Rechercher

Texas: le parti républicain adopte une mesure « interdisant » un Etat palestinien

Le document non-contraignant considère un futur Etat palestinien comme dangereux pour Israël ; le programme national, en 2016, ne soutenait plus la solution à deux États

Un délégué de la convention républicaine du Texas dénonce le langage anti-LGBTQ utilisé dans le programme du parti à Houston, le 19 juin 2022. (Crédit : KXAN/YouTube)
Un délégué de la convention républicaine du Texas dénonce le langage anti-LGBTQ utilisé dans le programme du parti à Houston, le 19 juin 2022. (Crédit : KXAN/YouTube)

WASHINGTON (JTA) — Le parti républicain du Texas a approuvé un programme qui apporte son soutien à « l’interdiction » de l’établissement d’un Etat palestinien dans les territoires actuellement placés sous contrôle israélien.

Le document approuvé par 5 100 délégués à Houston, samedi, apporte son appui à « l’interdiction de la formation d’un Etat palestinien dans les frontières historiques d’Israël car cela mettrait en péril la sécurité du pays et cela obligerait Israël à abandonner les terres offertes par Dieu au peuple juif, comme le mentionne la Genèse ».

En suggérant cette « interdiction », la plateforme va plus loin que le programme approuvé en 2016 par le parti républicain au niveau national, un programme qui avait fait disparaître son soutien à la solution à deux États en affirmant que toute solution devait émaner des négociations entre les deux parties en lice.

Le programme ne faisait aucune référence biblique mais qualifiait Israël de « pays exceptionnel qui partage la plus grande partie des valeurs qui nous sont essentielles ».

Le programme du Texas soutient aussi « l’interdiction » du mouvement BDS (boycott, désinvestissement et sanction) anti-israélien.

Ces programmes partisans ne contribuent pas nécessairement à définir la politique gouvernementale, même lorsqu’un parti contrôle toutes ses branches comme c’est le cas au Texas. Ce sont les activistes qui dominent les conventions des plateformes et ces derniers ont souvent des positionnements plus extrêmes que les électeurs moyens. Les républicains très populaires parmi les républicains de l’état, comme le représentant Dan Crenshaw et le sénateur John Cornyn, ont été hués lors de la convention.

Et pourtant, la plateforme a fait les gros titres, ses positionnements signalant le fort glissement à droite du parti.

Ainsi, entre autres, le programme propose un référendum sur une séparation de l’état du Texas et des États-Unis ; il rejette la présidence de Joe Biden, il appelle à l’abrogation de la loi sur le droit de vote qui avait été adoptée en 1965 et qui garantit le droit de vote des Afro-américains ; il qualifie l’homosexualité de « choix de mode de vie anormal » et il soutient l’annulation d’une loi qui autorise le vote direct pour désigner les sénateurs américains, préférant que leur nomination soit faite par l’assemblée législative d’un état donné. La formation a interdit à un groupe gay républicain, Log Cabin Republicans, de bénéficier d’une présence officielle à la convention.

« Nous ne pouvons pas nous compromettre avec des Démocrates qui ont un point de vue, sur l’avenir, qui est différent et qui est incompatible avec le nôtre », a commenté Matt Rinaldi, président du parti Républicain du Texas, pendant la convention. « Nous devons être un parti conservateur audacieux et fier de l’être, nous devons être prêts à passer à l’attaque et à remporter le combat pour notre pays ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...