

« Nous sommes soumis à cette saleté fasciste presque tous les jours à la Knesset », a déclaré Touma-Sliman. « Mais ne pensez pas à nous. Pensez à ce que ressent chaque citoyen arabe lorsqu’une déclaration comme celle-ci est faite avec désinvolture au Parlement. Pensez à ce que ressentent tous les jeunes [arabes] lorsque la droite les menace d’une seconde Nakba », a-t-elle ajouté, en utilisant le mot arabe signifiant « catastrophe », que les Palestiniens utilisent pour faire référence à la fondation de l’État d’Israël.

Les militants d’extrême droite utilisent parfois le concept d’une « seconde Nakba » comme une menace pour les Arabes.

Smotrich réagissait avec indignation à l’échec d’un projet de loi présenté par son collègue député Simcha Rotman, visant à modifier la loi du retour et à réviser les politiques d’immigration israéliennes. Le projet de loi a échoué 45-57, les députés de la coalition, dont Yamina, ayant voté contre la loi. Le député du Parti sioniste religieux a déclaré qu’il n’attendait pas le soutien des députés de la Liste arabe unie, qu’il a qualifiés d’ennemis, mais qu’il était horrifié de voir les membres de droite de la Knesset s’opposer au projet de loi.

L’opposition, y compris Smotrich et son parti, avait précédemment voté contre la législation proposée par la coalition pour limiter l’immigration.

Smotrich est un habitué des déclarations incendiaires et farfelues. En août, il a laissé entendre que le défilé de la Gay Pride de Tel Aviv, en juin, avait déclenché une nouvelle vague d’infections à coronavirus. En avril, il a mis en garde contre des troubles civils si le procureur général disqualifiait Benjamin Netanyahu pour former un gouvernement en raison de son inculpation pour corruption. Au début du même mois, il a déclaré lors d’une réunion de faction que « les Arabes sont des citoyens d’Israël, pour l’instant du moins. Ils ont des représentants, des députés, pour l’instant du moins ».

Il a également demandé par le passé que le système judiciaire israélien soit fondé sur la loi biblique.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...