Rechercher

Suite à la critique de Zelensky, Israël dit « faire le maximum pour l’Ukraine »

Évoquant le "destin commun" de Kiev et Jérusalem, l'ambassadeur d'Israël à Kiev rappelle qu’Israël a ses propres problèmes et "doit penser à ses intérêts"

L'ambassadeur d'Israël en Ukraine Michael Brodsky durant un entretien avec Times of Israel, à son bureau de Kiev, le 16 février 2022 (Crédit : Capture d'écran/Ynet)
L'ambassadeur d'Israël en Ukraine Michael Brodsky durant un entretien avec Times of Israel, à son bureau de Kiev, le 16 février 2022 (Crédit : Capture d'écran/Ynet)

L’ambassadeur d’Israël en Ukraine a répondu vendredi aux critiques exprimées par le président ukrainien Volodymyr Zelensky, la veille, sur le manque de soutien d’Israël face à l’offensive russe.

Dans une interview accordée à la radio publique Kan, Michael Brodsky a reconnu la position difficile de l’Ukraine et les souffrances endurées par le peuple ukrainien face à l’invasion russe, soulignant qu’Israël faisait le maximum pour venir en aide à ce pays en proie à la guerre.

« L’Ukraine traverse évidemment une situation très difficile, tragique même. Le pays subit de lourdes pertes chaque jour, en vies humaines et en infrastructures », a déploré Brodsky. « Je sais maintenant que tout est possible, que même au 21e siècle, l’Europe peut connaître une guerre totale et brutale, quelque chose que nous ne pensions plus possible [après la Seconde Guerre mondiale]. »

L’ambassadeur a affirmé qu’Israël était à l’avant-garde de l’aide apportée à l’Ukraine.

« S’agissant de l’Ukraine, Israël fait le maximum et continuera à le faire », a assuré Brodsky. « Il l’aide dans de nombreux domaines. »

S’adressant par vidéo aux étudiants et professeurs de l’Université hébraïque de Jérusalem jeudi, Zelensky avait exprimé sa déception quant au prétendu manque de soutien d’Israël à son pays.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s’adresse aux étudiants de l’Université hébraïque par visioconférence, le 23 juin 2022. (Crédit : Capture d’écran)

« S’il vous plaît, rappelez-vous comment et à quel point nous sommes liés, et quel devrait être le niveau de compréhension entre nous », a déclaré le président ukrainien pendant son discours, après avoir fait référence aux pionniers sionistes qui ont grandi en Ukraine, parmi lesquels la Première ministre Golda Meir, l’auteur Sholem Aleichem ou le président Yitzhak
Ben-Zvi.

« Malheureusement, parmi tout ce que nous aimerions recevoir d’Israël, nous n’avons pas vraiment été entendus », a déploré Zelensky devant les étudiants de Jérusalem, regrettant également l’absence de sanctions sévères prises par Israël contre Moscou.

Brodsky a semblé faire allusion à des propos tenus par Zelensky, reconnaissant ce qu’il a qualifié de « destin partagé » entre Israël et l’Ukraine.

Évoquant la « cruauté » de la guerre, il a déclaré que « nous allions tous devoir nous adapter à cette nouvelle donne. Les Ukrainiens au premier titre bien évidemment, mais également Israël et le monde entier ».

Il a ajouté que si Israël a – et va continuer à – examiner sa position face à la réalité changeante en Europe, le pays faisait par ailleurs face à ses propres problèmes, sur lesquels il devait se concentrer.

« La situation d’Israël est difficile et sensible », a rappelé Brodsky, dans une possible allusion à la tourmente politique actuelle qui pourrait conduire le pays vers ses cinquièmes élections depuis 2019. Jérusalem s’est également abstenue de froisser une Russie fortement présente dans le nord de la Syrie voisine.

Israël « doit penser à ses propres intérêts avant tout », a-t-il affirmé.

Des employés chargent des colis d’aide humanitaire israélienne pour l’Ukraine à bord d’un avion d’El Al, à l’aéroport Ben Gurion de Tel Aviv, le 1er mars 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Se référant aux critiques répétées de Zelensky à l’égard d’Israël, Brodsky a assuré comprendre « les demandes de Zelensky », ainsi que les « critiques parfois dirigées contre Israël », mais a souligné qu’« en tant qu’acteur des activités d’Israël en Ukraine, je peux dire qu’Israël aide beaucoup l’Ukraine, dans de nombreux domaines, et pas seulement l’humanitaire ».

L’ambassadeur a précisé qu’Israël continuerait à fournir à l’Ukraine de l’aide humanitaire, « davantage même ». Il a toutefois reconnu que l’aide d’Israël « n’était jamais suffisante », au regard d’une économie ukrainienne « dévastée ».

« La reconstruction prendra des années, avec le soutien de la communauté internationale, et Israël sera partenaire de cet effort », a-t-il déclaré.

« Le principal message que j’aimerais faire passer à mes homologues en Ukraine est qu’Israël peut et veut être partenaire de la reconstruction de l’Ukraine après la guerre, et même pendant la guerre parce que dans de nombreuses régions aujourd’hui libres de combats, la reconstruction est déjà en marche. Israël fera sa part », a-t-il rappelé.

Brodsky a noté que le personnel diplomatique israélien en Ukraine avait regagné cette semaine les locaux de l’ambassade d’Israël à Kiev, après son transfert à Lviv, dans l’ouest du pays, avant l’invasion de l’armée russe, en février.

Traitant actuellement pas moins de 80 affaires urgentes, Brodsky a déclaré jeudi au Times of Israel que le personnel diplomatique retrouverait sa pleine capacité de travail sous quinze jours et que l’ambassade rouvrirait de manière permanente dès que la situation sécuritaire le permettrait.

À la fin de l’interview, Brodsky a affirmé que si « tout le monde en Ukraine n’était pas optimiste, tous étaient en revanche prêts à se battre, impatients d’en finir avec cette guerre. J’espère que cela se fera le plus tôt possible ».

Il a ajouté que l’annonce récente de l’acceptation de l’Ukraine comme candidat à l’Union européenne était un « formidable encouragement pour les Ukrainiens », ajoutant qu’« ils avaient sans doute besoin de davantage d’encouragements de cet ordre ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...