Smotrich encourage le report du service militaire pour protester contre le « programme féministe » de l’armée
Rechercher

Smotrich encourage le report du service militaire pour protester contre le « programme féministe » de l’armée

Bezalel Smotrich a suggéré que les soldats religieux reportent leur enrôlement pour faire pression sur l'armée afin qu'elle revienne sur la décision de créer des unités mixtes

Bezalel Smotrich, député de HaBayit HaYehudi, à la Knesset, le 28 novembre 2016. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Bezalel Smotrich, député de HaBayit HaYehudi, à la Knesset, le 28 novembre 2016. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Le député de droite Bezalel Smotrich a appelé les rabbins et les enseignants à reporter l’enrôlement de leurs étudiants à l’armée pour protester contre ce qu’il a appelé le programme « radicalement féministe ». Il estime que ce programme se dirige vers la création de davantage d’unités mixtes dans les Corps blindés, et qu’il plaçait « l’égalité au-dessus de la victoire ».

Smotrich a écrit dans l’hebdomadaire religieux B’Sheva, qu’il suggérait que les étudiants religieux poursuivent leurs études pour quelques mois et qu’ils refusent de commencer leur service militaire à la date prévue par l’armée.

Il y a trois dates prévues chaque année pour débuter un service militaire, en août, en novembre et en mars. Smotrich a appelé les rabbins à enjoindre leurs étudiants à manquer leur date d’enrôlement et de ne commencer le service que quelques mois plus tard, lors de la session suivante.

Smotrich a été apparemment courroucé par les mesures prises par l’armée pour intégrer des femmes dans des unités combattantes et des unités blindées.

On ne sait pas exactement si le député, dont le parti encourage le service militaire, suggérait de reporter illégalement leur date de début de service ou simplement de déposer une demande de report.

Il a affirmé que la communauté religieuse n’a pas lutté contre le « programme féministe » imposé par l’armée, mais qu’en reportant le début du service, l’armée sera contrainte de choisir entre des soldats motivés et religieux et le lobby féministe politiquement correct.

Il a décrit son idée comme une preuve d’amour pour « sauver » l’armée « des mains du post-modernisme qui s’en sont emparé… en utilisant des mots comme égalité ou tolérance ».

La chronique de Smotrich lui a valu des condamnations sévères, notamment de la part du ministre de l’Éducation et chef du parti Habayit Hayehudi Naftali Bennett : « Aucun groupe n’est en droit de dire à l’armée comment agir, et encore moins de refuser l’enrôlement », a déclaré Bennett selon a Dixième chaîne.

Le rabbin et député du Likud, Yehuda Glick, a lancé sur Twitter un appel à « tous les jeunes, religieux et laïcs » de continuer à s’enrôler en masse dans l’armée » et à ne pas écouter « les idées stupides de mon (cher) ami » Smotrich.

Il a ajouté qu’il espérait que l’armée serait à l’écoute de ce que la population aurait à dire, en référence aux préoccupations soulevées par certains au sujet des unités mixtes.

Le député Avi Dichter (Likud), chef de la Commission de Défense à la Knesset, a sévèrement condamné Smotrich pour cet article, indiquant que l’armée devait être sauvée de ce député.

Le rabbin Yigal Levinstein pendant la conférence "Sion et Jérusalem", en juillet 2016. (Crédit : capture d'écran Youtube)
Le rabbin Yigal Levinstein pendant la conférence « Sion et Jérusalem », en juillet 2016. (Crédit : capture d’écran Youtube)

La chronique de Smotrich s’ajoute à la controverse sur la place des femmes dans l’armée. C’est devenu un sujet sensible après la diffusion d’un enregistrement du rabbin Yigal Levinstein, directeur d’une école pré-militaire, qui avait déclaré que les femmes qui effectuaient leurs services militaires devenaient « folles » et n’étaient « plus juives ».

L’armée est fière d’être à l’avant-garde de l’intégration des femmes, des homosexuels et des handicapés et toute autre personne qui aurait, par le passé, été jugée inapte à occuper divers rôles, notamment dans les unités combattantes.

Contrairement à la communauté ultra-orthodoxe qui bénéficie d’une dispense du service militaire, la communauté nationaliste religieuse considère que le service militaire comme un élément central de son idéologie. Depuis quelques années, ils intègrent les unités combattantes et les corps des officiers, mais s’opposent aux mesures plus libérales adoptées par l’armée.

Le ministère de la Défense Avigdor Liberman a menacé de supprimer les subventions octroyées à l’école s’il ne démissionnait pas. Bien qu’ils aient été nombreux à rejeter les propos tenus par Levinstein, certaines voix de la communauté nationaliste religieuse ont manifesté leur préoccupation quant aux soldats qui souhaitaient maintenir leurs principes religieux en matière de non-mixité.

Dans son article, Smotrich a ajouté que l’armée devait apprendre à ne pas « piétiner » la volonté des nationalistes religieux à effectuer leur service militaire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...