Rechercher

Texas : « Si vous enseignez sur la Shoah, donnez des points de vue ‘opposés' »

Un responsable a utilisé la Shoah pour illustrer une nouvelle loi qui exige que les enseignants présentent des perspectives multiples sur des questions "débattues et controversées"

Le roman sur la Shoah "Number the Stars" sur une vue de la rotonde du Capitole de l'Etat du Texas (Crédit : Tamir Kalifa/Getty Images/JTA).
Le roman sur la Shoah "Number the Stars" sur une vue de la rotonde du Capitole de l'Etat du Texas (Crédit : Tamir Kalifa/Getty Images/JTA).

JTA – Les enseignants d’un district scolaire du Texas ont été informés la semaine dernière qu’une nouvelle loi de l’État les obligeant à présenter des perspectives multiples sur des questions « largement débattues et actuellement controversées » signifiait qu’ils devaient mettre à la disposition des élèves des points de vue « opposés » sur la Shoah.

NBC News a obtenu un enregistrement audio du fonctionnaire, le directeur exécutif des programmes et de l’enseignement du Carroll Independent School District, parlant aux enseignants de la manière de travailler sous les contraintes de la nouvelle loi, connue sous le nom de House Bill 3979. Cette loi a été adoptée dans le cadre d’une vague d’efforts déployés dans les États dirigés par les républicains pour empêcher que la « théorie critique de la race », les sujets de « division » et les concepts liés à la race et aux préjugés soient enseignés aux enfants.

« Essayez juste de vous souvenir des concepts de 3979 », dit Peddy dans l’enregistrement. « Assurez-vous que si, si vous avez un livre sur la Shoah, vous en avez un qui a une opposition – qui a d’autres perspectives. »

Des halètements et des bruits de rires nerveux peuvent être entendus sur l’enregistrement, alors qu’un enseignant demande à voix haute : « Comment s’oppose-t-on à la Shoah ? ».

Peddy répond : « Croyez-moi. On en a parlé. »

Un législateur texan qui a rédigé une nouvelle version du projet de loi a déclaré à NBC News que les questions de « bien et de mal » ne sont pas concernées par la législation sur l’éducation.

Mais la possibilité que la vague de lois conservatrices sur l’éducation puisse faire obstacle à l’enseignement de la Shoah a traversé l’esprit des observateurs de l’éducation, du moins dans certains endroits, au cours de l’année dernière.

« Avec cette loi, il serait impossible d’enseigner que l’Allemagne nazie était intrinsèquement antisémite, ou que le Troisième Reich opprimait les Juifs simplement parce qu’ils étaient Juifs, car cela reviendrait à identifier les nazis comme intrinsèquement partiaux et les Juifs comme intrinsèquement et systématiquement opprimés », écrivait Russel Neiss, un éducateur juif de St Louis, dans le St Louis Jewish Light en mai, à propos de la législation qui avait été proposée dans le Missouri. Les législateurs de cet État continuent de faire pression pour que les écoles adoptent des règles contre la théorie de la race critique.

Cet épisode survient un an après qu’un district scolaire de Floride a renvoyé – à deux reprises – un directeur d’école qui avait dit à un parent qu’il ne pouvait pas dire que la Shoah était « un événement réel et factuel » parce que tous les parents ne partageaient pas la même conviction. Le conseil scolaire de Floride a depuis adopté une interdiction de la négation de la Shoah dans les écoles – dans le cadre d’une interdiction d’enseigner la théorie critique des races.

Au Texas, l’enregistrement suggère que Peddy n’est pas nécessairement favorable à la nouvelle loi, mais qu’il anticipe des conflits quant à son application. Quatre jours avant la formation, le conseil scolaire de Carroll a annulé une décision du district et a officiellement réprimandé une enseignante qui avait fait l’objet d’une plainte de la part d’un parent pour avoir conservé un livre contre le racisme dans sa classe.

À un moment de l’enregistrement, une enseignante se dit « terrifiée ». À un autre moment, un éducateur demande si Number the Stars, le roman classique sur la Shoah, nécessiterait un autre livre pour être équilibré. Peddy ne répond pas à cette question dans l’enregistrement.

« Vous êtes des professionnels. Nous vous avons engagés en tant que professionnels. Nous vous faisons confiance avec nos enfants », dit Peddy aux enseignants avant de proposer l’exemple du livre sur la Shoah. « Donc si vous pensez que le livre est correct, alors allons-y. Et quoi qu’il arrive, nous le combattrons ensemble. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...