Israël en guerre - Jour 58

Rechercher

Guillaume Meurice persiste et traite encore Netanyahu de nazi

Le retour du chroniqueur à la radio coïncidait avec le jour de marches contre l'antisémitisme, à Paris et dans d'autres villes de France

Guillaume Meurice, lors de son retour sur l’antenne de France Inter dimanche après une soi-disant plaisanterie qui lui a valu des accusations d’antisémitisme, a poursuivi dans « l’outrance » qu’il revendique, en s’en prenant au Hamas et au Premier ministre israélien. Il ne s’est aucunement remis en question, continuant à ignorer le fait que son propos puisse contribuer à attiser les tensions dans une France qui fait face à une flambée de l’antisémitisme.

Dans l’émission « Le Grand Dimanche soir » le 29 octobre, il avait suggéré pour Halloween un « déguisement » de Benjamin Netanyahu, le Premier ministre israélien, « sorte de nazi mais sans prépuce ». Son employeur l’a sanctionné d’un « avertissement » qu’il compte contester en justice. Se défendant, il avait plaidé son droit à « l’outrance ».

« Cette chronique [intitulée « Le grand pardon », qui n’en est pas un et qui rappelle le jour le plus solennel du calendrier juif de Yom Kippour], ouais, j’ai l’impression qu’elle est pas mal attendue. On va faire un bon score Mediamétrie, notamment je pense à la DRH de Radio France, qui doit être à l’écoute », a-t-il dit en introduction de son intervention dimanche.

Assurant avoir reçu de nombreux soutiens, Guillaume Meurice a dit : « Je n’ai pas pu répondre à tout le monde. J’étais pas mal occupé. C’est mon point commun avec la Cisjordanie, d’ailleurs. »

« J’ai lu aussi les remarques constructives suite à cette histoire de Netanyahu, nazi, prépuce. On m’a dit : ouais, mais le Hamas, aussi, sont des nazis sans prépuce. Eh oui ! Eh oui, et j’ai jamais dit le contraire, je me demande même s’il y a pas un problème avec cette absence de prépuce. Ça les énerve en fait. Parce que ça gratte ? Je ne sais pas. Sans doute un facteur aggravant ».

« Alors évidemment j’ai conscience que j’ai choqué beaucoup de gens en comparant un fasciste à un nazi », a-t-il, poursuivant dans son idée de comparer le Premier ministre juif à un nazi.

« Dans un souci d’apaisement, je propose Netanyahu prix Nobel de la paix (…) Quand il aura construit un parking sur la bande de Gaza, il y aura la paix sur cette terre », a-t-il dit.

Pour tenter de justifier ses propos niant le droit d’Israël à se défendre après le massacre barbare commis par le Hamas et poursuivant dans son idée de décrire Netanyahu comme un nazi, il a donné la parole au responsable de « Tsedek », « collectif de juif·ves décoloniaux·ales luttant contre le racisme d’État en France et pour la fin de l’apartheid/l’occupation en Israël-Palestine », organisation très médiatisée depuis ces derniers jours qui ne représente rien et qui ne compte qu’une poignée de membres. Guillaume Meurice a ainsi utilisé et repris les propos du responsable de Tsedek pour exprimer sa « honte » face à la riposte israélienne.

Le retour de Guillaume Meurice coïncidait avec le jour de marches contre l’antisémitisme, à Paris et dans d’autres villes de France.

La présentatrice de l’émission d’humour, Charline Vanhoenacker, a indiqué à l’antenne que deux reporters de Radio France avaient dû abandonner leur couverture de la manifestation parisienne pour raisons de sécurité.

Guillaume Meurice a diffusé à l’antenne un message insultant laissé sur son répondeur par une femme qui se présentait comme juive. « Je vous ai pris un message plutôt modéré, pour ne pas vous choquer. Je vous épargne les autres qui sont un peu plus menaçants, je les réserve pour le tribunal », a-t-il commenté.

Malgré les menaces de mort il n’y a pas de changement concernant l’organisation de la tournée de l’humoriste en France avec son spectacle « Meurice 2027″, a précisé sa société de production à l’AFP.

Sa « blague » faisait écho au sketch de Dieudonné en 2010 quand, sur le plateau de Marc-Olivier Fogiel, il avait voulu incarner le personnage d’un Juif terroriste nazi, lançant « Isra-Heil » et faisant un salut nazi – sa première expression publique antisémite, avant une multitude d’autres et de condamnations pour antisémitisme les années suivantes. Guillaume Meurice avait par ailleurs joué dans le théâtre de Dieudonné, à Paris, à cette époque-là.

L’Organisation juive européenne a par ailleurs indiqué avoir déposé plainte suite à la chronique de Guillaume Meurice. Le Procureur de la République de Nanterre a ouvert une enquête préliminaire pour injure publique et provocation à la haine raciale.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.