Tel Aviv : Manifestation contre la plate-forme gazière près de la côte
Rechercher

Tel Aviv : Manifestation contre la plate-forme gazière près de la côte

Les militants affirment que la structure de traitement qui sera construite à 10 kilomètres du rivage, à proximité de Caesarea, entraînera des dégâts sanitaires et environnementaux

Des milliers de personnes lors d'une manifestation à Tel Aviv contre le plan de construction d'une plateforme gazière à 10 kilomètres des côtes israéliennes le 1er septembre 2018 (Crédit : Miriam Alster/FLASH90)
Des milliers de personnes lors d'une manifestation à Tel Aviv contre le plan de construction d'une plateforme gazière à 10 kilomètres des côtes israéliennes le 1er septembre 2018 (Crédit : Miriam Alster/FLASH90)

Plus de 2 000 personnes se sont rassemblées samedi soir à Tel Aviv pour presser le gouvernement à renoncer aux plans d’une structure de traitement de gaz offshore qui devrait être édifiée à 10 kilomètres de la côte.

Des spécialistes de l’environnement, les autorités locales et des ONG font campagne pour que la plate-forme soit déplacée à 125 kilomètres de la côte, faisant état d’inquiétudes environnementales et de santé publique.

Les manifestants dirigés par le groupe bénévole Shomrei HaBayit ont appelé le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de l’Energie Yuval Steinitz à « mettre un terme à la catastrophe » et à renoncer à la décision du gouvernement.

Les protestataires ont expliqué que la plate-forme, qui se situera au large de la plage de Dor, à proximité de Césarée, pourrait entraîner une pollution aérienne majeure, et qu’un mauvais fonctionnement du site pourrait laisser s’échapper des produits toxiques, nuisant aux plages, à la vie marine et aux résidents vivant à proximité de la côte au sud de Haïfa.

La plate-forme devrait développer du gaz depuis le champ offshore de Leviathan, une mine d’or qui, selon les estimations, contiendrait des billions de mètres-cubes, ce qui fait de lui le plus grand champ gazier du pays.

Après extraction, le gaz naturel doit être traité pour séparer le gaz sec utilisé par les usines pour faire fonctionner les turbines des deux autres composantes – eau de condensation et eaux usées, les deux contenant des produits dérivés dangereux et cancérigènes.

Le ministère de l’Energie a indiqué que la plate-forme située à proximité de la rive avait été choisie « après de nombreux essais, une évaluation de l’impact environnemental et des considérations des responsables de la sécurité ».

Modèle de la plateforme de développement de gaz naturel Leviathan (Capture d’écran : YouTube)

Le mois dernier, le Times of Israel a appris que le contrôleur de l’Etat enquêtait sur l’affirmation gouvernementale que des préoccupations liées à la sécurité exigeaient que la plate-forme se trouve à portée de la côte.

Shomrei Habayit a accusé Noble Energy, l’entreprise américaine qui développe Leviathan, d’avoir de médiocres antécédents en termes environnementaux.

Des israéliens manifestent devant la Knesset contre l’installation d’une plateforme de Gaz à proximité du littoral israélien, le 12 juin 2018. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

Les militants ont clamé que l’usine de traitement du champ gazier Tamar, située à 14 kilomètres de la côte d’Ashkelon, était un avant-goût de ce que pouvait amener la nouvelle plate-forme.

Des données publiées pour 2016 par le ministère au mois de novembre 2017 avaient révélé que les émissions de Tamar sont « connues comme étant – ou soupçonnées d’être cancérigènes » correspondent au total de telles émissions dans 570 importantes usines industrielles dans tout le pays.

Les militants ont manifesté presque quotidiennement sur les plages pour attirer l’attention sur le problème. Les spécialistes estiment toutefois que le plan est trop avancé pour être renversé.

Construite aux Etats-Unis, la plate-forme de traitement devrait arriver au large des côtes au mois de décembre et ses piliers devraient être implantés dans la mer le mois suivant, à 9,7 kilomètres de la plage populaire de Dor, au nord de Césarée. La production devrait commencer un an plus tard.

Sue Surkes a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...