Syrie: 14 morts, dont des Iraniens, dans un raid contre une base militaire -OSDH
Rechercher

Syrie: 14 morts, dont des Iraniens, dans un raid contre une base militaire -OSDH

La frappe a visé tôt lundi une base militaire du régime dans le centre de la Syrie, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme

La base aérienne des Tiyas, ou T-4, Air Base, aux abords de la ville syrienne de Palmyre, qui, selon Israël, serait activée par l'Iran et sa force al-Quds (Capture d'écran : Wikimapia)
La base aérienne des Tiyas, ou T-4, Air Base, aux abords de la ville syrienne de Palmyre, qui, selon Israël, serait activée par l'Iran et sa force al-Quds (Capture d'écran : Wikimapia)

Au moins 14 combattants, dont des Iraniens, ont été tués dans la frappe qui a visé tôt lundi une base militaire du régime dans le centre de la Syrie, a rapporté l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

L’origine de l’attaque qui a visé l’aéroport militaire T-4, également connu sous le nom de Tiyas, reste indéterminée.

L’agence de presse syrienne, gérée par l’Etat, a confirmé l’attaque, mais n’a pas commenté le nombre de victimes, se contentant de déclarer : « Il y a des martyrs et des blessés ».

Les médias syriens ont rapporté que ses défenses aériennes ont intercepté un certain nombre de missiles entrants, mais que d’autres ont frappé la base.

« Selon une source militaire à Damas, le système syrien de défense aérienne a été déployé à partir de la base aérienne de Mezzeh après l’entrée en Syrie des avions en provenance de la vallée de la Beqa’a au Liban », a rapporté le site d’information libanais Al-Masdar News.

C’est la route qu’empruntent généralement les avions de chasse israéliens avant de bombarder des cibles militaires en Syrie, selon des rapports étrangers.

Israël avait mené une frappe aérienne contre la base de Tiyas le 10 février, après qu’un opérateur iranien travaillant à partir de cette base a fait voler un drone iranien en territoire israélien.

« L’Iran et [l’unité spéciale du Corps des gardiens de la révolution iranien] Quds Force opèrent depuis un certain temps sur la base aérienne T-4 en Syrie à côté de Palmyre, avec le soutien de l’armée syrienne et avec la permission du régime syrien », a déclaré Tsahal dans un communiqué de l’époque.

« Des forces russes, iraniennes, et du mouvement libanais du Hezbollah », alliés du régime de Bachar Al-Assad, sont stationnées sur la base T-4, située entre les villes de Homs et Palmyre, selon l’Observatoire qui dispose d’un vaste réseau de sources dans la Syrie en guerre.

« Au moins 14 combattants ont été tués dans la frappe sur l’aéroport T-4, dont des forces iraniennes », a indiqué à l’AFP le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Les Etats-Unis, mais aussi la France, avaient brandi ces dernières semaines la menace de frappes en Syrie en cas d’attaque chimique, une « ligne rouge » pour Paris.

Les Etats-Unis ont rapidement nié toute responsabilité, assurant que leurs forces armées « ne mènent pas de frappes aériennes en Syrie ».

Samedi, un groupe rebelle et des secouristes dans la ville insurgée de Douma, proche de Damas, ont dénoncé une attaque présumée aux « gaz toxiques » ayant fait des dizaines de morts, provoquant un raz-de-marée de condamnations internationales.

Le pouvoir de Bachar el-Assad a nié toute responsabilité pour l’attaque présumée contre cette ultime poche rebelle dans la Ghouta orientale, aux portes de la capitale Damas, qu’il cherche à reconquérir.

Alors qu’Israël a mené ces derniers mois plusieurs raids en Syrie contre les bases du régime et de ses alliés, l’armée israélienne contactée par l’AFP a « décliné tout commentaire » lundi.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...